8ème journal du député

Mis en avant

Journal Député N°8-page-001Le 8ème journal du député Jacques Bompard est en cours de distribution dans la 4ème circonscription du Vaucluse.

Vous pouvez lire dès à présent ce numéro en ligne. Propositions de lois contre le trading à haute fréquence, les violences faites aux femmes, pour la diminution des indemnités des élus locaux, la protection de l’embryon, proposition de résolution contre les blocages de la gauche, journée parlementaire pour la vie et actions locales, telles sont les sujets abordés de ce nouveau numéro.

Lire la suite

L’assimilation républicaine n’est plus possible

Cela devient rémanent dans le discours du parti de Florian Philippot. A la dédiabolisation, c’est-à-dire la soumission au système, succède une série de trahisons. Trahison sur l’islam, trahison sur la défense de la vie, trahison sur la question des institutions. Et désormais trahison sur la question de la nationalité.

ce-n-est-pas-parce-que-florian-philippot-va-au-petit-journal-que-le-fn-change-de-ton-avec-les-journalistes

Aujourd’hui la question de l’assimilation républicaine est dépassée et dangereuse. Pourquoi dangereuse ? Principalement, parce qu’elle ne correspond plus à la réalité subie par la majorité de nos compatriotes. La ségrégation de fait des Français de souche, la mise en concurrence de la civilisation française, déjà violemment attaquée par le relativisme, et le génie propre d’autres terres, l’ensauvagement de nos sociétés démontrent qu’une autre proposition politique doit être défendue.

Le Grand Remplacement est une réalité professionnelle, territoriale, culturelle et sociale. Le Grand Remplacement pose l’alternative réelle : soit nous retrouvons une conception organique et historique de la Nationalité, soit nous continuons le délire de la nationalité républicaine c’est-à-dire de la création d’un contrat fictif entre l’Etat et l’individu sans les intermédiaires traditionnels que furent les familles, la société ou encore l’acceptation populaire.

Alors qu’une étude, certes très manipulée de l’IFOP, vient montrer que notre Nation est mutilée par l’immigration et ses conséquences, conserver la seule assimilation comme étendard est tantôt une ringardise pour les plus naïfs, tantôt une lâcheté pour les plus conscients.

Le dilemme est limpide : soit nous procédons à une reconquête culturelle afin que la France soit préservée dans sa permanence et son identité, soit nous participons de l’atomisation d’un monde réduit au plus simple appareil du consumérisme et de la relativité absolue. L’organisation de la ré-émigration est le seul horizon crédible pour l’équilibre social et civilisationnel dans notre pays. Aucune campagne n’excuse de le cacher aux gens.

 

IVG : la dictature de la culture de mort

Jérôme Cahuzac a vendu la mèche. Alors qu’il remettait déjà en cause l’idole Michel Rocard, le porteur de valises le plus célébré de France, l’ancien ministre du budget a également rappelé que les laboratoires avaient financé tous les partis politiques. C’est une conviction que partagent la plupart des défenseurs de la vie.

2048x1536-fit_marisol-touraine-ministre-sante-2-octobre-2014-paris

Comment comprendre autrement l’acharnement déployé par Marisol Touraine pour accroître l’horreur de l’avortement de masse ? Comment comprendre que la propagande socialiste cherche à créer un totalitaire délit d’entrave sur internet alors qu’en région parisienne une lycéenne sur 10 a déjà avorté ? Comment comprendre autrement la soumission de toutes les factions partisanes, sans exception, sur cette question cruciale ?

Je me battrai autant que possible à ce sujet. J’ai donné deux conférences à Carpentras puis au Barroux en cette fin de semaine sur ces questions. Le 12 octobre prochain Claire de la Hougue donnera une conférence dans les salles de commission du Palais Bourbon au sujet de la clause de conscience. Et d’autres évènements sont en préparation.

