Racisme anti-blanc à France Télévisions : Jacques Bompard interpelle le ministre de la Culture !

EPSON MFP image

« Mon premier constat en arrivant ? On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change ».Suite à cette déclaration de la Présidente du groupe France Télévisions, Jacques Bompard a interrogé le Ministre de la culture sur les dispositions à prendre face au racisme anti-blanc latent au sein des services publics de l’audiovisuel.

Retrouvez ci-contre la lettre de Jacques Bompard au Ministre de la Culture.

Réaction de Jacques Bompard à la déclaration de politique générale du gouvernement

Jacques Bompard a réagi au discours de politique générale prononcé par le premier ministre ce 4 juillet 2017. « Notre société est en crise parce qu’elle est interdite de réaction. A cet égard, le grand remplacement à l’œuvre dans notre pays est l’enjeu politique le plus crucial », a-t-il déclaré avant d’ajouter. « Les dehors humanistes du mouvement En Marche laissent [pourtant] planer le doute d’une connivence avec les intérêts de l’immigration massive : réduction de la France à une société multiculturelle, soutien d’Etat aux clandestins qui forment la majeure partie des flots de migrants, renonciation de la France devant l’arasement des civilisations puisque pour votre demi-Dieu la culture française n’existerait pas. »

Retrouvez l’allocution de Jacques Bompard.

https://www.youtube.com/watch?v=1kxT1vtTJHA&feature=youtu.be

 

Retrouver ci-dessous le discours de Jacques Bompard.

EPSON MFP image

EPSON MFP image

EPSON MFP image

Quand Monsieur, Frère du roi, se prend pour Jupiter

Emmanuel Macron s’est trompé de surnom : à ses ambitions jupitériennes les Français répondent par la consternation éolienne. Du vent, des ministres qui s’envolent à grand renfort de scandales. Des conflits d’intérêts évident pour la ministre des armées et celle du travail, et la liste devrait s’allonger. Ce cinéma ne tient que grâce à la fascination soutenue par le complexe médiatique.

10459436

En ce qui me concerne, je sais parfaitement que les Vauclusiens ne m’ont pas demandé d’aller contempler les niaiseries d’En marche. Leurs petites affaires du Palais Bourbon cherchant à envahir complètement l’hôtel de Lassay n’intéressent en rien notre pays réel.

Je ne me rendrai donc pas à Versailles lundi prochain. Emmanuel Macron voudra y prendre des dehors de souverain. Il dégage pourtant une impression de Monsieur Frère du roi : de la frivolité, quelques incartades politiques mais rien d’un dirigeant digne de notre pays.

Jacques Bompard soutient le Bastion social !

Ils étaient une centaine de policiers le 13 juin dernier, mobilisés pour évacuer le « Bastion social » à Lyon. En face d’eux : huit personnes abritées dans ce refuge dont l’objectif est d’héberger les Français de souche en difficulté. A défaut d’être courageuse, l’évacuation a été efficace et les tenants des lieux ont été contraints de s’en défaire.

C’est afin d’offrir un toit aux Français démunis qu’a été réquisitionné, il y a quelques mois de cela, un bâtiment abandonné de la ville. Et alors que les « squatteurs » de demeures pourtant habitées sont traduits en justice au bout de plusieurs années, les initiateurs du Bastion ont été interpellés trois semaines à peine après leur installation. Interpellés à grands renforts d’interventions outrancières, à l’issue desquelles une vieille femme souffrant d’un handicap a été expulsée de son abri…

34611947343_877b892504_o

A l’heure où près de 150 000 personnes sont dénuées de toits, l’Etat français achète des hôtels à travers la France, destinés à abriter les immigrés clandestins à l’insu des maires des collectivités. Une dissimulation scandaleuse, à propos de laquelle Jacques Bompard a d’ailleurs interrogé le Ministre de l’Intérieur. Détenteur de 11 millions de mètres carrés vacants, l’Etat dispose d’un million de logements : quel est le sens de ces acquisitions dont les Français de souche sans domicile sont honteusement privés à la faveur de populations allogènes chaque jour plus exigeantes sur ses droits supposés ? A ce titre, la réquisition du bâtiment lyonnais semblait légitime.

Désormais lésés par un gouvernement pour lequel toute manifestation d’attachement national constitue une insulte insupportable, les Français vont devoir faire face à cinq ans de mépris supplémentaire. Le quinquennat Macron, à l’image de celui de son prédécesseur, va encourager un flux migratoire incontrôlable tout en continuant de fustiger un peuple autochtone dont la seule audace est de décréter qu’il est plus légitime de défendre les siens avant les autres.

Jacques Bompard appelle à soutenir le Bastion Social, témoignage du souci de ses initiateurs pour les Français abandonnés par l’Etat. Témoignage, aussi, de la légitimité d’une action faisant primer le réel sur les arguties légales d’un gouvernement déconnecté.

