L’aveuglement de l’Occident encourage la croissance des populations déracinées

Près de 65.6 millions de déracinés ont été dénombrés par le Haut-Commissariat de l’ONU en 2016. L’institution s’est d’abord alarmée de la situation au Soudan du Sud, en proie à la guerre civile depuis 2013. Une guerre désastreuse, qui a provoqué des dizaines de milliers de morts et la fuite de 3.7 millions de personnes hors de leur foyer. Les six derniers mois, ce sont 64% de personnes de plus – soit 1,4 milliards de sud soudanais supplémentaires, qui ont dû fuir de chez eux. Jacques Bompard a interrogé le ministre des affaires étrangères sur la situation, soulignant que « l’échec de la politique occidentale a engendré une reprise des combats mettant parallèlement en péril une situation humanitaire déjà critique ». Car les efforts de paix de l’été passé, initiés par l’Occident, auront été vains…

On 25 December 2015 in Aleppo in the Syrian Arab Republic, Esraa, 4, and her brother Waleed, 3, sit on the ground near a shelter for internally displaced persons.

Parmi les déracinés, 40 millions sont des personnes déplacées au sein même de leur pays, à l’instar de la Syrie et de l’Irak. Depuis près de six ans, la Syrie est en proie à l’emprise de troupes de l’Etat Islamique dont l’expansion massive et la pérennité sur le territoire syrien ont été permises par l’attitude hésitante de la Coalition internationale. Au début du mois d’avril, Bruxelles avait par ailleurs promis des milliards de dollars pour venir en aide à la population syrienne ; à ce jour pourtant, celle-ci ne dispose pas de l’aide escomptée. L’appel de fonds des humanitaires est également moins financé qu’il ne l’était quelques années plus tôt… Les 5.5 millions réfugiés syriens à travers le monde sont les premières victimes de cette absence de prise de position claire. Des victimes déracinées, aspirant à retrouver les leurs sur la terre de leurs pères et la reconstitution de la cellule familiale qu’ils ont quittée.

Le 5 avril, le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron déclarait : « l’ennemi du peuple syrien, c’est Bachar al-Assad ». Une posture toute personnelle, à mille lieues de l’attitude diplomatique inhérente à un président de la République, qui devrait reconnaître que le premier ennemi du peuple syrien est bien l’Etat Islamique. Le Haut-Commissariat de l’ONU a beau jeu de se désoler de « l’oubli » dans lequel risque de sombrer le « conflit » syrien… Sans prise de décision claire de la part des membres de la coalition internationale, l’Occident ne pourra aider les déracinés à retrouver leur foyer.

L’union des droites, vite !

La droite n’est pas passée loin de la correctionnelle en Vaucluse. Grâce à l’union des électorats, Julien Aubert, Jean-Claude Bouchet et moi-même avons conservé notre siège. Nous  avons su réunir autour d’eux des électeurs libres opposés à la spoliation fiscale et à l’immigration massive.

Évidemment, l’usure des partis et leur perte conséquente de crédibilité dans l’opinion n’est pas pour rien dans ce qu’il arrive !

Partout la droite recule néanmoins. Elle recule parce qu’elle n’a pas fait le choix de l’enracinement-qui nous a permis de résister- et parce que des guerres intestines ravagent la droite de notre département. L’étiquette partisane continue à être brandie comme seul motivation électorale.

Passons immédiatement sur ceux qui ont appelé à voter pour la gauche Macron. Ils prouvent par là qu’ils se donnent au plus offrant. Mais ceux qui n’ont pas fait le choix d’une franche union avec les partenaires de la droite ont fauté par ignorance. Les caprices n’ont pas leur place devant un adversaire comme Macron.

XVMb0dda900-77f0-11e5-8437-3b17ba0244bb

Je reste consterné des appels à mi-voix, des pudeurs et autres errements électoraux de la droite vauclusienne alors que nous aurions tous du franchement faire barrage à Macron. Pour ma part, c’est du moins ainsi que j’ai envisagé les dernières élections présidentielles et législatives.

J’entends déjà ceux qui rétorqueront qu’il faut un scrutin proportionnel ! Je le récuse totalement : si les communistes arrivent à former un groupe à l’assemblée nationale, la droite unie peut aussi y arriver. Mieux, elle ne le peut qu’au prix d’une action militante enracinée. Parachutages, marchandages parisiens, prime aux « prises de guerre » sont dépassés. La proportionnelle c’est la dictature de Paris sur les provinces ou les élus ne sont plus recrutées pour le service qu’ils peuvent rendre aux gens mais pour l’importance qu’ils ont vis-à-vis de leur parti.

