Victoire de Jacques Bompard aux élections législatives !

Chers amis,

Les Vauclusiens ont donc décidé de me renouveler leur confiance. Au milieu d’un marasme politique sans précédent, ils ont fait le choix de la résistance.

J’ai toujours appelé à votre contre Emmanuel Macron. Si la droite avait été aussi claire, elle l’emporterait partout en Vaucluse.

Résistance d’abord devant la fatalité politique qui voulait nous imposer des élus inconnus au strict profit de Macron et du système qui détruit notre pays et l’Europe. 

19369351_10213396927747641_1567029164_o-2

Résistance devant la télévision et la presse nationale qui n’ont accordé aucune place à ma candidature, trop heureux d’essayer de se débarrasser d’une des rares voix enracinées de l’assemblée nationale.

Je note les soutiens généreux des conseillers départementaux du Front National,  Antonia Dufour, Rémi Rayé et Julien Langard. Je note également la compromission de certains maires républicains, dont l’absence de prise de position arrêtée a engendré la confusion.

Résistance, enfin, contre les axes du projet d’Emmanuel Macron : plus d’impôts et plus d’immigration.

Mes équipes parlementaires sont déjà au travail. Dès l’ouverture de la session, nous déposerons cinq textes :

– le premier est un projet de loi cadre bioéthique puisque Macron veut déjà attaquer ce sujet avec la GPA.

– le second est une proposition de loi de rétablissement de la sécurité et de renforcement des moyens des forces de l’ordre

– le troisième concerne l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur les influences étrangères ayant permis l’élection du créateur d’En Marche !

– le quatrième ouvre le droit à exercer un comportement de négociants pour les vignerons victimes de catastrophes naturelles.

– le cinquième ouvrirait une commission d’enquête parlementaire sur les pratiques des laboratoires pharmaceutiques.

Au cours de ce nouveau mandat, j’aurai à coeur de continuer à interpeller l’Etat pour qu’il s’investisse davantage au profit de la ruralité et des communes.

Je serai le député de tous les Vauclusiens, attachés au Bien Commun.

Merci à tous.

 

Jacques Bompard

Un député macroniste ne servira à rien !

Il l’avait annoncé dès février dernier, sur France Inter : Emmanuel Macron élu, c’était l’assurance de députés En Marche ! sous ses ordres ! Pour assoir sa majorité au parlement, celui qui était alors candidat à la présidentielle soulignait que la condition d’investiture des parlementaires issus de son mouvement était de ratifier toutes ses propositions. « Chaque candidat qui sera investi signera avec moi le contrat avec la nation c’est-à-dire qu’il s’engage à voter à mes côtés les grands projets, c’est-à-dire à soutenir notre projet. Il n’y a pas de frondeurs ». La démonstration d’hégémonie de l’actuel président révèle d’une dérive inquiétante, profondément anticonstitutionnelle, de l’usage du pouvoir en France. Elire un député macroniste relève donc au mieux de la farce, au pire d’un acte attentant profondément à la Constitution, qui rappelle que « Tout mandat impératif est nul. Le droit de vote des membres du Parlement est personnel ». Car ce n’est pas une consigne de vote, qu’exige le président : c’est un contrat de soumission, auquel les députés ne pourront déroger !

1280x720-lZy

Elire un député macroniste n’engagera aucun renouveau. La récente étude du Cevipof a mis en lumière le gigantesque leurre que représentait cette vague de pseudo « nouveaux parlementaires » prête à s’abattre sur l’assemblée uniforme de demain. Une assemblée En marche, ce n’est que 35% novices de la politique et 222 candidats ayant déjà exercé un mandat. Une assemblée En marche, c’est 68.8% de cadres supérieurs, sorte de consortium de gérants d’entreprises accoutumés au langage de communication perpétuel d’un président ubérisé. Une assemblée En marche, c’est l’avènement de l’élite ploutocrate parisienne, le couronnement des géants financiers aux ordres du CAC 40. En marche a menti ! Le renouveau qu’il brandit en étendard est factice. Parmi les candidats ayant déjà œuvré en politique, ce sont 25 anciens députés, 32 conseillers régionaux, 76 maires, dont beaucoup s’inscrivent à gauche et vont perpétuer le quinquennat d’Hollande. Vont continuer de se servir chez les gens d’ici pour aider les nouveaux arrivants.