Chauffeur routier mort à Calais : Jacques Bompard interroge le ministre de l’Intérieur

Un chauffeur routier est mort lundi 19 juin dernier, suite à l’accident provoqué par le barrage de « migrants » postés sur la route. Jacques Bompard a interrogé le ministre de l’Intérieur sur cette affaire dramatique. « Quelles dispositions compte prendre le Ministre pour que ne se répète pas le meurtre dramatique du chauffeur disparu la semaine passée ? Quelles orientations allez-vous donner à la réforme du droit d’asile pour que les immigrés illégaux ne puissent plus être en capacité de mettre en danger la vie de la population calaisienne et de ceux qui y travaillent ?« , a-t-il demandé au ministre.

Retrouver ci-dessous la lettre de Jacques Bompard.

C.2. Lettre à Collomb sur les chauffeurs de Calais-page-001

 

Vaccination obligatoire : Jacques Bompard écrit au ministre de la Santé !

Jacques Bompard a interrogé le ministre de la Santé et des Solidarités sur sa volonté de rendre obligatoire onze vaccins. Une obligation qu’il juge comme « une intrusion dans le choix des personnes et des familles à disposer ou non des services proposés par le ministère de la santé, qu’ils sont en droit de refuser« .

passa

Pour le député, « il s’agit par ailleurs d’un encouragement inacceptable de l’immixtion des laboratoires pharmaceutiques dans le domaine de la santé« . Il lui a demandé de reconsidérer son avis avant que ne s’amorce « un changement irréversible d’un secteur de la santé, en passe de devenir un vaste marché financier« .

Retrouver la lettre de Jacques BOMPARD à Agnès BUZYN, ministre de la Santé et des Solidarités.

EPSON MFP image

 

Marcheurs ou suiveurs

Le mandat de François Hollande s’est caractérisé par une obsession des réformes sociétales.

Il a déconstruit le mariage en faisant primer les pulsions personnelles sur la naissance et l’éducation des enfants, vocation historique de la famille. Enfants qui sont d’ailleurs discriminés, puisqu’ils ne bénéficieront pas de la chaleur de l’altérité sexuelle pour les guider dans leurs rapports à la société.

Cette trahison de la nature et de l’anthropologie préside à la marchandisation de l’enfance et plus généralement de l’être humain.

Evidemment, les hérauts de cette « nouvelle civilisation » nous promettaient qu’ils ne toucheraient pas à la PMA sans père et à la GPA. L’ère d’Emmanuel Macron et la soumission du CCNE prouvent que l’inverse va advenir. PMA et GPA seront défendues et votées par la pléthorique majorité des députés en Marche, encore plus libertaires que leurs aïeux socialistes.

DDFnzcUXsAATBmS

Les conséquences de ces dérèglements sont passées sous silence, alors que nous les connaissons parfaitement : émiettement des rapports sociaux et défiguration du monde. Une télévision doctrinaire et des soviets parisiens décident de ce qui est dicible ou dangereux, les autres voix sont écartées.

Les nouveaux hiérarques sui succèdent au président ordinaires empirent nos craintes. Ils ajoutent une maitrise de la théâtrocratie que ne possédait pas le comédien déconstructeur Hollande.

Sur le fond, rien ne changera : toujours plus d’immigrés, toujours plus d’impôts et toujours plus d’amabilités pour les comportements de marge. La vieille recette de la gauche.

La récente Marche des Fiertés qui écœure la majorité des Français jouit de la bienveillance d’un cénacle médiatique très réticent à évoquer sérieusement les craintes des Français : le terrorisme islamiste, la relégation sociale, etc.

Tout pour les LGBT, rien pour les chômeurs, les familles et les retraités. Voici la méthode Macron.

Macron : un scandale par semaine !

La presse du système commence enfin à s’intéresser aux réalités dissimulées derrière le produit Macron. Une fois élu, le locataire de l’Élysée est donc, un peu mis en cause. Son voyage à Las Vegas sur les fonds de Business France et au bénéfice d’Havas, organe clef de la fabrication Macron et ancien employeur de certains membres, pose de profondes questions.

Newly appointed French Labour Minister Muriel Penicaud poses after an official handover ceremony with her predecessor in Paris on May 17, 2017. / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

La French Tech Night se déroulait au cœur d’un luxueux hôtel de Las Vegas. Pas de bon de commande, pas d’appel d’offre, le tout entre copains. Muriel Penicaud organisatrice de l’évènement et récente ministre, est largement inquiétée.

Les Français ont donc été dupés par Emmanuel Macron. Sa moralisation politique est une arnaque contredite dès les premières semaines du quinquennat.

Je déposerai bientôt une demande de commission d’enquête parlementaire sur les moyens de la campagne Macron.

PMA : le CCNE trahit (encore) l’éthique et les enfants !

Jean-François Delfraissy, président de l’instance du Comité Consultatif national d’éthique (CCNE) avait averti : l’avis « ne fera sûrement pas l’unanimité et va déclencher des anticorps de part et d’autre ». Voilà près de quatre ans que cette institution devait rendre son avis sur la procréation médicalement assistée pour les couples de même sexe. C’est chose faite : quatre ans après le « mariage » pour tous, l’avis favorable du CCNE résonne comme une revendication militante dans la suite logique de la loi Taubira. L’absence de témérité opportune de François Hollande avait pourtant permis de retarder l’échéance : l’ancien président de la république attendait le rendu de l’avis pour légiférer sur cette réforme civilisationnelle.