Or c’est bien les gens qu’il faut servir et pas des structures déjà gavées d’argent public.

La droite nationale aurait pu emporter l’ensemble des élections dans le Vaucluse et donc gérer un département et sa représentation nationale.

Nous avons l’occasion de ne pas laisser les mêmes caprices aboutir aux mêmes conséquences pendant cinq ans ! Au travail !

PMA pour toutes, congélation d’ovocytes : En Marche plaide la marchandisation du corps de la femme !

Deux ans après le passage du décret qui autorisait les femmes sans enfants à faire don de leurs ovocytes, l’Académie de Médecine envisage d’élargir une disposition particulièrement préoccupante : la congélation des ovocytes des femmes qui aspirent à la conservation de leurs cellules sexuelles pour procréer quand bon leur semble. Si la procédure est encore contrôlée en France, ces avis favorables rendus par des autorités sanitaires reconnues risquent d’engendrer leur systématisation…

Les arguments soulevés par l’Académie de Médecine pour justifier sa position ne sont pas moins inquiétants : car l’officine entend ainsi « pallier les conséquences de l’infertilité liée à l’âge pour les femmes qui à 35 ans n’ont toujours pas de partenaires stables ou qui optent temporairement pour des choix de vie sans maternité immédiate », enjoignant subrepticement la banalisation d’une grossesse dont le caractère naturel s’efface à mesure que s’instaure une gestation sur demande. Arguant que la congélation des ovocytes augmente les chances de réussites en cas de fécondations in-vitro et permet l’épargne de la réserve insuffisante des ovocytes du don, l’Académie de Médecine ouvre les voies à un marché de la grossesse malsain. Un marché de la FIV coûteux, qui n’est par ailleurs pas sans risque pour la femme qui y a recours…

Capture

En encourageant la congélation des ovocytes des femmes, l’Académie de Médecine se rend coupable. Coupable d’enjoindre les femmes à privilégier leurs carrières à leur rôle de mère, alors même que la natalité française connaît une décroissance alarmante. Coupable de favoriser l’instauration d’un marché dont le corps de la femme est la victime malheureuse. Coupable de se laisser « influencer par la soif du gain »[1] en engendrant un effet de dopage sur la demande de fécondation in-vitro, dont la pratique est dangereuse pour les femmes.

A grands renforts de communications médiatiques, on annonce que la légalisation de ce genre de pratiques aurait pour objectif d’éviter l’installation d’un marché parallèle à l’étranger. Une litanie dont on devient coutumier, alors que la question de la légalisation de la procréation médicalement assistée revient sur le devant de la scène. La semaine prochaine, le Conseil Consultatif National d’Ethique (CCNE) rendra son avis sur cette pratique ; à l’issue de l’annonce sera sans doute abordée la question du remboursement de la congélation d’ovocytes par l’assurance maladie. Nul doute que les députés « En Marche ! », favoriseront l’ouverture de « la PMA à toutes les femmes », comme l’annonçait le porte-parole du mouvement Benjamin Griveaux avant les législatives…

[1] Le Serment d’Hippocrate souligne pourtant : « Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. »

Démission de François Bayrou : l’arnaque Macron !

François Bayrou quitte donc le gouvernement. Emmanuel Macron aura attendu le lendemain des législatives pour sévir contre ses alliés centristes. Tant qu’ils permettaient aux médias de magnifier l’Union autour de Jupiter, ils furent donc utilisés. Devenus embarrassants au moment de discuter de la  » moralisation de la vie politique « , ils sont débarqués. Ils forment donc la première charrette, visiblement avec Richard Ferrand, des ratés du premier gouvernement Philippe. Une performance assez impressionnante pour Emmanuel Macron qui imaginait  » renouveler la politique ». Si la presse nationale parlera de belle sévérité pour l’ancien acolyte de François Hollande, c’est bien l’arnaque Macron qui éclate au grand jour. Une arnaque qui se sera jouée des Français, sans la moindre vergogne.

