La droite peut-elle renaître de ses cendres ?

Extrait du journal de La Provence du 17 juin 2019

Le Rassemblement National (RN) assemblé en convention à La Rochelle a présenté son plan de conquête pour les prochaines municipales, au lendemain des élections européennes. Passons sur le bilan mitigé de cette échéance électorale qui a vu le parti de Marine Le Pen arrivé tout juste en tête de cette consultation nationale, talonné par la majorité présidentielle (LREM) pourtant en mauvaise posture dans l’opinion publique. Cela amène deux réflexions.

D’une part, l’écroulement électoral des Républicains malgré la campagne de fond de François-Xavier Bellamy prouve que la droite ne réussit plus à réunir les électeurs sur son discours. Seraient-ce parce qu’ils sont rétifs à la vérité ou tout simplement qu’ils ne sont plus dupes ? La seconde alternative est la plus plausible tant les analyses de Bellamy semblaient en total décalage avec le bilan des trahisons des exécutifs et parlementaires de droite depuis 60 ans. A force de tromper les électeurs sitôt élus, ces derniers se réfugient légitimement dans l’abstention ou le vote de caste, refuges naturels des dépités et des pragmatiques. Dans un célèbre article sobrement intitulé Le Procès, Pasolini s’en prenait en 1975 aux hiérarques de la démocratie chrétienne qui colle en tous point à l’inventaire que nous pourrions faire de nos hommes de droite et de pouvoir en général : « Donc je reprends : indignité, mépris pour les citoyens, manipulation des deniers publics, combines avec les pétroliers, les industriels, les banquiers, connivence avec la Mafia, haute trahison en faveur d’une puissance étrangère, collaboration avec la CIA, usage illicite d’organismes tel que le SID, responsabilité dans les massacres de Milan, de Brescia et de Bologne (au moins en tant que coupable incapacité de punir les exécutants), destruction du paysage et de l’urbanisme en Italie, responsabilité de la dégradation anthropologique des Italiens (une responsabilité qui est aggravée par l’absence totale de conscience de ce phénomène), responsabilité de l’état, comme on dit, effrayant, des écoles, des hôpitaux et de tous les principaux établissements publics, responsabilité de l’abandon “sauvage“ de la culture de masse et des médias, responsabilité de la stupidité criminelle de la télévision, responsabilité de la décadence de l’Eglise et enfin même, au-delà de tout le reste, distribution de fonctions publiques à des adulateurs, qui rappelle le règne des Bourbons en Italie… » Remplaçons Italie par France, les attentats des Brigades rouges par ceux des islamistes, et nous voici chez nous. En cela d’ailleurs, Emmanuel Macron s’inscrit parfaitement dans la continuité indigne de la droite de pouvoir.

D’autre part, la perspective d’unions locales pour les municipales est une heureuse nouvelle à condition qu’elle soit sincère et suivie d’effets. Comme le note avec une honnête mémoire Jean-Yves Camus dans son analyse pour La Provence, j’avais raison de promouvoir cette stratégie localiste de la complémentarité dès 1995, ce qui m’a valu il est vrai une certaine inimitié. Je serais heureux si cette déclaration d’intention se confirme. Pour le moment, je ne vois que des candidats autoproclamés RN qui sur le terrain, à Orange comme à Bollène, s’acharnent à combattre une politique et des élus qui agissent conformément à l’esprit de la droite originelle que ce soit dans les domaines de la sécurité, des finances publiques ou encore de la culture. J’émets donc le souhait que cette confusion finisse par céder et que le discours soit éclairci par les actes. Je ne m’opposerai pas aujourd’hui à une pratique que j’ai toujours défendu et dont j’ai su prouver la pertinence dans les faits.

Gloire aux Héros !

C’est le cœur empli d’émotions qu’une nouvelle fois nous assistons impuissants mais aussi révoltés à un énième passage du convoi funèbre sur les arches du Pont Alexandre III ce matin.

Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont péri dans l’exercice de leur fonction, au service de la France, en opération extérieure.

