Blocus du 17 novembre : une colère légitime

En l’espace de dix mois, soit en moins d’une année, le prix du gasoil en France a augmenté de 15%. A cette allure, il est clairement admis que le prix du gasoil atteindra celui de l’essence en 2019. Ce sera là le cadeau de Macron et d’En Marche en guise d’étrennes.

En effet, au 1er janvier 2019, les taxes de l’Etat sur les carburants augmenteront de 6,5 centimes sur le diesel et de 2,9 centimes sur l’essence. Les économistes s’entendent même pour dire que cette hausse des taxes pour le seul gasoil coûtera 1,9 milliard aux Français !

Ajoutons à cette spoliation fiscale pilotée par l’Elysée, la suppression du taux réduit sur le gasoil non routier tel que le prévoit le projet de loi de finances pour 2019. Cette mesure représenterait un coût supplémentaire de 700 millions d’euros pour la seule activité des travaux publics sans oublier le monde agricole, déjà bien oublié et malmené, qui pâtirait immédiatement de ce qui est bien une hausse fiscale déguisée et un mépris total du monde agricole.

N’oublions pas non plus, que depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a créé 8 nouvelles taxes, qu’il a collecté 5 milliards d’euros supplémentaires, et qu’il a augmenté le montant du taux de C.S.G., pour une inflation attendue de 1,6%. Alors que Macron anticipait une croissance de 2%, nous devons sobrement nous contenter d’un taux de croissance de … 0,2%. Sans occulter l’indécent prélèvement à la source qui devrait coûter rien qu’à l’Etat près de 2 milliards d’euros. Le pire, c’est que le montant de toutes les taxes, impôts et autres cotisations dans notre pays atteint la somme faramineuse de 1.038 milliards d’euros, nous faisant les champions du monde toutes catégories confondues. Pourtant, parallèlement, les dépenses publiques se sont envolées représentant désormais 47,2% du P.I.B., l’Etat n’ayant réduit ses dépenses que de 3 milliards d’euros alors qu’il était prévu que son train de vie baisse de 21 milliards d’euros ces cinq dernières années

Le plus grave, c’est que ce pillage fiscal ne profite même pas à nos infrastructures, à nos équipements ou à notre politique de santé. Sur les 5 milliards d’euros collectés, 4 milliards sont d’ores et déjà réservés au seul accueil des migrants, lorsque 200 millions d’euros supplémentaires ont été consacrés en un an à la politique d’accueil des clandestins, somme pourtant supprimée du budget dépendance du ministère de la Santé alloué aux maisons de retraite.

Aussi le 17 novembre prochain, une grande mobilisation spontanée de Français exaspérés du racket fiscal comme de la préférence étrangère doit se mettre en place. J’y apporte tout mon soutien car il est grand temps de rappeler l’Elysée aux réalités du pays et de la France qui se lève tôt. Aussi il est nécessaire d’opposer à la volonté présidentielle la colère populaire, conséquence logique d’une désastreuse politique de trahison de l’intérêt national.

 

Il invoque Allah, exhibe des armes et menace les gens à Pertuis : il est remis en liberté

La chronique judiciaire de La Provence du 28 janvier 2018 rapporte des faits survenus le 19 décembre dernier à Pertuis. Un homme de 36 ans, énervé de se faire doubler dans la file d’attente d’un cabinet d’assurances, en a appelé à Allah pour effrayer ses victimes, agrémentant son discours de haine de diatribes contre « les mécréants de Français ». Non content d’insulter et de vociférer contre les clients et le personnel de l’agence où il se trouvait, l’homme s’est emparé d’un couteau, d’un taser et d’une bombe lacrymogène qu’il conservait dans son sac. Se ravisant quant à l’usage de ses armes, l’agresseur a continué son esclandre par la menace : « on va vous détruire, bientôt ce sera votre tour, Allah sera grand ».

Interpellé et perquisitionné, les gendarmes ont logiquement découvert chez le prévenu des fichiers sur Daesh et l’islamisme radical en sus de 11 500 euros en liquide et un véritable arsenal. L’homme possédait en effet des matraques, des arbalètes, des armes à feu de poing et d’épaule… Dans un délire paranoïaque et incohérent, l’homme a prétendu ne pas être violent et être malade à cause du chômage. Le tribunal l’a donc condamné à 2 ans de prison avec 18 mois de sursis sans retenir les faits d’apologie du terrorisme. De plus, le coupable est ressorti libre du tribunal avec une simple peine de 2 mois ferme qu’il n’effectuera jamais derrière les barreaux.