Fin-de-querelle-Macron-et-Bayrou-trouvent-un-accord-pour-legislatives

Jacques Bompard réagit à la démission du ministre des armées

J’apprends avec de la consternation et de la satisfaction entremêlés la démission du ministre des armées. Obsédée par l’union européenne et l’OTAN, elle allait contre toute conception nationale de nos armées. A l’heure de la mondialisation sauvage, il convient de comprendre les évolutions nécessaires de notre outil militaire. Il convient aussi de rappeler que c’est le patriotisme qui doit souder les hommes et certainement pas l’utilitarisme. J’ajoute qu’Emmanuel Macron prouve là que son vernis publicitaire n’a que peu de rapport avec la manière dont il envisage la politique. Macron ne veut pas le bien du pays, il veut la prospérité de ses maîtres. Alors que des hommes tombent régulièrement sous les drapeaux, espérons qu’il montrera demain plus de considération ceux qui offrent leur vie à la France.

7788583438_sylvie-goulard-nommee-ministre-des-armees-dans-le-premier-gouvernement-philippe

Victoire de Jacques Bompard aux élections législatives !

Chers amis,

Les Vauclusiens ont donc décidé de me renouveler leur confiance. Au milieu d’un marasme politique sans précédent, ils ont fait le choix de la résistance.

J’ai toujours appelé à votre contre Emmanuel Macron. Si la droite avait été aussi claire, elle l’emporterait partout en Vaucluse.

Résistance d’abord devant la fatalité politique qui voulait nous imposer des élus inconnus au strict profit de Macron et du système qui détruit notre pays et l’Europe. 

19369351_10213396927747641_1567029164_o-2

Résistance devant la télévision et la presse nationale qui n’ont accordé aucune place à ma candidature, trop heureux d’essayer de se débarrasser d’une des rares voix enracinées de l’assemblée nationale.

Je note les soutiens généreux des conseillers départementaux du Front National,  Antonia Dufour, Rémi Rayé et Julien Langard. Je note également la compromission de certains maires républicains, dont l’absence de prise de position arrêtée a engendré la confusion.

Résistance, enfin, contre les axes du projet d’Emmanuel Macron : plus d’impôts et plus d’immigration.

Mes équipes parlementaires sont déjà au travail. Dès l’ouverture de la session, nous déposerons cinq textes :

– le premier est un projet de loi cadre bioéthique puisque Macron veut déjà attaquer ce sujet avec la GPA.

– le second est une proposition de loi de rétablissement de la sécurité et de renforcement des moyens des forces de l’ordre

– le troisième concerne l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur les influences étrangères ayant permis l’élection du créateur d’En Marche !

– le quatrième ouvre le droit à exercer un comportement de négociants pour les vignerons victimes de catastrophes naturelles.

– le cinquième ouvrirait une commission d’enquête parlementaire sur les pratiques des laboratoires pharmaceutiques.

Au cours de ce nouveau mandat, j’aurai à coeur de continuer à interpeller l’Etat pour qu’il s’investisse davantage au profit de la ruralité et des communes.

Je serai le député de tous les Vauclusiens, attachés au Bien Commun.

Merci à tous.

 

Jacques Bompard

Un député macroniste ne servira à rien !

Il l’avait annoncé dès février dernier, sur France Inter : Emmanuel Macron élu, c’était l’assurance de députés En Marche ! sous ses ordres ! Pour assoir sa majorité au parlement, celui qui était alors candidat à la présidentielle soulignait que la condition d’investiture des parlementaires issus de son mouvement était de ratifier toutes ses propositions. « Chaque candidat qui sera investi signera avec moi le contrat avec la nation c’est-à-dire qu’il s’engage à voter à mes côtés les grands projets, c’est-à-dire à soutenir notre projet. Il n’y a pas de frondeurs ». La démonstration d’hégémonie de l’actuel président révèle d’une dérive inquiétante, profondément anticonstitutionnelle, de l’usage du pouvoir en France. Elire un député macroniste relève donc au mieux de la farce, au pire d’un acte attentant profondément à la Constitution, qui rappelle que « Tout mandat impératif est nul. Le droit de vote des membres du Parlement est personnel ». Car ce n’est pas une consigne de vote, qu’exige le président : c’est un contrat de soumission, auquel les députés ne pourront déroger !