Nous n’avons plus le choix que d’affronter frontalement Laurence Rossignol, Marisol Touraine et les autres propagateurs de la culture de mort. Ne les laissons pas finir d’assassiner notre société.

Bayer-Monsanto : la monstrueuse fusion mondialiste

L’une des promesses du libéralisme à l’agriculture était le développement de la concurrence et par là, l’amélioration des produits et des processus. Ce fut une promesse diffusée auprès des paysans du monde, et tout à fait spécifiquement de France, à partir de la fin de la seconde guerre mondiale. Cette promesse fut vaine, nous le savons bien dans notre pays ou les coteries industrielles et partisanes ont tué la ruralité. La Vème République fut le poison des paysans.

000159923_illustration_largeAujourd’hui l’agriculture française est trahie. Elle est trahie par la pression des politiques publiques à l’intérieur et leur démission totale à l’extérieur. L’économie globalisée a, en effet, sacrifié les agriculteurs français sur l’autel des consortiums cosmopolites. La fusion de Bayer et Monsanto est une nouvelle étape dans cette évolution. Bayer s’endette massivement sur les marchés pour acheter Monsanto et créer un monstre des complexes chimiques.

Cette fusion de deux groupes cosmopolites crée un monstre du mondialisme. Plus de 100 milliards d’euros de capitalisation boursière, près de 6 milliards d’euros de résultat net, environ 140 000 employés officiels et des dizaines de milliers supplémentaires dans les filiales. Un groupe de cette puissance déjoue toutes les règles prétendument affirmées par les institutions supranationales et pourra dicter sa loi aux états et aux derniers paysans.

Semences, agrochimie, produits phytosanitaires : toutes les horreurs du productivisme seront réunies dans ce groupe. Mais les Etats laisseront faire. La COP21 vaut bien le sacrifice ultime des paysans.

Quelques jours encore pour s’inscrire au Forum de l’Union des droites !

Dans le cadre de notre Forum de l’Union des Droites, la ville d’Orange tiendra une journée sur le thème de la « Reconquête de notre identité ». Jean-Pierre Maugendre (Renaissance Catholique), Gabrielle Cluzel (Boulevard Voltaire), Ivan Rioufol (Le Figaro), Bernard Antony (L’Agrif),… et de nombreux autres conférenciers de talent y interviendront.

Affichage de UDT 2016 A5-page-002.jpg en cours...

Pour vous inscrire : contact@liguedusud.fr ; Yann : 06.09.31.27.60

Inscription à la journée : 15 €.

Inscription au dîner-débat : 20€.

Retrouver toutes les informations inhérentes à cette journée sur les réseaux sociaux :

Page Facebook de l’évènement 

Page Facebook de Jacques Bompard (député-maire d’Orange) / Twitter : @JacquesBompard

Page Facebook de La Ligue du Sud / Twitter : @Liguedusud

 

Urgence dans l’Etat

Chaque jour révèle son lot de nouveaux scandales dans l’affaire de la voiture bourrée de bonbonnes de gaz à côté de Notre-Dame. Une bande de racailles organisée, entre amours de caïds et islamisation forcenée, projetait donc d’attaquer des Français auprès d’un lieu particulièrement symbolique. Si Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas font les fiers-à-bras, la réalité est bien plus inquiétante.

daech-en-france

En effet, le profil et les antécédents des suspects brise toutes les justifications des bien-pensants. Fichés S, liés aux terroristes, connus pour leur fréquentation des salafistes prétendus quiétistes Ces individus ne devraient pas être en liberté, ni même en France. Mais voilà : ce qui intéresse gouvernement et commentateurs, ce sont les incantations au Dieu Etat de droit. Marine le Pen jugeait même hier que l’islam était compatible avec la République. Il suffit de voir des professionnels du politiquement correct galvauder notre sécurité au profit de leurs intérêts. Nous devons au plus vite instaurer un état d’exception, qui seul pourra protéger notre Nation.