On ne tue que ce qui est mort, dit-on. Les terroristes islamistes luttent contre un Etat qui a déjà avoué son trépas et livré le peuple dont il doit assurer la défense.

Il semble bien que la justice, si prompte à aller sauver les djihadistes de la peine de mort jusqu’au Proche-Orient, livre tous les jours les Français à la menace des potentiels terroristes qui se jettent dans ses rets. A l’aune de tels exemples, que voir au travers d’une telle affaire si ce n’est un encouragement tacite à l’impunité de tous les apprentis terroristes qui vomissent leur haine des Français en attendant, un jour, de les égorger ?

Corse : le véritable localisme sauvegardera la France et son unité

Sans surprise, le second tour des élections territoriales en Corse ne fait que confirmer le premier : les nationalistes amplifient leur victoire en ayant convaincu 13.000 Corses supplémentaires entre les deux tours de scrutin. Au total, les nationalistes ont réuni 56,5% des électeurs, ce qui leur permettra de disposer de 41 sièges sur 63 à l’Assemblée de Corse et de 11 au sein du Conseil exécutif.

Comment l’Etat a pu en arriver à une telle situation avec les Corses, qui avaient jusqu’à présent la France chevillée au cœur et au corps bien plus que nombre de Français vivant en métropole ? Il convient d’abord de s’interroger sur l’origine du nationalisme, d’une manière générale. Il naît du sentiment très puissant d’appartenance, pour de multiples raisons, à un peuple uni autour d’une communauté de destin, fondée sur des faits concrets suscitant des liens de solidarité. Une langue commune, une religion, une civilisation, un art de vivre, autant de trésors que nous avons en partage. L’amour des paysages, des souvenirs communs, une Histoire faite de luttes, de victoires et de défaites qui nous font rêver ou pleurer autour de héros et de Saintes qui nous appartiennent.

Depuis au moins une soixante d’années, qu’offre l’Etat aux peuples de France, si ce n’est l’ultra-libéralisme, la négation des lois naturelles, le regain de l’égoïsme, de l’hédonisme et du plaisir immédiat qui priment sur les lois les plus fondamentales ? Après le mirage d’une régionalisation qui aurait pu présenter un véritable intérêt, le centralisme est revenu en force mais plus dévoyé que jamais. Il n’a fait que s’exercer au détriment des Français et au bénéfice des plus lointains qui bien souvent haïssent notre civilisation et notre culture, nous imposant progressivement la leur avec l’appui sournois de tout ce qui fait le prêt à penser totalitaire et dictatorial. Le communautarisme détruit la communauté nationale de toutes nos petites patries. En Corse, comme en Provence et comme partout ailleurs !

Pour reprendre la pensée de Plutarque, la matrie, à savoir cette identité locale qui nous est proche, se substitue à la patrie. C’est pour cela que le vent de l’autonomisme ou de l’indépendantisme est en poupe du côté de la Corse comme de la Nouvelle-Calédonie, car il permet de réaffirmer une identité compensatrice face à l’effacement progressif de l’Etat dans ces territoires. Nous savons que la Corse, et plus encore la Nouvelle-Calédonie, ont été victimes ces dernières années d’une vague migratoire sans précédent avec près de 17% d’étrangers sur le sol de l’archipel calédonien. De plus, l’Europe, totalement disposée à l’éclatement des Etats-Nations a toujours entretenu de bonnes relations avec les sécessionnistes de ces territoires afin d’encourager le courant indépendantiste. Il est d’ailleurs aberrant de constater que les principaux investissements régionaux sont le fait de l’U.E. par l’intermédiaire du programme Leader, qui n’hésite pas à déverser des millions d’euros dans bon nombre de nos territoires ruraux. C’est ainsi que peu à peu l’Etat laisse sa place à l’Europe, qui en retour justifie la pression régionaliste. Enfin, il aurait fallu montrer aux Calédoniens comme aux Corses en quoi ils étaient intégralement des citoyens français et en quoi leur identité locale participe de la construction de notre communauté nationale.

Si la République française, qui se dit « une et indivisible », continue la même politique de haine des intérêts du peuple, de stricte soumission aux volontés des financiers qu’ils soient trafiquants de drogue, d’armes, de pétrole, alors la Nouvelle-Calédonie et nos territoires ultra-marins nous abandonneront, la Corse et les autres Provinces prendront aussi le large.