Ils appartenaient tous deux aux troupes d’élite de notre belle Armée française, comme membres du commando Hubert, l’une des unités de commandos de la Marine nationale basée dans ma région provençale, à Saint-Mandrier.

Ces deux sous-officiers, au grade de maîtres dans la Marine nationale, ont rempli parfaitement leur mission, en donnant leur vie pour en sauver deux autres. Tragique situation qui rappelle que la déplorable inconséquence des uns peut avoir des répercussions dramatiquement fatales pour le dévouement des autres.

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, ce sont 692 soldats et militaires français qui sont morts en opérations extérieures dans plus de vingt pays différents.

Ce n’est pas le jour ni le moment de polémiquer sur l’utilité parfois contestable de toutes ces missions étrangères. Toutefois au même titre que les morts de la Grande Guerre, des Français morts durant le second conflit mondial ou encore au cours des combats d’Indochine ou d’Afrique du Nord, la mémoire de ces Français doit perdurer dans nos cœurs patriotes car leur sacrifice n’a pas été vain : ils sont morts pour défendre nos trois couleurs, pour la France.

Vive la France !

Mieux traités que les pieds-noirs et les Harkis, La République est une mère pour les enfants djihadistes

Le MAE a annoncé les premiers rapatriements d'enfants en provenances des camps djihadistes de Syrie
Ils sont mignons tout plein et désormais en France

« La France a procédé à ce jour au retour de plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie ».

C’est par ce bref communiqué, passé totalement inaperçu, que le ministère des Affaires étrangères a annoncé le 15 mars dernier le rapatriement sur le sol national d’enfants de djihadistes.

L’affaire est grave car non seulement elle se déroule dans le dos des Français, mais en plus elle touche aux fondements mêmes de notre identité nationale.

Bien sûr, mes opposants politiques de tout ordre m’opposeront l’innocence de ces enfants, dont le plus vieux n’est âgé que de cinq ans. Bien sûr, mes détracteurs me jetteront à la figure que ces enfants ne sont pas responsables des crimes commis par leurs parents, qui ont trahi la France en retournant les armes contre elle.

Pourtant comment peut-on raisonnablement penser que la France pourrait accueillir ces enfants ? En effet, ils sont nés en plein djihad, n’ont connu que pour seul horizon la guerre et ont été élevé dans un milieu ou un contexte de détestation de la France et de notre civilisation occidentale. Aussi pour reprendre la fameuse expression macronienne de « codes culturels », ces enfants ne les auront jamais pour vivre en France. De plus, nous considérons que l’éducation des enfants est le fait de leurs parents. La France n’a donc pas à être jugée responsable d’enfants qui ne sont pas les siens, mais bien ceux de ses ennemis.

De plus la stratégie employée ici par le Quai d’Orsay est bien connue : il s’agit d’abord de rapatrier des enfants, puis ensuite de prétexter qu’ils ne peuvent être séparés de leurs mères pour pouvoir mieux les rapatrier dans un second temps, pour finir par accueillir finalement toute la famille.

Donc j’oppose un NON ferme et résolu à ces retours sur le sol national.

L’islamisme recrute aussi en Vaucluse

Nous venons d’apprendre que notre département de Vaucluse n’était pas épargné par le fléau terroriste.

Il y a quelques jours Michaël Chiolo, incarcéré en tant que multirécidiviste et surtout comme islamiste à la prison de Condé-sur-Sarthe, agressait deux agents de l’administration pénitentiaire, après avoir été placé en toute liberté en unité de vie familiale. Il se trouve que Zoé Bouah, ayant recruté une jeune fille avignonnaise de 15 ans pour la Syrie, était la voisine de l’agresseur.

Zoé Bouah, connue au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste, avait juré lors de son procès en septembre dernier, qu’elle ne fréquentait plus le djihadiste Mouhammad Dialo, condamné à seulement 12 ans de réclusion pour association de malfaiteur terroriste, lorsqu’elle-même ne purgeait qu’une peine de 4 ans d’emprisonnement, dont deux ans avec sursis, pour détournement de mineurs et association de malfaiteurs terroristes.