Un député macroniste de plus à l’assemblée ne fera qu’accélérer l’irrémissible mouvement de cette marche vers la dictature. Confier une voix supplémentaire au président, c’est lui offrir les pleins-pouvoirs et faire taire toute voix discordante à la sienne.

Immigration : en marche vers le grand remplacement !

            La crise des réfugiés continue ! La question n’a pas été au cœur des débats à l’issue des dernières échéances électorales. Le 12 septembre 2015, le ministère de l’intérieur distribuait un livret d’information destiné aux maires, alors rassemblés à Paris pour une réunion autour de la question des réfugiés. Ce livret se présente comme un mode d’emploi pour les modalités attenantes à l’accueil des réfugiés par les communes qui spontanément demanderaient à les recevoir. Compilation de l’utopie bien-pensante du gouvernement par rapport aux réfugiés, le document élude de traiter la réalité du problème.

            En effet, le livret biaise la réalité sur la majorité des points qu’il aborde et adopte une position particulièrement floue quant au choix accordé aux communes d’accueillir ou non des réfugiés. Programme politique utopique, le livret laisserait une réelle liberté de choix à la commune ; cependant, l’Etat a délivré de si gros moyens pour les forcer à en accueillir que cette liberté semble bien relative. Ainsi, les maires ne peuvent pas s’opposer à la construction de CADA dans leur commune car cela ne relève pas de leurs prérogatives. Par ailleurs, le préfet a la possibilité d’imposer au maire l’installation de réfugiés dans sa ville.

hqdefault

En cela, le livret présente une réalité faussée, où tout le monde a le choix et où l’accueil des réfugiés constituerait nécessairement une grande joie pour les communes … Et pourtant : un grand nombre de communes préfèrent payer des amendes plutôt que de recevoir des réfugiés. Les maires ne peuvent donc en aucun cas accepter ce genre d’analyses, qui méritent une véritable connaissance de la commune.

            D’autre part, le document remis aux maires ne prend pas la mesure du problème. Il ne considère que juridiquement les réfugiés qui arrivent et disposant des différents statuts du réfugié ou de protection subsidiaire. Le livret donne les différentes règles juridiques mais fait semblant d’ignorer qu’avant que les «migrants » aient procédé aux demandes, ils se trouvent déjà dans les communes et dans une situation illégale. A ce stade, comme ultérieurement, la commune n’a pas de capacité de les prendre en charge.

            Ce rapport dépeint une situation idéale, où chaque « migrant » irait de lui-même faire toute les démarches avant d’arriver et qu’il y en aurait un nombre idéal pour chaque commune. Mais la vraie situation est très différente.

            Les chiffres croissants d’immigrés arrivant sur le territoire montrent une toute autre réalité. Une réalité où l’Etat n’a pas le contrôle. Le chiffre des arrivées et des demandes d’asile en France s’élève à 85 244 demandes. Sur ces demandes, 26 000 sont acceptées. Dans le même temps on observe une baisse de 19% des reconduites aux frontières cette année. On se retrouve donc dans une situation où les immigrants illégaux parmi les demandeurs d’asile déboutés sont en forte augmentation.

            Ce chiffre des réfugiés illégaux n’est pas constitué que des seuls demandeurs déboutés non reconduits ; il est aussi le fait des entrées illégales sur le territoire – 2 % de renvois effectifs avec 157 000 l’année dernière. Le bilan européen est de +151% d’entrées illégales dans l’UE de 400 000 séjours illégaux. Selon les chiffres du Figaro, 10 000 clandestins entrent en France chaque mois et la police ne peut en appréhender que 4000 environs.

Enfin, les mesures prônées par le livret, censées faire d’un nouvel arrivant sur le territoire un Français sont ridicules. Le programme inculqué aux populations fraîchement débarquées ? Un apprentissage des «valeurs de la  république et de la démocratie » en deux et via la diffusion de 15 minutes de film sur le « vivre ensemble »…Une méthode tout bonnement ridicule complètement inefficace !