Face à ces défis, un combat colossal mais plus que jamais nécessaire reste possible. C’est le combat local pour la création d’une élite locale qui puisse proposer une réelle alternative par le respect du bien commun. Il est plus que jamais vital d’inciter à l’émergence de forces ou d’hommes neufs, qui soient exclusivement voués à l’exercice du bien commun, bien loin des combinaisons politiciennes et tacticiennes qui méprisent nos territoires et la réalité locale. Ce n’est pas en continuant avec les mêmes stratèges de la communication ou de la politique politicienne, qui ne font que se vendre tout en vendant le pays au plus offrant, que les Français retrouveront cet art de vivre si propre à la France. Permettre aux singularités locales de s’exprimer, c’est faire vivre en retour notre communauté de destin nationale.

Corse : grandeur du localisme, misère de l’indépendantisme

Dimanche 3 décembre 2017 ont eu lieu des élections territoriales d’un nouveau genre en Corse, puisqu’elles permettaient d’élire des représentants d’une collectivité unique qui remplacera dorénavant l’exécutif régional ainsi que les deux départements de Haute-Corse et de Corse-du-Sud. A ce titre, je ne peux qu’approuver cette simplification administrative qui va dans le bon sens en permettant une possible réduction des coûts de fonctionnement et en instaurant un interlocuteur unique pour l’ensemble des Corses.
Ce qui est plus décevant, c’est la moindre participation citoyenne, puisque seul un électeur sur deux a daigné se déplacer pour ce scrutin, alors qu’il en va tout de même de l’avenir politique de la Corse. Toutefois, il est à remarquer que le succès électoral fut total pour le camp nationaliste. Le duo formé par l’autonomiste Gilles Simeoni, l’actuel président du Conseil exécutif Corse, et l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, a fait carton plein, en récoltant 45,36% des suffrages, soit 54.211 électeurs. Et nous pouvons ajouter à ce succès, le score de l’autre liste nationaliste conduite par Paul-Félix Benedetti qui obtient 6,69% des voix, soit plus du double que le score qu’il réalisait en 2015. Les nationalistes corses ont donc obtenu la majorité dès ce premier tour avec 52% des voix.
Bien évidemment, ces résultats ont une saveur particulière dans le contexte d’émancipation de la Catalogne qui a proclamé de facto le mois dernier son indépendance. Sans oublier, le cas de la prochaine auto-détermination de la Nouvelle-Calédonie qui renforce ces volontés indépendantistes.
De ces constats, nous pouvons tirer plusieurs conclusions.
D’abord, comment ne peut-on pas voir dans ce succès des abstentionnistes et des nationalistes corses, la défaite du jacobinisme républicain et donc d’un centralisme de plus en plus attaqué dans sa raison d’être ? D’ailleurs un exemple tend à le prouver, c’est l’échec de la stratégie très jacobine et parisienne du Front National, qui ne réalise à ces élections territoriales que 3% des suffrages, en étant d’ailleurs le seul parti à se réclamer ouvertement de la République, avec comme slogan « Rassemblement pour une Corse républicaine », en méprisant les enjeux locaux de la Corse. S’il est vrai qu’historiquement le centralisme a donné sa raison d’être à la France depuis le règne d’Hugues Capet, les dernières évolutions législatives, et plus particulièrement la loi Notre, ont favorisé l’émergence d’un centralisme dévoyé annihilant toute initiative locale. Et forcément, la conséquence immédiate est une aspiration à plus d’autonomie, d’où les résultats électoraux en Corse. Ces résultats témoignent du retour en force du localisme. Certes, le nationalisme corse est bien plus qu’un localisme, puisqu’il trouve ses racines dans un indépendantisme rêvant de faire sécession avec la France. Mais remarquons bien que les revendications nationalistes des Corses comme des Catalans correspondent bien à un sentiment d’appartenance, à la proclamation d’une identité spécifique, et surtout à l’affirmation d’une communauté politique intrinsèque avec ses propres droits et ses règles bref à un combat identitaire. Et à ce propos, il est possible de déceler des points de convergence avec le localisme, au sens où il s’agit de défendre nos identités locales et charnelles, nos traditions, et surtout une démocratie locale de plus en plus bafouée et menacée par le retour en force d’une administration lourde, à travers notamment l’intercommunalité fille de ce centralisme dégradé.
Ensuite se pose clairement la question de l’auto-détermination, éminente pour la Nouvelle-Calédonie et à venir pour la Corse. Théoriquement, la France ne peut pas accepter de brader une partie de son territoire. Mais pourtant, le gouvernement français est prêt à le faire. Nous voilà revenu au temps de l’Algérie française de 1961-1962. Il n’y a qu’à considérer l’attitude plus que conciliante du Premier ministre en visite ces derniers jours en Nouvelle-Calédonie en faveur de la communauté kanake, n’hésitant pas à rendre hommage aux leaders indépendantistes tués ainsi qu’à leur chef, Jean-Marie Tjibaou. D’ailleurs depuis 1988 les gouvernements qui se sont suivis ont tous eu la possibilité d’organiser un référendum sur l’auto-détermination, mais ils ont préféré laisser pourrir la situation. En fait, il est clair que l’Etat n’a plus en ligne de mire, concernant la Corse comme la Nouvelle-Calédonie et bien d’autres territoires, la défense du bien commun et du bon sens. En fait l’Etat a tendance à être à la fois trop et pas assez présent dans ces territoires. Trop à cause d’une super-structure administrative qui s’exerce à l’encontre des initiatives territoriales et ne prend pas suffisamment en compte les spécificités locales. Et pas assez car la Corse comme la Nouvelle-Calédonie font désormais partie des territoires oubliés de la République, comme bien d’autres, puisque l’Etat n’a pas été assez conscient pour répondre aux besoins quotidiens des habitants. A cette mal-présence de l’Etat s’ajoutent les dérives de la mondialisation qui effacent toute particularité localiste en prétendant à l’émergence d’un village global. Et la non-Europe, que l’on nous propose ces dernières années, a bien compris tout l’intérêt qu’il y avait pour elle à favoriser l’émergence de revendications indépendantistes, dans le but de détricoter le modèle de l’Etat-Nation.
Il est donc grand temps d’en revenir à la défense de nos identités locales et charnelles afin d’éviter toute tentative de sécession qui est toujours dommageable. En ce sens, nous comprenons le vote des Corses qui vise à exprimer cette demande d’un retour au localisme, que pour notre part avec La Ligue du Sud nous défendons, contre les dérives libérales et mondialistes destructrices de notre identité.