Or, il se trouve que le jour de cet acte terroriste à la prison de Condé-sur-Sarthe, Zoé Bouah se trouvait elle-aussi en unité de vie familiale, en toute impunité, avec … Mouhammad Dialo. La vie est belle pour nos terroristes. D’autant plus que la justice suspecte désormais Michaël Chiolo et Zoé Bouah d’avoir été en relation pour fomenter l’agression au couteau. En tant que voisin de cellule, la bien-pensance ne peut que s’écrier : impossible et pas d’amalgame.

Toutefois la réalité est bien triste car tous ces entrelacs terroristes conduisent une nouvelle fois à cette bien malheureuse agression et signe surtout l’inadaptation totale de nos lois à combattre le terrorisme, tout cela étayé par l’absence de volonté à mener ce combat.

Même en prison, les islamistes continuent leurs agressions

La France entière se retrouve de nouveau stupéfaite aujourd’hui après qu’une attaque au couteau ait été perpétrée par un détenu radicalisé à la prison de Condé-sur-Sarthe.

Michaël Chiolo, âgé de 27 ans, avait été condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour plusieurs faits, notamment pour avoir torturé et tué une personne octogénaire puis à un an de prison pour apologie publique d’acte de terrorisme après s’être converti à l’islam en 2010.

Ce qui peut interpeller la raison du citoyen lambda, c’est que cet individu au lourd passé judiciaire venait d’être placé sans aucune difficulté pour une durée de trois jours dans une unité de vie familiale pour les partager avec sa compagne, comme si de rien n’était.

Or, durant ce séjour il a agressé au couteau deux agents de l’administration pénitentiaire, à qui je veux rendre hommage pour le travail quotidien qu’ils effectuent sans relâche, parfois avec la peur au ventre, mais toutefois avec détermination et conviction.

Selon des témoins, l’agresseur aurait imploré Allah avant de passer à l’acte ce qui atteste bien de la portée islamiste et terroriste de son geste. Bien évidemment les journalistes du jour ne se sont guère arrêtés sur ce dernier point pourtant essentiel tant il témoigne de la progression de l’islamisme dans notre pays comme en Europe.

Il est grand temps que le ministre de l’Intérieur, si prompt à donner des cours de morale à la France entière, se réveille et fait acte d’autorité. Mais au pays de la bien-pensance le pas d’amalgame sera encore longtemps la règle !

Marion Maréchal : observations d’un sceptique

Petite-fille de Jean-Marie Le Pen, fille de Samuel Maréchal, étoile filante de la politique locale (un mandat et puis s’en va !), désormais directrice d’école, le parcours de Marion sans Le Pen ne cesse de me surprendre. Pourtant, je dois bien confesser qu’il y a des éléments qui me tracassent dans cette sucess-story un peu trop lisse, un peu trop bien racontée, un peu trop séquencée à mon goût. Marion à l’Assemblée, Marion en Amérique, Marion au pèlerinage de Chartres, Marion s’installe à Lyon… Il y a un côté « dans l’épisode précédent… » qui est addictif mais casse le naturel d’une carrière et d’un combat politique souvent fait d’horions et d’avanies. Oh je ne me plains pas, mais l’expérience m’a appris à être méfiant.

Marion, l’étrange coqueluche des médias

Elle est jeune, elle est belle, elle a tout pour elle… Indéniablement l’ancienne député de Vaucluse que j’ai eu l’heur d’avoir pour voisine sur les bancs du Palais Bourbon ne manque ni de charme ni de succès dans ses entreprises. Du moins en apparence. Il faut dire que le récit déployé à longueur de pages de magazines, de photos sur papier glacé et de reportages télévisés, est à la hauteur d’une mise sur orbite rarement constatée.

