Erdogan menace la communauté chrétienne de Turquie !

Les Chrétiens d’Orient continuent de faire l’objet d’un traitement intolérable au Proche-Orient. Jacques Bompard a interrogé le Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères sur le sort réservé à cette minorité en Turquie. Face aux déclarations alarmantes du président Erdogan sur la communauté chrétienne,  » il est du devoir de la France de soutenir les chrétiens d’orient et ceux de la Turquie » , a souligné Jacques Bompard. « Quelle va être la position du ministère des Affaires Étrangères sur ce dossier ? ».

Retrouvez ci-dessous la lettre de Jacques Bompard à Jean-Yves le Drian.

EPSON MFP image

Ministère des Armées : de l’incapacité aux conflits d’intérêts !

Parmi les efforts de renouvellement supposés opérés par le gouvernement Macron, la nomination de Florence Parly est un cas d’école. L’ancienne directrice de cabinet de Claude Allègre et conseillère budgétaire de Lionel Jospin à Matignon a réussi à se recaser au Ministère des Armées. Un poste particulièrement appréciable, en regard de son absence totale d’expérience en la matière. Avec sa carrière de haut fonctionnaire, le successeur de Sylvie Goulard hérite d’un poste éminent, qui semble lui avoir été dévolu par souci stratégique. Ironiquement, celle qui œuvrait comme secrétaire d’état à Bercy auprès de Laurent Fabius, ne devrait pas faire d’ombre au Directeur général de l’armement ni à un président qui s’est construit à la fréquentation des journalistes des allures d’un chef de guerre jupitérien. « Sans attache locale, cette ancienne fabiusienne n’a pas d’administrés à défendre, aucune petite boutique à faire vivoter et pas de comptes à rendre dans une quelconque mouvance du PS. Macron est donc à l’abri d’un coup d’éclat », déclarait même un proche du président dans les colonnes du Canard Enchaîné.

florence-parly-pays-sipa

A l’abri d’un coup d’éclat, mais pas des conflits d’intérêts qui menacent de ternir une nouvelle fois la réputation de ses ministres. Président de l’Agence des Participations de l’Etat dans les entreprises publiques, Martin Vial, mari de Florence Parly, risquait sévèrement d’influencer les avis rendus par son épouse. Annonçant aussitôt qu’il ne prendrait plus part aux dossiers relatifs à la défense et aux armées, il a indiqué vouloir éviter tout conflit d’intérêt…. Dans le même temps, le président de l’APE en profitait pour s’immiscer dans les affaires de la RATP, dont sa femme avait brigué la tête avant sa nomination, en tentant de placer sur la liste des noms proposée à l’Elysée le nom de son amie Catherine Guillouard. Un nom familier pour le nouveau ministre des Armées : l’ex directrice générale de Rexel a œuvré avec Florence Parly chez Air France.

Nommée avec l’appui de Jean-Pierre Jouyet, Florence Parly s’inscrit parfaitement dans un gouvernement rompu aux intérêts financiers et aux scandales répétés. Jacques Bompard, qui avait dénoncé dans un pamphlet le soir de l’élection du président, continuera d’alarmer le parlement sur l’attitude de ces ministres aux qualités douteuses. Car en plus de n’avoir aucune compétence dans le domaine militaire, le ministre, déjà soupçonné d’user de son puissant réseau à des fins toutes personnelles, va sans doute bientôt se voir rattrapé par de nouvelles affaires. La Commission Européenne vient en effet de déposer un recours en manquement visant la SNCF, dont Florence Parly était alors la directrice financière, pour avoir bâti « une construction artificielle contraire au droit européen de la commande publique ». Accusée d’avoir élaboré une filiale ayant pour objectif de contourner les obligations nationales en matière de marchés publics, d’avoir limogé certaines figures du personnel de la SNCF opposées à ce type de pratiques, le nouveau ministre se retrouve ainsi au cœur d’une affaire délicate. Une position récurrente, pour les ministres d’Emmanuel Macron….

Yémen : quelle sera la position du ministère des affaires étrangères ?

               Jacques Bompard a interrogé le ministère des affaires étrangères sur la position qu’il tiendrait dans le conflit yéménite, qui oppose les ressortissants nationaux aux islamistes houthis. « Au même titre que l’invasion occidentale de 2003 en Irak, encourager les interventions de la coalition risque de conduire l’Occident dans un nouvel écueil’, a-t-il fait remarquer.

Retrouver la question de Jacques Bompard ci-dessous :

EPSON MFP image

GPA : la Cour de Cassation approuve !

Après le Comité Consultatif National d’Ethique sur la procréation médicalement assistée, c’est au tour de la Cour de Cassation de se prononcer sur les avancées de la gestation pour autrui. Répondant à la demande de deux hommes « mariés », elle a statué aujourd’hui qu’il était raisonnable que le conjoint du père biologique de l’enfant puisse l’adopter. « Une GPA réalisée à l’étranger ne fait pas obstacle, à elle seule, à l’adoption de l’enfant par l’époux du père », a-t-elle indiqué. C’est donc aujourd’hui une percée significative pour la jurisprudence du dossier de la gestation pour autrui, que le gouvernement ne tardera pas à entériner. Se faisant, la Cour de Cassation adopte une mesure contrevenant à la protection de l’enfant et ouvrant grandes les voies vers une pratique inique.