Ploërmel: La liberté d’expression de nouveau attaquée

PloërmelEn apprenant l’arrestation et la garde-à-vue de 5 heures de mon amie Claudine Dupont-Tingaud pour avoir simplement chahuté le préfet du Finistère à l’occasion du 11 novembre, j’ai été surpris. Lorsque j’ai appris que son seul crime avait été de porter en évidence la une de Valeurs actuelles face aux autorités quimpéroises, j’ai été peiné.

Cette une affirme, sur fond de croix de Ploërmel, une évidence : « Chassez le Christianisme et vous aurez l’Islam ». Encore une fois, la liberté d’expression a été meurtrie, ici par le préfet du Finistère qui a ordonné à maintes reprises le retrait de la dite une arborée par Claudine Dupont-Tingaud. A la suite de quoi, la police a procédé à son interpellation.

Il n’est donc plus possible de proclamer ses idées dans ce pays.

Le délit d’opinion existe bel et bien. Tout ce qui dénonce l’illusion du vivre-ensemble, et le travail de sape d’un laïcisme sectaire, semble désormais conduire aux geôles de la République. En tant qu’élu patriote et militant politique, cela ne peut que me révolter, et j’adresse à Claudine Dupont-Tingaud, sœur de combat, tous mes vœux de rétablissement après cette « mise aux fers » et ma plus sincère admiration pour son ardeur de résistante.

Fabienne Haloui soutient Sonia Nour

Quelle mouche a bien pu piquer Fabienne Haloui, notre si sympathique conseillère municipale communiste, pour prendre publiquement fait et cause pour Sonia Nour ? Cette dernière, collaboratrice du maire PCF de La Courneuve, a commis un tweet particulièrement odieux et grossier au lendemain de l’attentat de la gare de Marseille Saint-Charles le 1er octobre :

« Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla… Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours on l’entend moins votre grande gueule. »

Pour rappel, le djihadiste Ahmed Hanachi a sauvagement assassiné à coups de couteau et au nom d’Allah, d’après les témoins, deux jeunes cousines d’une vingtaine d’années. Malgré cela, l’ancienne militante de l’UNEF Sonia Nour a considéré que l’assassin était « un martyr », mais « dans le sens psychanalytique du terme », tentera-t-elle de justifier au risque de l’absurde… Logiquement le maire PCF Gilles Poux l’a suspendue au motif que « ces propos qui minimisent et banalisent des actes de terrorisme d’une sauvagerie inouïe ne méritent que la condamnation ».