Cependant rappelez-vous le lancement du jeune premier, vous savez cet obscur conseiller économique de la campagne de François Hollande, mince ! celui dont le nom m’échappe mais qui fut secrétaire général adjoint de l’Elysée avant d’être propulsé à Bercy… Celui dont personne n’avait entendu parler, celui qui n’avait même jamais daigné se présenter au suffrage des électeurs, mais qui a su parfaitement capter le désir de changement en mêlant populisme et technocratie. Souvenez-vous donc de lui, d’Emmanuel Macron, et de la véritable campagne d’affichage en sa faveur à la une de tous les journaux, alors qu’à l’époque l’homme n’avait déclaré aucune intention d’accéder à la fonction suprême de la République.

Je le confesse, je ne peux m’empêcher de voir une identité de situation, voire de stratégie, dans cette starisation à l’américaine. Ceux qui pensent que cette mise en scène est directement inspirée par Marion elle-même se trompent néanmoins, même si elle en a l’usufruit. Mais pourquoi le système aurait intérêt à propulser et à maintenir cette jeune fille sur le devant de la scène malgré ses idées théoriquement conservatrices ?

Marion contre Marine

Quel scoop ! me direz-vous, oui Marion est l’anti-Marine. Tout observateur de la vie politique sait que Marine Le Pen ne peut et ne se relèvera pas de son débat catastrophique de l’entre-deux tours. Même Alain Duhamel le sait, c’est dire s’il ne s’agit pas d’une brillante analyse mais d’un constat d’évidence. Il faut donc trouver une ou un remplaçant d’envergure dans le jeu dialectique de notre démocratie-spectacle. Et il semble bien que le nom du substitut soit déjà connu de tous, d’autant que la droite parlementaire traverse un véritable désert. Marion Maréchal est la candidate idoine pour suppléer aux déficiences de sa tante. Sans parti mais soutenue par de nombreux réseaux qui se ramifient jusqu’au-delà de l’Atlantique, l’ancienne député cultive sans avoir l’air une ambigüité qui lui laisse la plus large marge de manœuvre possible. Se présentera ? Se présentera pas ? Nul ne peut affirmer l’une de ces alternatives avec assurance, et je ne m’y risquerais pas, quand bien même la logique incline en ce sens. Cependant la logique politique aurait aussi voulu qu’elle restât dans sa circonscription et qu’elle s’enracina, ce qu’elle refusa au risque de tromper l’espérance de ses militants les plus dévoués.

En conclusion, et au regard de mes quelques doutes, je ne voudrais pas que mes pensées soient vues comme de simples piques lancées par vilenie. Je m’interroge publiquement. C’est tout. Ce questionnement est aussi alimenté par quelques souvenirs de l’Assemblée lorsque, lors de débats houleux et catégoriques, j’ai eu l’impression que la jeune promesse de la droite nationale flanchait et préférait donner des gages plutôt que de maintenir l’adversité. Je songe notamment à quelques paroles malheureuses sur la loi Veil qui me paraissent encore aujourd’hui comme un refus réel de lutter pied à pied contre le système.

Surtout, et c’est peut-être le grand scrupule qui m’habite en regardant le film « Marion face à son destin », de telles promotions ne sont jamais gratuites. J’entends par là qu’il existe toujours une contrepartie, et je ne vois pas comment l’enrôlement comme agent du système peut être la confirmation d’une pensée droite et d’un combat indéfectible pour le bien commun. Nous ne pouvons servir deux maîtres, et certaines attitudes nous placent obligatoirement dans l’un des deux camps. Espérons qu’elle conserve cette pensée à l’esprit, car les grands médias suivent une feuille de route qui est strictement écrite : aucun engouement médiatique n’arrive par hasard. Les chiens de garde obéissent à leurs maîtres.

Est-ce la fin de l’Armée française ?

Il fut un temps où la simple prononciation des mots Armée française claquait comme le slogan de la grandeur qui étreignait la France. Devenir militaire, porter l’uniforme de notre belle Armée, signifiait s’engager pour un idéal patriotique ayant toute sa place dans le concert des Nations.

Autre temps, autre mœurs. Emmanuel Macron, comme avant lui François Hollande et bien d’autres politiciens, achèvent peu à peu le modèle d’une France qui s’assumait et qui n’avait pas honte d’être ce qu’elle était.