C’est avec force que la Ligue du Sud réclame que lumière soit faite sur les conditions qui auraient permis d’empêcher ce passage à l’acte miraculeusement désamorcé.

Sale temps pour les cosmopolites

Du « Wir Schaffen das » d’Angela Merkel aux oublis de tapis rouge pour Barack Obama, les figures du cosmopolitisme vivent des semaines difficiles. Le président américain a passé un séjour délicat en Chine et la chancelière allemande a subi une éclatante défaite électorale. A l’aune d’un monde multipolaire, ces deux grandes puissances sont assises sur des bases de sable et tentent de faire prospérer le libéralisme libertaire au cœur des institutions internationales pour mieux les contourner sur le plan national. Une tentative qui excite la révolte des peuples.

7781184459_barack-obama-emu-aux-larmes-lors-de-son-allocution-au-sujet-de-la-reglementation-des-armes-a-feu-aux-etats-unis

Au lendemain du Brexit, la commission européenne avait été secouée par un scandale. José Manuel Barroso décidait de rejoindre Goldman Scahs, suivant en cela une tradition bien établie d’immixtion des intérêts de « La Banque » au cœur de nos institutions. La commission devait réagir… Patatra ! Jean-Claude Juncker n’a toujours pas dit mot des errements de son ami. Avec les résistances au TAFTA et la crise du G20 incapable de redorer le blason du libre-échange, c’est toute une tendance internationale qui se trouve meurtrie.

Fort heureusement pour elle, la Finance sait se défendre. Emmanuel Macron incarne son influence politico-médiatique en digne successeur d’un François Hollande qui aura été d’une totale soumission aux intérêts de la corbeille. Pendant ce temps, le Front National, au lieu de remettre en cause les règles des oligarchies apatrides, épandait dans tous les médias son amour des dépenses publiques. Dépenses publiques aujourd’hui favorables aux intérêts financiers, notamment sur le marché obligataire. Je me souviens du silence courroucé qui accueillit ma proposition de loi d’interdiction des hedge funds en France. Visiblement, nombre de mes collègues à l’assemblée ne voulaient surtout pas déplaire à quelques intérêts établis.

La défaite est amère, puisque le vice-président de la commission européenne, Frans Timmermans admet lui-même que : « pour beaucoup l’Europe est un facteur d’insécurité ». Et cette exaspération des peuples risque de faire éclater jusqu’aux décisions des organes supranationaux. Ainsi Angel Curria, secrétaire général de l’OCDE, a déclaré au Monde ce lundi : « Après huit ans de consolidation fiscale, que d’autres appellent austérité, nous sommes au point où l’on peut essayer d’accroitre les dépenses publiques. » A quelque école économique qu’on appartienne, la déclaration est paradoxale. L’organisation du commerce et du développement économique intime des décisions aux gouvernements pour calmer les peuples.

Comme je le propose toujours, ce sont les principes de subsidiarité et d’harmonie des corps sociaux qui doivent guider notre approche de l’économie. Bref, le modèle du « bon père de famille » est à remettre en avant. Mais il n’est pas à la mode, le bon père ne joue pas avec des algorithmes sur les produits complexes.

Le crépuscule de l’idéologie républicaine.

Le crépuscule de l’idéologie républicaine.