A n’en pas douter, le nouveau président de l’Assemblée Nationale sera de ceux qui soutiendront avec vigueur cette disposition inique. Seul candidat à la primaire de la gauche favorable à la gestation pour autrui, il assénait en janvier que cette procédure devait faire l’objet d’une législation. Mieux encore, François de Rugy regrettait que des voix s’élèvent encore à l’encontre d’une gestation pour autrui dont la « fameuse circulaire Taubira était censée régler le problème ». Dans un entretien accordé à la revue Têtu, le député s’insurgeait également d’une « forme de terrorisme intellectuel et politique […] qui fai[sait] passer [ndlr. les supporters de la GPA] pour des esclavagistes ».

4521055

Et de fait : en soutenant la gestation pour autrui, le gouvernement s’insinue encore un peu plus dans l’intimité des foyers français et condamne leurs enfants à l’esclavage. Un asservissement de l’enfant privé de l’un de ses parents biologiques, profitant au parent dit « d’intention » qui a exigé de qualifier dans la loi l’acquisition d’un enfant auquel il n’est pas relié de façon naturelle.  François de Rugy, député écologiste, n’entend décidément rien à l’écologie humaine : en appelant à inscrire la GPA dans la loi française, il encourage la systématisation de toutes les dérives dangereuses qui affecteront bientôt des générations d’enfants.

« Personne ne sera jamais forcé à porter l’enfant d’un autre, jamais », jurait ses grands dieux le président de l’Assemblée Nationale pour justifier sa proposition d’inscrire la GPA dans le droit français. La candeur de l’affirmation prête à sourire et l’avis de la Cour de Cassation s’en fait un écho diligent. Avec cette décision, s’ouvre officiellement la voie de l’adoption d’enfants nés par GPA à l’étranger pour des couples homosexuels. Avec cette décision, c’est au détournement caractérisé de l’adoption que l’on risque de se confronter.

 

 

Neuf immigrés sur dix ne quitteront pas le territoire français !

Pour la troisième année consécutive, les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) ont enregistré une hausse conséquente de leurs flux migratoire. Plus de 57 millions de personnes nées à l’étranger sont présentes sur leur sol. Un chiffre qui ne risque guère de décroître puisqu’en 2015, l’Union Européenne a vu ses flux migratoires en sa direction augmenter de 7%, soit 5 millions de personnes. La France s’érige parmi les championnes des pays de l’OCDE : placée en cinquième position, elle a accueilli 256 500 immigrants sur son territoire en 2015.

C’est à Paris qu’ont ainsi été émis 217 500 permis de résidence permanente, dont un tiers concernait les Maghrébins, un cinquième l’Afrique Subsaharienne. Et alors que le commissaire européen Dimitri Avramopoulos, en charge des migrations, déclarait ce matin qu’il était nécessaire que « toutes les personnes qui n’ont pas besoin de protection internationale doivent retourner dans leur pays le plus vite possible » tant la situation « n’est plus soutenable », cet afflux semble surtout provenir des politiques déployées par les pays européens. Avec 90 000 permis délivrés pour raisons familiales, les « immigrants » rejoignent les pays européens à 31% par l’intermédiaire du regroupement familial.

19554814_1897648480482881_3320194194330107008_n

Si le nombre d’immigrés connaît une inquiétante croissance, celui des demandeurs d’asile n’est pas en reste. Record battu pour la France : en cette année 2016, ce sont 78 000 personnes qui ont demandé l’asile dans l’hexagone… Un constat alarmant, corroboré par l’important taux de premières demandes effectuées : 70 748 demandeurs, essentiellement Afghans et Albanais, faisaient là leur première démarche pour bénéficier de l’asile en France.

Dépassés, les dirigeants européens pétrissent leurs discours de contradictions commodes, formulées au gré des opportunités personnelles. C’est d’un côté la présidente de l’OCDE, appelant à l’affectivité des européens qui n’auraient d’autres choix que d’« améliorer l’intégration des immigrants […] pour offrir un avenir plus prospère et inclusif pour tous ». C’est, de l’autre, le commissaire européen, pris à défaut sur le dossier italien, affirmant que « le retour vers les pays d’origine est un aspect indispensable d’une politique migratoire globale » alors même qu’en France, neuf « migrants » sur dix ne repartiront pas…

Racisme anti-blanc à France Télévisions : Jacques Bompard interpelle le ministre de la Culture !

EPSON MFP image

« Mon premier constat en arrivant ? On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change ».Suite à cette déclaration de la Présidente du groupe France Télévisions, Jacques Bompard a interrogé le Ministre de la culture sur les dispositions à prendre face au racisme anti-blanc latent au sein des services publics de l’audiovisuel.

Retrouvez ci-contre la lettre de Jacques Bompard au Ministre de la Culture.