Aujourd’hui, Florence Parly, l’inconnue ministre des Armées, a annoncé la volonté d’en finir avec la suprématie européenne de l’Armée française. Un partenariat stratégique va être noué avec la Bundeswehr, l’armée allemande. Je n’ai absolument rien contre les projets européens fédérateurs, mais annoncer cette coopération après avoir diminué de 800 millions d’euros le budget destiné à nos militaires français, prouve bien l’objectif affiché de nos dirigeants : en finir avec une armée encombrante.

Alors que tous les pays de la planète font de leur Armée, à savoir de leur outil de défense nationale, une priorité, puisque la Suède comme la Lituanie réinstaurent le service militaire obligatoire, que le Japon consacre 39 milliards d’euros à son Armée, Macron fait tout le contraire.  En effet, il privilégie la perpétuation des gaspillages de l’entretien ruineux et suicidaire de l’Etat comme des communautarismes, et diminue les efforts budgétaires et financiers pour partager nos peu de moyens opérationnels avec l’Allemagne, qui pour le coup, dispose déjà d’une armée minimaliste.

Cela signifie donc que la France va devoir de nouveau assurer une bonne partie de l’effort militaire européen, avec des moyens et des dotations de plus en plus réduits. Cela prouve que même le projet européen du tandem Macron-Parly est bien trop étroit pour assurer la relève de notre modèle de civilisation.

Le coup d’Etat de la technocratie contre le peuple italien

Dans notre histoire commune, Athènes et Rome passent pour être les mères des fondements de notre démocratie moderne. C’est un modèle qui fut admiré et chanté au XVIIIè siècle, Montesquieu y voyant la définition de la vertu même.

Tout le paradoxe c’est que ce qui reste de cet exemple de démocratie occidentale est désormais malmené, sacrifié et détruit sur l’autel de la technocratie et de la bien-pensance. Le pire, c’est que cela se déroule chez la mère patrie, à Rome.

En mars dernier, 69% des suffrages italiens condamnaient sans ambages le système politique en place, en faisant confiance à des coalitions politiques atypiques. Les deux grands vainqueurs du scrutin étaient le Mouvement 5 Etoiles de Luigi Di Maio et la Ligue du Nord de Matteo Salvini. Les Italiens ont donc clairement exprimé leur souhait d’en finir avec les partis de gouvernement de gauche comme de droite qui se succédaient depuis des années, et dont la principale préoccupation restait de s’aligner scrupuleusement sur le diktat bruxellois. Au nom du système, l’électeur italien s’est vu administrer durant des années une politique économique bruxelloise prônant l’austérité à tout va, avec en contrepartie des augmentations d’impôts et le rabotage des salaires comme des retraites. L’argument brandi : l’avenir de l’Europe. Au nom de la sacro-sainte bien-pensance, les Italiens ont dû accepter l’arrivée d’un million de clandestins sur leurs côtes en l’espace de 20 ans, avec toutes les conséquences sociales et identitaires inhérentes. L’argument choisi : l’Europe terre d’accueil.

Il était donc tout à fait légitime que 7 Italiens sur 10 se prononcent massivement pour des partis osant se dresser contre le système et voulant défendre leur souveraineté. Clairement, l’Italie disait son choix de ne pas être la vassale de l’Europe. On retrouvait là tout l’esprit italien du 12è siècle qui avait sévi contre la féodalité d’antan, synonyme de confiscation des libertés.

Toutefois, Bruxelles n’est démocrate que lorsque cela l’arrange. Peu importe le traité de Copenhague de 1993 faisant du respect de la démocratie la condition sine qua non pour adhérer à l’U.E., Bruxelles et ses sbires europhiles ont décidé que le nouveau gouvernement italien n’était pas légitime et qu’il n’avait pas lieu d’exister, leur objectif premier restant de « préserver l’épargne des ménages ». Bruxelles s’assoit sans aucune difficulté sur la volonté populaire de 69% d’Italiens … et le président de la République italienne, notable sans légitimité démocratique, suit et avalise en refusant la formation d’un gouvernement anti-système directement issu de la légitimité populaire.