ob_fcbbcc_valls-bilan
Les sondages et les analyses s’accumulent suite à la manipulation des grosses factions politiques au sujet de la République. Benoît Hamon répondait d’ailleurs récemment à « On n’est pas couché » que l’identité de notre pays se résumait à la République. Comprenons donc qu’avant 1792 personne n’était français en France, qu’entre 1814 et 1830 une invasion étrangère eut lieu en France, invasion accrue jusqu’en 1848. Les empires furent ils français ? Le comte de Chambord était-il français ?
L’analyse du sondage Ifop-Atlantico nous précise quelques contours. Elle invalide de fait la candidature de François Hollande envisagée comme « dernier rempart » du régime. Seulement 25 % des Français se sentent touchés par cet axe, épuisés par l’énumération de stupidités qui a tenue lieu d’argumentaires à la classe politique. 75 % des Français affirme même que ces tirades ont été trop utilisées ce qui confirme la lassitude devant les rodomontades de Manuel Valls.
Cette étude vient rappeler que 17%des Français s’étaient déjà déclarés favorables à un changement de régime dans un sondage BVA. 50% des électeurs de droite se déclaraient même favorables à la monarchie. Au-delà du romantisme, c’est la question de la priorité des valeurs et de la hiérarchisation des institutions qui est en jeu. Parler de la France, de son identité, de ses peuples et de ses territoires avant de mettre en avant des idées ou des systèmes, voilà ce que souhaitent les Français.
Frédéric Rouvillois a donné un angle intéressant d’analyse la semaine dernière au FigaroVox : « Le chef de l’État demeure le référant fondamental. Ce n’est pas la dimension monarchique de ce dernier qui pose problème, mais davantage sa dimension républicaine. L’année dernière, j’ai publié un essai Être ou ne pas être républicain, pour montrer que tous les hommes politiques se servent absolument sans arrêt de ce mot de «République», sans se demander ce qu’il signifie vraiment. La raison est simple… Dès que l’on creuse vraiment la signification de ce qu’est la République, on s’aperçoit qu’elle n’a pas de sens véritable. S’il s’agit seulement de la «chose publique», le terme peut tout signifier. »
Face à une classe politique qui galvaude jusqu’à ses obsessions, il faut un retour du bon sens populaire notamment à travers la régénération de nos corps intermédiaires et de nos territoires. Sinon quelques bouffons continueront leurs concours cosmétiques au lieu de s’intéresser au sort des Français.

Clause de conscience des pharmaciens : Jacques Bompard organise un colloque à l’Assemblée Nationale

Le Conseil de l’ordre des pharmaciens avaient tenté de s’y atteler : de la réforme de son code de déontologie devait surgir une clause de conscience permettant à ses membres de conserver une certaine liberté dans l’octroi de ses prescriptions médicamenteuses. Le souhait d’une telle démarche : laisser la liberté au « pharmacien [de] refuser d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine » sous la condition « d’informer le patient et tout mettre en œuvre pour s’assurer que celui-ci sera pris en charge sans délai par un autre pharmacien ». Fort des 85% – sur un ratio de 75 000 pharmaciens, de professionnels du secteur favorables à cette mesure, l’ordre décide d’ouvrir une consultation sur internet dédiée aux pharmaciens.

claire_de_la_hougue

Le 19 juillet, Laurence Rossignol s’alarme de cette consultation interne et réduit l’Ordre à suspendre cette consultation. La véritable raison de l’émoi du ministre des Familles ? La possibilité de laisser le libre choix au pharmacien de délivrer ou non des médicaments tels que la pilule du lendemain, phénomène qui, auprès du gouvernement, constituerait une remise en cause scandaleuse du « droit » à l’avortement.

Devant cette absence de liberté de choix, pourtant si réclamé par les partisanes de l’avortement, Jacques Bompard a déposé une proposition de loi destinée à octroyer aux pharmaciens une clause de conscience garante d’un exercice éthique de leur profession. Il organise également à cet effet un colloque à l’Assemblée Nationale, afin de débattre de la teneur d’une telle mesure. Maître Claire de la Hougue, Docteur en droit et avocat, proposera d’apporter son expertise sur cette question à l’issue de l’après-midi du 12 octobre 2016 à partir de 15h au Vie Bureau du Palais Bourbon.

Il est possible de s’inscrire, avec le 6 octobre, à l’adresse suivante : jbompard@assemblee-nationale.fr. Merci d’indiquer les nom, prénom, date de naissance et adresse dans le corps du message.

Les producteurs de lait et les producteurs télé

Les producteurs de lait et les producteurs télé.