Mal avisé, le maire a perdu devant le tribunal administratif et doit réintégrer sa collaboratrice en attendant que la procédure disciplinaire aboutisse, et lui verser 1 000 euros d’indemnité.

Une décision de justice qui ne change rien au fond de l’affaire, mais qui réjouit fortement Fabienne Haloui, laquelle l’a immédiatement partagé sur sa page Facebook.

Il est vrai que l’idéologie communiste dont nous commémorons le triste centenaire de la prise de pouvoir en Russie n’est pas la meilleure formation pour appréhender la valeur de la vie humaine. Le terrorisme islamiste rivalise encore de loin avec le sanguinaire bilan des communistes qui avoisine les 100 millions de morts. Révélatrice d’une gauche déboussolée qui n’y retrouve plus son marxisme au milieu des conflits religieux, ethniques et sociaux, Fabienne Haloui nous fait de la peine. Militante sans doute sincère et naïve de la cause universaliste, la voilà complice de propos communautaristes, insultants et vulgaires. Comment les légitime-t-elle car Sonia Nour se justifie, mal, mais ne s’excuse pas ? Il semble que Fabienne Haloui soit l’un des nombreux souffles qui sonnent l’hallali de la vieille extrême-gauche qui finira soit dans la collaboration comme en 1940, soit dans le long cortège de l’Histoire des « idiots utiles », selon le mot de Lénine. Heureusement quelques communistes orangeois, que nous avons toujours plaisir à croiser car ils sont fidèles à leurs engagements de jeunesse mais restent de bon sens, ne sont pas tombés dans le piège du négationnisme de la réalité.

Jacques Bompard défend les paysans face à Christian Mounier

BompardM. Jacques Bompard, maire d’Orange, souhaite réagir aux propos de M. Mounier, vice-président du Conseil départemental de Vaucluse en charge des questions agricoles.
En effet, M. Jacques Bompard a découvert avec étonnement, dans Vaucluse Matin, le souhait de M. Christian Mounier d’écrire à tous les propriétaires agricoles afin de les forcer à louer leurs terres. Selon le vice-président du Conseil départemental, deux raisons inciteraient à agir en ce sens. D’abord, lutter contre la friche agricole. Deuxièmement, répondre aux injonctions du Préfet qui est en droit de demander aux propriétaires de louer leurs terres afin d’éviter les friches supposées.

D’abord, il se trouve que le problème de la friche agricole n’est pas que la conséquence du refus des propriétaires de louer leurs terres.

D’une part, elle résulte de la spéculation foncière en secteur péri-urbain, qui conduit inévitablement à un morcellement des exploitations et à une impossibilité à terme d’opérer une exploitation viable et rentable de ces parcelles. D’autre part, ces friches sont aussi la conséquence d’un abandon des terres à cause d’une non-reprise d’activité par la descendance des exploitants. Et puis, la location de ces terres n’avantage en rien les agriculteurs étant donné que les productions agricoles sont sous-payées car elles ne sont pas rétribuées à leur juste prix, notamment par rapport aux exigences de chaque instant qu’elles réclament. De plus, il faut savoir que les prix des locations sont encadrés par arrêté préfectoral, en fonction des rendements et de la qualité des parcelles, et donc que la location n’est en rien un moyen de rentabilité à long terme. Enfin, la location d’une terre est un vrai risque de spoliation pour le propriétaire, étant donné que dans un bail agricole, le droit de renouvellement est de fait infini, et que l’exploitant ne peut même pas reprendre son bien lorsqu’il souhaite le vendre. Je comprends donc la réticence des propriétaires à répondre à l’appel du Conseil départemental puisque il n’y a rien qui puisse les favoriser dans une telle démarche.
Enfin, l’attitude de M. le vice-président du Conseil départemental est assez étonnante pour être soulignée, car M. Mounier est normalement le tenant d’un pouvoir décentralisé, et finalement il s’en remet à l’autorité centralisée, en devançant les attentes préfectorales. Or le rôle d’un élu local n’est-il pas de se préoccuper avant tout du sort de ses concitoyens, plutôt que de s’associer à la promotion d’une loi parisienne qui méconnaît la réalité du terrain et oppresse le monde agricole ?
Pour conclure, la solution ne serait-elle pas de changer l’ensemble des règles qui rend l’entretien de la terre non rentable, afin qu’elle puisse le redevenir de manière totalement naturelle ? Mais imaginer seulement en revenir à la normalité et au bon sens est totalement opposé au règne du prêt à penser qui domine la France.