Ce jour du 27 mai fera date dans l’Histoire. Ce sera celle du reniement populaire et du triomphe d’une philosophie du prêt-à-penser qui prétend contrôler le monde. Cela signifie que le modèle politique que prépare l’Europe est celui de la dénonciation des Etats-Nations, considérés comme de simples supplétifs d’un système mondialisé souhaitant éradiquer nos frontières, nos cultures propres et nos particularités. Quant au vote, il n’est qu’un artifice devant acter du modèle mondialiste qui nous est imposé. Et si le peuple est contre, il n’a plus qu’à se taire.

Alors que l’Europe s’était fondée sur le souhait de préserver, au nom de la paix, notre civilisation occidentale commune, les eurocrates semblent préparer volontairement une guerre civile où le peuple européen aurait toutes les raisons de se battre pour le retour du bon sens, du bien commun et la préservation de son identité. Et surtout que l’on respecte son choix.

Agriculture : tout va de Travert

« On pense beaucoup plus aux paysans quand on a faim » Simone Weil

Aujourd’hui, la question agricole figurait à l’ordre du jour du Conseil des ministres. Le projet de loi concocté à l’issue des Etats généraux de l’alimentation (EGA) qui se sont tenus au deuxième semestre 2017 est présenté par le ministre de l’Agriculture. Les mesures phares de cette loi Alimentation reflètent le néant d’une vision pérenne de redressement de l’agriculture française. Le ministre Stéphane Travert part du constat de la grande détresse de la paysannerie française pour aboutir à des mesures cosmétiques concernant la souffrance animale et le gaspillage alimentaire.

La moitié des agriculteurs gagne moins de 350 euros par mois. 70% des exploitations agricoles sont dans une situation financière extrêmement critique, voire en état de faillite. Un paysan se suicide tous les jours… Et le gouvernement nous parle par la voix de son ministre de souffrance animale. Quelle indécence ! Si l’industrialisation de l’abattage pose question, comment ne pas voir l’injustice suprême et le mépris qu’il y a à ne pas prendre en compte la disparition physique d’un monde paysan à l’agonie.

Stéphane Travert, fils de syndicaliste et apparatchik socialiste passé des frondeurs à Macron, n’a peut-être pas une conscience aigüe du drame qui se joue sous ses yeux et dont il prend sa part de responsabilité sans le vouloir. Limiter les promotions alimentaires, attribuer l’estimation des prix aux producteurs et non aux centrales d’achat, lutter contre le gaspillage, tout cela est bien et beau, mais peut-on y voir une volonté de sauver l’agriculture française ? Certainement non.

Au-delà de la profonde révolution des esprits qu’il faudrait entamer pour sauver le dépôt social et culturel de la paysannerie française, il faut surtout s’assurer que l’agriculture demeure un secteur pérenne de notre économie nationale. Qui dit agriculture dit souveraineté. Nulle souveraineté sans autosuffisance. Nulle indépendance possible sans autosuffisance alimentaire. A l’heure où la Chine achète des milliers d’hectares de terres agricoles en France, où nos paysans en sont réduits à mendier des subventions à l’Union européenne pour survivre, où nous ne cultivons plus en fonction des besoins réels mais selon le bon vouloir de la spéculation, où l’enseignement agricole est la proie des lobbies de la chimie, il est inadmissible que l’Etat se désolidarise de ses agriculteurs et les entraîne à marche forcée vers l’abattoir social.

Ni le président de la République ni son ministre Travert ne semblent avoir conscience de l’imminence de la disparition de ce qui a toujours fait la France : ses paysans. Certes il est annoncé un plan d’investissement de 5 milliards d’euros, mais nul renseignement ne filtre encore sur la répartition de cet argent qui risque d’être capté, comme toute subvention, par les grandes exploitations prospères liées aux lobbies et aux syndicats. Il est urgent de soulager nos agriculteurs des dettes usurières et du soviétisme subventionné. Le gouvernement doit mettre en place un vaste mouvement de libération du monde agricole pour le dégager des serres réglementaires de Bruxelles, du poids des charges et de l’endettement.