 

Deux informations retiennent l’attention de la presse économique ces derniers jours. La bataille opposant les producteurs de lait et Lactalis et la création d’une chaine publique d’information en continu. Dans les deux cas, les méandres de l’Etat sont en question. Nous apprenions récemment que Stéphane Le Foll ne détenait pas le numéro de téléphone du PDG de Lactalis mais aussi que Delphine Ernotte était parvenue à convaincre François Hollande en direct de l’importance cruciale de France Info TV.

9222481

La différence de traitement est notable. D’un côté les producteurs furent à la peine pour obtenir 5 euros d’augmentation aux 1000 litres pendant quelques mois. De l’autre, le président de la commission aux affaires culturelles, Patrick Bloche, nous assure que cette affaire a été traitée « au plus haut niveau de l’Etat ». En somme, l’Etat continue à être intrusif là où personne n’a besoin de lui tout en se montrant impotent pour secourir ceux qui sont dans le besoin.

C’est qu’il y voit son intérêt. François Hollande compte évidemment sur le soutien des journalistes du service public pour ces élections présidentielles. L’obtiendra-t-il ? Nul ne le sait, mais son calcul est révélateur d’un état d’esprit qui tranche avec ses odes à l’idéologie républicaine. Dans la plus pure tradition mitterrandienne, ses savants mélanges ne servent qu’à promouvoir gloriole personnelle et règne des partis.

Sur ces questions, les positions de la Ligue du Sud sont connues : suppression de France 2 pour laisser la place et développer le réseau d’antennes régionales consacrées au sport, à la culture et à l’actualité locale. Et non pas la promotion de la bien-pensance à toute heure. Cela permettrait certainement aux journalistes locaux d’illustrer plus avant les affres subis par les exploitants agricoles.

 

 

Garantir la liberté de conscience des pharmaciens

Face à l’inégalité de traitement dont sont victimes les pharmaciens et compte-tenu du caractère essentiel de leur rôle dans le cadre de la santé publique, j’ai déposé une proposition de loi relative à la clause de conscience des pharmaciens. J’y propose la création d’un article unique octroyant une liberté de conscience dans l’exercice de leurs fonctions. Ainsi, « Le pharmacien dispose[rait] d’une liberté de conscience lui permettant de refuser d’acheter, de préparer ou vendre tout médicament ou traitement qu’il jugera dangereux pour le patient ou susceptible d’affecter la vie humaine. ».

Polemique-autour-d-une-clause-de-conscience-chez-les-pharmaciens_exact441x300

Je souligne notamment la responsabilité qui incombe aux pharmaciens en matière de santé publique quant aux produits conservés dans leurs officines. « Le pharmacien assure la qualité des produits se trouvant dans son officine et peut décider de ne pas en commercialiser en fonction de leur dangerosité. Ainsi, il peut refuser pour raisons médicales des médicaments à des patients et ne pas se soumettre sans discernement à la prescription du médecin. ».

L’exposition des pharmaciens aux évolutions techniques et législatives aggrave l’injustice dont ils sont victimes. « Les pharmaciens risquent d’être confrontés à l’apparition de produits létaux avec l’euthanasie ou le suicide assisté, comme ils le sont en Belgique avec le kit euthanasie. Qualifiée d’ « acte d’humanité en dernier recours » par ses partisans, l’euthanasie vient d’être autorisée sans limite d’âge depuis le 13 février 2014 par la Belgique. Ainsi, l’innocence de l’âge ne suffit plus à arrêter la folie de ces partisans, encourageant l’élimination des plus faibles. La question de sa légalisation, en France, est malheureusement au cœur des débats et risque d’aboutir. Premiers exposés, les pharmaciens doivent pourvoir, en toute conscience, accepter comme refuser toute demande pouvant affecter négativement la vie du patient ou attenter à la vie. ».

Le site Gènéthique s’est déjà fait l’écho de cette proposition de loi, que vous pouvez retrouver ici.