Aucun doute n’était permis sur l’orientation que prendrait le rendu ; à l’instar de la Cour de Cassation, qui validait en 2014 la possibilité d’adoption pour un couple de femmes, le Comité Consultatif National d’Ethique encourage aujourd’hui l’inscription dans la loi d’une privation du père pour son enfant.  Car l’avis du CCNE est clair : il ouvre aujourd’hui la possibilité d’autoriser aux femmes célibataires ou aux couples de femmes sans infertilité médicale de posséder un enfant. Un enfant devenu objet de spéculation d’un marché juteux, dont l’essor commençait déjà à croître en Espagne ou en Belgique. Là-bas, les couples de femmes comme les femmes célibataires se pourvoient sans efforts, pointant du doigt dès leur retour sur le territoire français l’inégalité de leur situation, alors même qu’elle n’est qu’une intolérable marchandisation de l’enfant.

des-participants-a-la-manif-pour-tous-rassemgles-aux-invalides-le-2-fevrier-2014-a-paris_4719669

A l’image de son prédécesseur, Emmanuel Macron attendait l’avis symbolique du CNNE pour statuer du sort de milliers d’enfants qui seront bientôt privés de père. Favorable à son ouverture «aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires», le président a aussi fait part de sa volonté au bastion de nouveaux députés En Marche !, qui voteront à l’aveugle l’inscription de cette destruction de la cellule familiale traditionnelle. De Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du mouvement de Macron qui déclarait « nous ouvrirons la PMA à toutes les femmes » à Marlene Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui a pris la tête du cortège de la « marche des fiertés » samedi où s’est revendiqué à grand bruit ce « nouveau droit », les parlementaires macronistes entérineront d’un seul corps une décision du CCNE dont le contenu n’a qu’une valeur… consultative.

Jacques Bompard rappelle que cette destruction anthropologique et familiale créera toujours davantage de souffrances. Au jeu du progressisme, les idéologues se brûleront les doigts et trouveront face à eux des masses prêtes à se lever pour défendre la dignité humaine.

.

Néonicotinoïdes : le gouvernement Macron pétri de contradictions !

« Il y a des produits estimés dangereux qui sont retirés mais d’autres dont nous ne connaissons pas la dangerosité, qui n’ont pas de produits de substitution ». Bien maladroitement, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation tâtonne, à la recherche d’une argumentation valable lui permettant d’expliquer cette ré-autorisation soudaine des néonicotinoïdes que le gouvernement s’apprête à  prononcer. Alors que ce type de pesticide a été reconnu dangereux pour la survie des abeilles, Stéphane Travert persiste et signe : la réintroduction de cette substance sur le marché français est nécessaire, tant son exclusion, signée par le parlement quelques mois plus tôt, n’est pas en « conformité avec le droit européen ».

C’est une fois de plus par soumission à Bruxelles que pourrait donc s’opérer le retour de cette substance chimique dangereuse dans l’agriculture française. Pour le ministre de l’Agriculture, c’est à ce respect de la législation européenne qu’est conditionnée la santé financière des exploitations françaises ; en outrepassant  ses juridictions absconses, les agriculteurs français seraient alors lésés par une concurrence à laquelle il sera difficile de résister. Discours fallacieux … En inversant ainsi le rapport de cause à effet, Stéphane Travers fait montre d’une posture paradoxale : car c’est bien l’imposition de telles normes européennes, inadaptées à la variété des territoires ou la faculté particulière des exploitations nationales, et non l’inverse, que sera due la difficulté à combattre une concurrence désormais déloyale.

C’est bien le paradoxe qui jalonne le discours des membres du gouvernement comme de son président. « Ce qui est mauvais pour les abeilles est mauvais pour l’homme », avait d’ailleurs déclaré Emmanuel Macron en campagne, soulignant par là-même qu’il ne saurait y avoir de retour possible sur les néonicotinoïdes.  La même contradiction anime le cœur de son gouvernement, tiraillé entre un ministre de l’Agriculture ouvertement favorable à leur retour et la volonté du ministre de l’écologie qui indique que « les interdictions ne seront pas levées ».

slf-em_0

Jacques Bompard alertait déjà le parlement en mai dernier sur les nombreux problèmes qu’avaient rencontrés les apiculteurs à l’issue de ces législations. « En 2013, pour soutenir les apiculteurs, le ministère de l’agriculture s’était engagé à créer une association d’interprofession apicole visant à protéger les abeilles et la biodiversité. Parallèlement, le ministère avait promis l’interdiction des néonicotinoïdes », rappelait-il au détour d’une question écrite. A l’instar de son prédécesseur, le gouvernement Macron, pétri de contradictions et soumis à l’inaction, fera sombrer un peu plus l’agriculture.