            L’Etat a menti aux maires en leur dépeignant une situation idéale qui n’existe pas. Le ministère avait-il besoin de mentir à ses élus pour obtenir un semblant de consentement de leur part ?

En proposant un tel fascicule, l’Etat n’a pas voulu épauler les maires de France : il a préféré leur mentir. Il leur a prémâché un discours consensuel. Gageons que les successeurs du quinquennat Hollande, en marche vers le grand remplacement, useront des mêmes méthodes !

Il faut battre En Marche partout en Vaucluse !

Nous devons faire comprendre à Macron et ses candidats que le Vaucluse n’est pas un produit financier. Nous devons faire gagner la droite contre les successeurs du Parti Socialiste que sont les candidats en marche.

Avec Emmanuel Macron, nous savons que nous aurons toujours plus de mondialisation sauvage, d’immigration et de soumission à la finance.

Ce programme est un poison pour la France, comme la campagne unilatérale en faveur d’En Marche l’a été. Je connais bien l’assemblée nationale et y envoyer des élus sans expérience ni légitimité sera une erreur majeure !

Aussi j’appelle clairement à voter en faveur des candidats Républicains : Julien Aubert et Jean-Claude Bouchet, les frontistes Hervé de Lépinau et Anne-Sophie Rigault !

Résistons à l’OPA Macron !

keep-calm-and-stop-macron-14

 

Macron, c’est l’Algérie à Paris !

« Nos deux peuples ont vocation à écrire ensemble une nouvelle histoire ». Derrière cette déclaration d’Emmanuel Macron, lancée sur le réseau social Twitter le jour de sa rencontre avec le premier ministre tunisien Abdelmalek Sellal, se cache une inquiétante réalité : Macron, c’est l’Algérie à Paris !

Non content de saluer des politiques migratoires européennes dévastatrices pour sa civilisation, le président de la république entend créer un « Office franco-algérien de la Jeunesse » pour « favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée », a-t-il souligné alors qu’il faisait campagne pour son mouvement péripatéticien. Dans le plus pur mépris des Français, Macron déclarait alors qu’il en allait là de la création de « plusieurs milliers d’emplois […] en Algérie» : à l’instar de son prédécesseur, le président entend donc faire de la préférence étrangère un leitmotiv de sa politique.

alger-macron-en-visite-aussi-symbolique-que-strategique

A l’heure où les entreprises françaises coulent, faute d’initiatives de la part du gouvernement français, le PDG d’En Marche ! entend favoriser les entrepreneurs algériens. Soulignant qu’il souhaitait créer une « communauté économique franco-algérienne dans le secteur des renouvelables », Macron n’a pas hésité à laisser miroiter le gouvernement algérien d’investissements massifs (4 milliards d’euros ! ) en sa direction.

Et alors que les Français sont submergés par une vague migratoire qui risque d’ensevelir leur civilisation, le candidat qui déclarait il y a peu qu’il « ne connaissait pas de culture française » n’a pas hésité à en appeler à de multiples coopérations avec l’Algérie dans le domaine de la culture. Certes, sa culture à lui : celle de la télévision, des médias. « Nous pourrions poser les fondations d’une plateforme de diffusion franco-algérienne, pour la télévision et en ligne,… », s’est-il réjoui. La culture Macron, en somme, est à son image : c’est cette culture 2.0, sans origines, sans traditions, sans profondeur, qui lui a permis de s’installer au pouvoir.

Bien sûr, la conclusion de ces accords franco-algériens était marquée par un discours où perçait, comme de coutume, un lourd tribut de repentance. En appelant à faire fi des « querelles fratricides » et des « polémiques nationales », en déclarant que la guerre de 1962 constituait de la part du camp français un « crime contre l’humanité », Macron a violé la mémoire des courageux Harkis qui ont défendu la France et son image.

Sauvez vos retraites, résistez à Macron !

