Fabienne Haloui soutient Sonia Nour

Quelle mouche a bien pu piquer Fabienne Haloui, notre si sympathique conseillère municipale communiste, pour prendre publiquement fait et cause pour Sonia Nour ? Cette dernière, collaboratrice du maire PCF de La Courneuve, a commis un tweet particulièrement odieux et grossier au lendemain de l’attentat de la gare de Marseille Saint-Charles le 1er octobre :

« Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla… Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours on l’entend moins votre grande gueule. »

Pour rappel, le djihadiste Ahmed Hanachi a sauvagement assassiné à coups de couteau et au nom d’Allah, d’après les témoins, deux jeunes cousines d’une vingtaine d’années. Malgré cela, l’ancienne militante de l’UNEF Sonia Nour a considéré que l’assassin était « un martyr », mais « dans le sens psychanalytique du terme », tentera-t-elle de justifier au risque de l’absurde… Logiquement le maire PCF Gilles Poux l’a suspendue au motif que « ces propos qui minimisent et banalisent des actes de terrorisme d’une sauvagerie inouïe ne méritent que la condamnation ».

Mal avisé, le maire a perdu devant le tribunal administratif et doit réintégrer sa collaboratrice en attendant que la procédure disciplinaire aboutisse, et lui verser 1 000 euros d’indemnité. Une décision de justice qui ne change rien au fond de l’affaire, mais qui réjouit fortement Fabienne Haloui, laquelle l’a immédiatement partagé sur sa page Facebook.

Il est vrai que l’idéologie communiste dont nous commémorons le triste centenaire de la prise de pouvoir en Russie n’est pas la meilleure formation pour appréhender la valeur de la vie humaine. Le terrorisme islamiste rivalise encore de loin avec le sanguinaire bilan des communistes qui avoisine les 100 millions de morts. Révélatrice d’une gauche déboussolée qui n’y retrouve plus son marxisme au milieu des conflits religieux, ethniques et sociaux, Fabienne Haloui nous fait de la peine. Militante sans doute sincère et naïve de la cause universaliste, la voilà complice de propos communautaristes, insultants et vulgaires. Comment les légitime-t-elle car Sonia Nour se justifie, mal, mais ne s’excuse pas ? Il semble que Fabienne Haloui soit l’un des nombreux souffles qui sonnent l’hallali de la vieille extrême-gauche qui finira soit dans la collaboration comme en 1940, soit dans le long cortège de l’Histoire des « idiots utiles », selon le mot de Lénine. Heureusement quelques communistes orangeois, que nous avons toujours plaisir à croiser car ils sont fidèles à leurs engagements de jeunesse mais restent de bon sens, ne sont pas tombés dans le piège du négationnisme de la réalité.