Plutôt que de fondre les paysans dans le régime général de la sécurité sociale en programmant la mort de la MSA, le gouvernement devrait accorder aux agriculteurs une exception fiscale qui les dégage du poids de l’impôt durant un temps suffisamment long pour faciliter le redressement et renforcer l’attraction d’un secteur d’activité en perdition.

L’Etat français champion du monde du racket fiscal

Au XIVe siècle le paiement des impôts, excepté les contributions exceptionnelles consenties pour la guerre, était regardé comme un déshonneur, une honte réservée aux pays conquis, le signe visible de l’esclavage

Simone Weil, L’enracinement

 

Dans un silence assourdissant et quasi unanime, la France vient de décrocher une victoire mondiale sur laquelle l’Etat se montre très discret. Eurostat, l’équivalent européen de l’INSEE, l’affirme sans conteste : L’Etat français bat tous les records de prélèvements fiscaux et sociaux.

Il faut dire que nous avons des experts à la tête de l’Etat qui ont travaillé jour et nuit pour décrocher cette victoire. Le président Macron n’a pas chômé depuis son arrivée à l’Elysée il y a huit mois. Le cabinet d’audit Ernst&Young a relevé dans la loi Finances 2018 et les lois de finances rectificatives 2017 pas moins de 8 nouveaux prélèvements : un par mois.

Hollande avait fait mieux que Sarkozy et Macron s’inscrit dans les pas de son prédécesseur en matière de pression fiscale. Si la continuité de l’Etat est assurée en un domaine, c’est bien celui de l’impôt.

A côté des annonces tonitruantes concernant la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages ou encore la disparition de l’impôt sur la Fortune (ISF), Bercy a très vite concocté de nouvelles formules pour taxer les Français. Par exemple, l’ISF a immédiatement été remplacée par l’impôt sur la fortune immobilière : cas d’école de la technique Macron-Philippe.

Les prestidigitateurs au pouvoir enchaînent les tours pour faire accroire au changement et masquer des prélèvements toujours plus élevés. En sus, l’Etat se décharge de ses compétences et des frais attenants sur les collectivités locales, tout en réduisant son enveloppe des dotations générale de fonctionnement aux communes (30 milliards d’euros en moins sur les cinq dernières années). Résultat mathématique dans la plupart des cas, les impôts locaux augmentent aussi.

Exemple : l’Etat transfert la prévention des risques d’inondations aux collectivités mais ne fournit aucune aide au financement. Il y a 8000 kilomètres de digues à construire sans un sou vaillant à cet effet, alors que le chantier prévisionnel se chiffre dizaines de milliards. Résultat, une nouvelle taxe apparaît connue sous le nom de GeMAPI.

Exception notable, seule la ville d’Orange parvient à baisser ses taxes grâce à son désendettement total et à sa libération de l’usure depuis 2 ans : un modèle dont l’Etat devrait s’inspirer. Il n’en est rien.

Non content d’appauvrir sa population et ses corps intermédiaires par une imposition délirante, L’Etat ne semble pas prêt de revenir sur son train de vie, ni de réduire son déficit. Le scandale des privilèges des fonctionnaires de l’Assemblée nationale et du Sénat et de leurs logements de fonctions luxueux en plein Paris est l’un des exemples prosaïques de cette déconnexion entre le pays légal et le pays réel. L’enquête sur la caste des hauts fonctionnaires de Vincent Jauvert révèle les conflits d’intérêts, les rémunérations secrètes et le mélange des genres qui ont cours dans les plus hautes instances de l’Etat. Où que le regard du contribuable se porte, Caisse des Dépôts, Elysée, Bercy, Conseil d’Etat… partout règne la prévarication en bande organisée.

Si encore l’argent public permettait de défendre les Français et la souveraineté nationale… Or, l’Etat a malheureusement vendu depuis longtemps ses pouvoirs régaliens aux instances mondialistes et aux multinationales.

Il est grand temps de chasser les menteurs, les spoliateurs et les voleurs pour rendre aux Français leurs libertés et leur prospérité !