Comme Emmanuel Macron, le programme des retraites du président séduit car il se prône égalitaire et prétend innover. « Puisqu’il faut que tout change pour que rien ne change », puisqu’il faut un nouveau système pour que les retraités continuent à endurer patiemment de nouvelles iniquités, voyons comment Emmanuel Macron et son gouvernement s’apprêtent à donner le coup de grâce aux 16 millions de retraités avec un grand sourire.

Pourquoi craindre les rafales de réformes qui s’apprêtent à ébranler plus encore les retraites des Français début 2018 ?

La Contribution Sociale Généralisée (CSG) rapporte actuellement 20 milliards d’euros de plus que l’impôt sur le revenu à l’Etat. Parce qu’elle s’applique à tous, parce qu’elle ne connaît pas d’exception, parce que son taux de 7,5% est unique, elle est un levier rapide et efficace pour renflouer les caisses de l’Etat. Emmanuel Macron a annoncé sa volonté d’augmenter la CSG pour taxer, entre autres, les retraités de 8,3 % sur leurs revenus. Alors qu’un retraité touche en moyenne 1322 euros brut en 2016, cette nouvelle augmentation de la CSG toucherait 60 % des retraités et les mettrait plus encore à genoux.

lonely-1509933_960_720

Un système de retraite à point n’est ni plus ni moins que de la poudre jetée aux yeux des contribuables. La réforme des retraites annoncée par le nouveau président de la République voudrait que chaque euro cotisé donne droit à la même retraite quel que soit le métier du retraité, qu’il soit fonctionnaire ou salarié du privé. « La même retraite pour tous » serait donc le nouveau slogan de celui qui confond sans rougir, d’une pensée presque communiste, équité et égalité. Comme rappelé à la réalité, celui qui n’était encore que candidat à la présidentielle nuançait tout de même son propos : « les règles de base seront les mêmes pour tous, mais les taux de cotisation ou les conditions d’âge pourront différer, en raison notamment des caractéristiques des métiers ». Le système dit « Universel » ne l’est déjà plus … Que restera-t-il du reste de ses promesses ?

Pour des raisons démographiques, le nombre de retraités dans la population va continuer à augmenter sensiblement alors que la richesse monétaire qui leur reviendra baissera : de 14,2 % du PIB en 2014 à 12,8 % en 2060. Avec un déficit budgétaire de 69 milliards d’euros en 2016, comment Emmanuel Macron compte-t-il financer ces nouveaux retraités si ce n’est pas de nouveaux impôts, dont on sait combien les précédents présidents en ont été férus : ces derniers ont augmenté de plus de 20% sous les quinquennats de François Hollande et Nicolas Sarkozy. D’ailleurs le nouveau Président des Français l’a annoncé dans son programme : « la solidarité nationale aidera ceux qui en ont besoin ».
Les retraités ne seront donc pas les seuls à être affectés à court terme par cette réforme puisque les Français devront une nouvelle fois payer pour les extravagantes réformes d’apparat d’un jeune président qui fait de son absence d’expérience politique une qualité nécessaire pour bien gouverner…

Communiqué de presse de Jacques Bompard en réaction à sa qualification pour le deuxième tour des élections législatives !

Je me félicite du maintien de la confiance de la droite vauclusienne. J’appelle tous ses membres à voter et faire voter Bompard le dimanche 18 juin prochain.

La télévision a imposé Macron et ses candidats ! Demain, ils transformeront l’hémicycle en machine à enregistrer des ordonnances notamment pour réduire les retraites ! Les retraités qui ont travaillé toute leur vie ne peuvent pas subir encore plus de charges et encore moins de considération !

19114365_10213695611964067_308342144_n

Emmanuel Macron est un poison pour notre pays : élu des banques et des médias, il trahit le peuple. Avec Macron, ce sera toujours plus d’impôts et d’immigration, et même une baisse de 2 milliards d’euros pour nos soldats, alors qu’ils nous protègent du terrorisme islamiste !

Si nous nous laissons faire, Macron utilisera les moyens de l’Etat pour détruire le travail accompli à Orange et à Bollène !