Réaction de Jacques Bompard aux attaques de Marine Le Pen

En visite dans notre département à Carpentras dimanche 8 octobre, la présidente du Front national (FN) a pris la parole pour de nouveau s’en prendre à notre mouvement La Ligue du Sud, et à moi-même. C’est une triste habitude que nous ne pouvons que regretter, surtout à l’heure où Marine Le Pen elle-même en appelle aux alliances politiques. Désespérée de pouvoir un jour participer à un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, où nous sommes toujours présents en la personne de la députée Marie-France Lorho, la toute nouvelle représentante de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais ne semble pas avoir profité de l’été pour mûrir sa stratégie ou même se garder d’insulter l’avenir.

Nous-mêmes favorables à des ententes ponctuelles ou durables, mais sans esprit de parti, sous la double bannière du bon sens et de l’union des droites, nous regrettons encore une fois le dédain de Marine Le Pen. Nous ne réclamons rien. Nous n’avons pas nous-mêmes demandé une quelconque alliance. Nous sommes juste encore une fois ébaubis par une attitude hostile et paradoxale qui ne peut que nuire à la bonne marche de la chose publique. Quelques militants éclairés du Front national du Vaucluse se sont approchés de nous pour d’éventuels accords lors des échéances électorales passées. Nous connaissions d’ores et déjà la réponse de Paris à cette proposition, toujours la même… Réponse que Marine Le Pen a confirmé de vive voix le 8 octobre. Continuer la lecture

Réponse aux Républicains d’Orange

J’apprends ce jour par voie de presse que le conseiller municipal d’opposition  » Républicains » avait déposé un « recours » contre l’élection de Marie-France LORHO et moi auprès du Conseil Constitutionnel .

Sur la forme, je me permets d’informer monsieur Laroyenne que les délais de contestation de l’élection tant en ce qui concerne celle du maire que celle du député sont dépassés. S’il m’avait demandé conseil, j’aurais pu lui faire économiser des frais d’avocats. Je me permets également de l’informer que le rôle et le poids du suppléant sont désormais tout simplement calqués sur les autres scrutins électoraux. Ainsi, de l’élection sénatoriale à l’élection municipale, lorsqu’un élu démissionne il est remplacé par le suivant de liste.

Il ne m’est à ce titre jamais venu à l’esprit de saisir le tribunal administratif au prétexte que Monsieur Laroyenne n’était là que grâce à la démission de Monsieur Maton-Weisman. Ne me sentant pas légitime de contester un nouveau venu en politique, il m’est difficile de comprendre une opposition à la légitimité ou la notoriété de Marie-France LORHO, élue à mes côtés au service de notre peuple depuis de très nombreuses années. Continuer la lecture

Expulsions : j’avais alerté dans mes 50 fiches sur l’immigration

Le Figaro titre ce matin sur la volonté française de faciliter les expulsions de clandestins. Si l’opinion publique s’est habituée à ne pas trop croire les envolées politiques sur le sujet, toute mesure facilitant l’application réelle de la loi permettant de renvoyer hors de notre pays les étrangers illégalement installés sur notre sol est une bonne nouvelle.

Alors que la crise migratoire frappe l’Europe et la France avec une indéniable vigueur, l’Etat accomplit la performance de présenter une baisse des chiffres de reconduite à la frontière. Il fallait être socialiste pour l’inventer ! L’entourage du ministère de l’intérieur admet même au Figaro : « A Paris, porte de la Chapelle, 75% des migrants qui se présentent sont des déboutés du droit d’asile, venus principalement d’Allemagne ».

Reste à savoir comment l’Etat compte employer les moyens adéquats pour que cet objectif soit réaliste. Gérard Collomb laisse songeur en affirmant qu’il ne veut qu’amender les accords de Dublin dont nos fiches montrent les effets délétères.

La France ne peut pas accueillir ces personnes. Les Français ne veulent pas recevoir des migrants. Au gouvernement d’appliquer une lutte à minima contre le Grand Remplacement.