1280x720-lZy

Elire un député macroniste n’engagera aucun renouveau. La récente étude du Cevipof a mis en lumière le gigantesque leurre que représentait cette vague de pseudo « nouveaux parlementaires » prête à s’abattre sur l’assemblée uniforme de demain. Une assemblée En marche, ce n’est que 35% novices de la politique et 222 candidats ayant déjà exercé un mandat. Une assemblée En marche, c’est 68.8% de cadres supérieurs, sorte de consortium de gérants d’entreprises accoutumés au langage de communication perpétuel d’un président ubérisé. Une assemblée En marche, c’est l’avènement de l’élite ploutocrate parisienne, le couronnement des géants financiers aux ordres du CAC 40. En marche a menti ! Le renouveau qu’il brandit en étendard est factice. Parmi les candidats ayant déjà œuvré en politique, ce sont 25 anciens députés, 32 conseillers régionaux, 76 maires, dont beaucoup s’inscrivent à gauche et vont perpétuer le quinquennat d’Hollande. Vont continuer de se servir chez les gens d’ici pour aider les nouveaux arrivants.

Un député macroniste de plus à l’assemblée ne fera qu’accélérer l’irrémissible mouvement de cette marche vers la dictature. Confier une voix supplémentaire au président, c’est lui offrir les pleins-pouvoirs et faire taire toute voix discordante à la sienne.

Immigration : en marche vers le grand remplacement !

            La crise des réfugiés continue ! La question n’a pas été au cœur des débats à l’issue des dernières échéances électorales. Le 12 septembre 2015, le ministère de l’intérieur distribuait un livret d’information destiné aux maires, alors rassemblés à Paris pour une réunion autour de la question des réfugiés. Ce livret se présente comme un mode d’emploi pour les modalités attenantes à l’accueil des réfugiés par les communes qui spontanément demanderaient à les recevoir. Compilation de l’utopie bien-pensante du gouvernement par rapport aux réfugiés, le document élude de traiter la réalité du problème.

            En effet, le livret biaise la réalité sur la majorité des points qu’il aborde et adopte une position particulièrement floue quant au choix accordé aux communes d’accueillir ou non des réfugiés. Programme politique utopique, le livret laisserait une réelle liberté de choix à la commune ; cependant, l’Etat a délivré de si gros moyens pour les forcer à en accueillir que cette liberté semble bien relative. Ainsi, les maires ne peuvent pas s’opposer à la construction de CADA dans leur commune car cela ne relève pas de leurs prérogatives. Par ailleurs, le préfet a la possibilité d’imposer au maire l’installation de réfugiés dans sa ville.

hqdefault

En cela, le livret présente une réalité faussée, où tout le monde a le choix et où l’accueil des réfugiés constituerait nécessairement une grande joie pour les communes … Et pourtant : un grand nombre de communes préfèrent payer des amendes plutôt que de recevoir des réfugiés. Les maires ne peuvent donc en aucun cas accepter ce genre d’analyses, qui méritent une véritable connaissance de la commune.

            D’autre part, le document remis aux maires ne prend pas la mesure du problème. Il ne considère que juridiquement les réfugiés qui arrivent et disposant des différents statuts du réfugié ou de protection subsidiaire. Le livret donne les différentes règles juridiques mais fait semblant d’ignorer qu’avant que les «migrants » aient procédé aux demandes, ils se trouvent déjà dans les communes et dans une situation illégale. A ce stade, comme ultérieurement, la commune n’a pas de capacité de les prendre en charge.

            Ce rapport dépeint une situation idéale, où chaque « migrant » irait de lui-même faire toute les démarches avant d’arriver et qu’il y en aurait un nombre idéal pour chaque commune. Mais la vraie situation est très différente.

            Les chiffres croissants d’immigrés arrivant sur le territoire montrent une toute autre réalité. Une réalité où l’Etat n’a pas le contrôle. Le chiffre des arrivées et des demandes d’asile en France s’élève à 85 244 demandes. Sur ces demandes, 26 000 sont acceptées. Dans le même temps on observe une baisse de 19% des reconduites aux frontières cette année. On se retrouve donc dans une situation où les immigrants illégaux parmi les demandeurs d’asile déboutés sont en forte augmentation.

            Ce chiffre des réfugiés illégaux n’est pas constitué que des seuls demandeurs déboutés non reconduits ; il est aussi le fait des entrées illégales sur le territoire – 2 % de renvois effectifs avec 157 000 l’année dernière. Le bilan européen est de +151% d’entrées illégales dans l’UE de 400 000 séjours illégaux. Selon les chiffres du Figaro, 10 000 clandestins entrent en France chaque mois et la police ne peut en appréhender que 4000 environs.