Nous mènerons le combat à l’assemblée nationale pour défendre les gens d’ici. Nous avons besoin de vous pour mener cette résistance. J’ai confiance dans le Nord Vaucluse pour préférer les résultats et l’efficacité face aux incantations des télévisions.

Calais : le retour des immigrés illégaux

Les autorités l’avaient promis : après le démantèlement des « jungles » de « migrants » dans le Nord-Pas-de-Calais, les installations d’immigrés illégaux ne pourraient en aucun cas revenir sur le devant de la scène. Et pourtant : peu à peu, à Grande-Synthe comme à Calais, de nouveaux ancrages de migrants se fixent dans le plus grand mépris du respect des autorités. Ce sont des centaines d’immigrés viennent reposer leurs bagages à Calais : en ce début du mois de juin, 600 Erythréens, Ethiopiens et Afghans sont recensés aux abords de la ville. Du côté de l’Auberge des Migrants ou du Secours Catholiques, les responsables associatifs s’avouent totalement dépassés par cet afflux migratoire.

Pourtant, ce sont bien ces associatifs qui ont favorisé le retour des clandestins dans la région Nord. En dépit des attaques diverses, de la perquisition et de l’incendie de leur maison, Anne-Marie Defrance et son époux, créateurs de l’association Terre d’Errance, n’ont pas hésité à contrer toutes les décisions du maire de la collectivité pour permettre aux immigrés enfreignant la loi de rester à Calais. Violant impunément la loi, le couple n’est pas condamné et continue de mettre les ressortissants calaisiens en danger. Jeudi 1er juin, la rocade portuaire a ainsi fait l’objet d’un feu de branchage destiné à permettre aux immigrés de ralentir ou stopper les camions pour leur permettre de se glisser dans leurs remorques… Un départ de feu dangereux, qui aurait pu tourner au désastre !

Ces-nouveaux-migrants-determines-qui-arrivent-a-Calais

Ce sont aussi ces associations qui dénoncent avec effusion les contrôles qu’exerce légitimement la police à chaque retour des immigrés en de nouveaux points de fixation… « Je comprends mal la ligne politique du chef de l’Etat qui d’un côté félicite Angela Merkel pour son accueil des réfugiés et de l’autre laisse ses administrations agir ainsi face à ces jeunes Erythréens, Ethiopiens et Afghans », se plaint Vincent de Coninck du Secours Catholique. Quoique l’attitude du président de la république soit effectivement ambigüe, les contrôles d’identité des étrangers en situation irrégulière, tout comme les retraits de tentes et d’abris de fortune découverts dans le Calaisis constituent des dispositions visant à assurer la sécurité de ses habitants.

Gérard Collomb, fraîchement nommé ministre de l’Intérieur, a souligné au Maire de Calais tout l’intérêt qu’il portait au camp de « migrants » dans sa ville. On espère qu’à l’inverse de son prédécesseur, l’ancien maire laxiste de Lyon viendra supporter les opérations policières visant à préserver la population calaisienne des attaques d’immigrés clandestins toujours plus nombreux…

Manchester : sans volonté politique, les tueries continueront !

            Le 22 mai la barbarie islamique a encore frappé le sol européen. Autour de 22h33, Salman Abedi, un jeune anglais d’origine libyenne s’est fait exploser durant un concert d’une chanteuse américaine. Cet attentat terroriste a fait 22 morts et 116 blessés parmi les spectateurs. La police a pu déterminer qu’il ne s’agissait pas d’un acte commis par un auteur isolé mais qu’il avait reçu l’aide de complices. A ce jour, les services britanniques ont arrêté une dizaine de suspects dans l’entourage proche d’Abedi. L’attentat a été revendiqué par l’Etat Islamique.

            Son parcours n’est pas encore exactement connu dans sa totalité ; pourtant, quelques éléments commencent à émerger. L’homme est né en Grande-Bretagne, dans une famille musulmane. Si l’on en croit les informations divulguées dans la presse, il se serait « radicalisé » assez récemment, comme une importante partie de sa famille – ses frères ont été arrêtés. Il a combattu avec son frère en Libye contre le régime de Kadhafi dans des groupes salafistes.

burka-en-paris

            L’auteur de l’attentat était connu des services de police, à l’image de nombreux autres terroristes ayant perpétré des attentats sur le territoire européen…. Après tout, Karim Cheurfi, l’auteur du meurtre sur les Champs-Élysées, était fiché S ; Adel Kermiche, l’assassin du père Hamel, était assigné à résidence avec un bracelet électronique.