Réaction de Jacques Bompard à la déclaration de politique générale du gouvernement

Jacques Bompard a réagi au discours de politique générale prononcé par le premier ministre ce 4 juillet 2017. « Notre société est en crise parce qu’elle est interdite de réaction. A cet égard, le grand remplacement à l’œuvre dans notre pays est l’enjeu politique le plus crucial », a-t-il déclaré avant d’ajouter. « Les dehors humanistes du mouvement En Marche laissent [pourtant] planer le doute d’une connivence avec les intérêts de l’immigration massive : réduction de la France à une société multiculturelle, soutien d’Etat aux clandestins qui forment la majeure partie des flots de migrants, renonciation de la France devant l’arasement des civilisations puisque pour votre demi-Dieu la culture française n’existerait pas. »

Retrouvez l’allocution de Jacques Bompard.

https://www.youtube.com/watch?v=1kxT1vtTJHA&feature=youtu.be

 

Retrouver ci-dessous le discours de Jacques Bompard.

EPSON MFP image

EPSON MFP image

EPSON MFP image

Quand Monsieur, Frère du roi, se prend pour Jupiter

Emmanuel Macron s’est trompé de surnom : à ses ambitions jupitériennes les Français répondent par la consternation éolienne. Du vent, des ministres qui s’envolent à grand renfort de scandales. Des conflits d’intérêts évident pour la ministre des armées et celle du travail, et la liste devrait s’allonger. Ce cinéma ne tient que grâce à la fascination soutenue par le complexe médiatique.

10459436

En ce qui me concerne, je sais parfaitement que les Vauclusiens ne m’ont pas demandé d’aller contempler les niaiseries d’En marche. Leurs petites affaires du Palais Bourbon cherchant à envahir complètement l’hôtel de Lassay n’intéressent en rien notre pays réel.

Je ne me rendrai donc pas à Versailles lundi prochain. Emmanuel Macron voudra y prendre des dehors de souverain. Il dégage pourtant une impression de Monsieur Frère du roi : de la frivolité, quelques incartades politiques mais rien d’un dirigeant digne de notre pays.

Jacques Bompard soutient le Bastion social !

Ils étaient une centaine de policiers le 13 juin dernier, mobilisés pour évacuer le « Bastion social » à Lyon. En face d’eux : huit personnes abritées dans ce refuge dont l’objectif est d’héberger les Français de souche en difficulté. A défaut d’être courageuse, l’évacuation a été efficace et les tenants des lieux ont été contraints de s’en défaire.

C’est afin d’offrir un toit aux Français démunis qu’a été réquisitionné, il y a quelques mois de cela, un bâtiment abandonné de la ville. Et alors que les « squatteurs » de demeures pourtant habitées sont traduits en justice au bout de plusieurs années, les initiateurs du Bastion ont été interpellés trois semaines à peine après leur installation. Interpellés à grands renforts d’interventions outrancières, à l’issue desquelles une vieille femme souffrant d’un handicap a été expulsée de son abri…

34611947343_877b892504_o

A l’heure où près de 150 000 personnes sont dénuées de toits, l’Etat français achète des hôtels à travers la France, destinés à abriter les immigrés clandestins à l’insu des maires des collectivités. Une dissimulation scandaleuse, à propos de laquelle Jacques Bompard a d’ailleurs interrogé le Ministre de l’Intérieur. Détenteur de 11 millions de mètres carrés vacants, l’Etat dispose d’un million de logements : quel est le sens de ces acquisitions dont les Français de souche sans domicile sont honteusement privés à la faveur de populations allogènes chaque jour plus exigeantes sur ses droits supposés ? A ce titre, la réquisition du bâtiment lyonnais semblait légitime.

Désormais lésés par un gouvernement pour lequel toute manifestation d’attachement national constitue une insulte insupportable, les Français vont devoir faire face à cinq ans de mépris supplémentaire. Le quinquennat Macron, à l’image de celui de son prédécesseur, va encourager un flux migratoire incontrôlable tout en continuant de fustiger un peuple autochtone dont la seule audace est de décréter qu’il est plus légitime de défendre les siens avant les autres.

Jacques Bompard appelle à soutenir le Bastion Social, témoignage du souci de ses initiateurs pour les Français abandonnés par l’Etat. Témoignage, aussi, de la légitimité d’une action faisant primer le réel sur les arguties légales d’un gouvernement déconnecté.

Chauffeur routier mort à Calais : Jacques Bompard interroge le ministre de l’Intérieur

Un chauffeur routier est mort lundi 19 juin dernier, suite à l’accident provoqué par le barrage de « migrants » postés sur la route. Jacques Bompard a interrogé le ministre de l’Intérieur sur cette affaire dramatique. « Quelles dispositions compte prendre le Ministre pour que ne se répète pas le meurtre dramatique du chauffeur disparu la semaine passée ? Quelles orientations allez-vous donner à la réforme du droit d’asile pour que les immigrés illégaux ne puissent plus être en capacité de mettre en danger la vie de la population calaisienne et de ceux qui y travaillent ?« , a-t-il demandé au ministre.

Retrouver ci-dessous la lettre de Jacques Bompard.

C.2. Lettre à Collomb sur les chauffeurs de Calais-page-001