Enfin, les mesures prônées par le livret, censées faire d’un nouvel arrivant sur le territoire un Français sont ridicules. Le programme inculqué aux populations fraîchement débarquées ? Un apprentissage des «valeurs de la  république et de la démocratie » en deux et via la diffusion de 15 minutes de film sur le « vivre ensemble »…Une méthode tout bonnement ridicule complètement inefficace !

            L’Etat a menti aux maires en leur dépeignant une situation idéale qui n’existe pas. Le ministère avait-il besoin de mentir à ses élus pour obtenir un semblant de consentement de leur part ?

En proposant un tel fascicule, l’Etat n’a pas voulu épauler les maires de France : il a préféré leur mentir. Il leur a prémâché un discours consensuel. Gageons que les successeurs du quinquennat Hollande, en marche vers le grand remplacement, useront des mêmes méthodes !

Il faut battre En Marche partout en Vaucluse !

Nous devons faire comprendre à Macron et ses candidats que le Vaucluse n’est pas un produit financier. Nous devons faire gagner la droite contre les successeurs du Parti Socialiste que sont les candidats en marche.

Avec Emmanuel Macron, nous savons que nous aurons toujours plus de mondialisation sauvage, d’immigration et de soumission à la finance.

Ce programme est un poison pour la France, comme la campagne unilatérale en faveur d’En Marche l’a été. Je connais bien l’assemblée nationale et y envoyer des élus sans expérience ni légitimité sera une erreur majeure !

Aussi j’appelle clairement à voter en faveur des candidats Républicains : Julien Aubert et Jean-Claude Bouchet, les frontistes Hervé de Lépinau et Anne-Sophie Rigault !

Résistons à l’OPA Macron !

keep-calm-and-stop-macron-14

 

Macron, c’est l’Algérie à Paris !

« Nos deux peuples ont vocation à écrire ensemble une nouvelle histoire ». Derrière cette déclaration d’Emmanuel Macron, lancée sur le réseau social Twitter le jour de sa rencontre avec le premier ministre tunisien Abdelmalek Sellal, se cache une inquiétante réalité : Macron, c’est l’Algérie à Paris !

Non content de saluer des politiques migratoires européennes dévastatrices pour sa civilisation, le président de la république entend créer un « Office franco-algérien de la Jeunesse » pour « favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée », a-t-il souligné alors qu’il faisait campagne pour son mouvement péripatéticien. Dans le plus pur mépris des Français, Macron déclarait alors qu’il en allait là de la création de « plusieurs milliers d’emplois […] en Algérie» : à l’instar de son prédécesseur, le président entend donc faire de la préférence étrangère un leitmotiv de sa politique.

alger-macron-en-visite-aussi-symbolique-que-strategique

A l’heure où les entreprises françaises coulent, faute d’initiatives de la part du gouvernement français, le PDG d’En Marche ! entend favoriser les entrepreneurs algériens. Soulignant qu’il souhaitait créer une « communauté économique franco-algérienne dans le secteur des renouvelables », Macron n’a pas hésité à laisser miroiter le gouvernement algérien d’investissements massifs (4 milliards d’euros ! ) en sa direction.

Et alors que les Français sont submergés par une vague migratoire qui risque d’ensevelir leur civilisation, le candidat qui déclarait il y a peu qu’il « ne connaissait pas de culture française » n’a pas hésité à en appeler à de multiples coopérations avec l’Algérie dans le domaine de la culture. Certes, sa culture à lui : celle de la télévision, des médias. « Nous pourrions poser les fondations d’une plateforme de diffusion franco-algérienne, pour la télévision et en ligne,… », s’est-il réjoui. La culture Macron, en somme, est à son image : c’est cette culture 2.0, sans origines, sans traditions, sans profondeur, qui lui a permis de s’installer au pouvoir.

Bien sûr, la conclusion de ces accords franco-algériens était marquée par un discours où perçait, comme de coutume, un lourd tribut de repentance. En appelant à faire fi des « querelles fratricides » et des « polémiques nationales », en déclarant que la guerre de 1962 constituait de la part du camp français un « crime contre l’humanité », Macron a violé la mémoire des courageux Harkis qui ont défendu la France et son image.