La BBC confirme que l’un des terroristes de Londres était connu des services de renseignements et surveillé. Comment aurait-il pu échapper à leur vigilance, lui qui avait effectué de nombreux voyages en Libye, avait été remarqué alors qu’il rentrait tout juste d’un de ces voyages avant son acte ultime. Selon The Mirror, il aurait même séjourné en Syrie… Et pourtant : ce sont encore des dizaines d’Européens qui ont perdu la vie à cause du laxisme d’autorités qui l’ont sciemment laissé s’échapper.

            Car si les services de renseignement font leur travail, il conviendrait de coupler leurs recherches à une volonté politique suffisamment ferme pour agir et prendre les mesures qui s’impose pour régler ce problème. Aujourd’hui, 12000 personnes sont fichées S en France : l’Etat doit accroitre son contrôle. Comment se fait-il qu’une grande puissance mondiale qui dispose des moyens technologiques puissants, n’agisse guère au nom d’obscures raisons politiques, qui mettent en péril la vie des Européens ?

 

Immigration : les « intellectuels » de gauche en veulent encore plus !

Avec le déferlement migratoire de ces dernières années, la France a dû faire face à des mouvements de populations incontrôlables sur son sol. Au titre du respect de ses engagements européens, elle a dû ouvrir de nouveaux centres d’accueil, CAO et CADA, sur l’ensemble de son territoire.

Pour Samir Yacoubi, responsable des domaines Habitat-logement-politique de la Ville à l’INSET de Dunkerque, c’est à la « crise de l’accueil des migrant.e.s » (sic) que la France doit faire face et non une crise migratoire. Avec 75 000 personnes en 2015 et 83 000 en 2016, le déferlement migratoire a engendré des réponses en urgence des collectivités territoriales. Des collectivités peu prêtes à réagir financièrement : « c’est dans l’urgence qu’elles ont dû se coordonner avec les services de l’Etat mais aussi avec les acteur.rice.s de la société civile (ONG et citoyen.ne.s) pour définir leurs réponses », explique Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au CNRS.

Pour ces deux défenseurs de l’immigration massive, l’accueil d’urgence ne peut être toléré…. en ce qu’il est une réponse indigne pour les « migrants ». Des immigrés dont l’accueil dans des hôtels est jugée par Withol de Wenden comme « nuisible à leur bonne intégration ». Cette intégration, ils tiennent à la favoriser, quitte à accentuer le phénomène migratoire… Et non sans laborieuse condescendance, la directrice du CNRS de souligner : « Les migrants nous ressemblent de plus en plus ; ils ont reçu une éducation, sont issus des classes moyennes et vivent dans la modernité ».

immigréss

Journées d’actualités, colloques, publications : les deux responsables déploient tout un programme visant à « tirer parti des migrations » et faire de la présence migratoire une « opportunité ». L’effort, s’il n’est dicté par l’appât de bénéfices tout personnels, est particulièrement inquiétant. En proposant de tels services aux immigrés, les collectivités territoriales risquent d’engendrer un appel d’air dramatique, privant chaque jour un peu plus les Français de souche de logements et de soins au profit d’une population allogène toujours plus massive.

L’attitude de ces intellectuels de salon, qui bénéficient grâce à la gauche de l’écoute attentive du gouvernement, est irresponsable. Irresponsable, parce qu’elle invite la France à crouler sous le poids de flux migratoires incontrôlable. Irresponsable, parce qu’elle prive les Français des ressources auxquelles ils ont légitimement droit. Irresponsable, enfin, parce qu’elle encourage le Grand Remplacement de la population française. Jacques Bompard a dénoncé activement la gravité de cette situation dans ses cinquante fiches detox sur l’immigration ! Elles restent d’une malheureuse actualité…