La gauche entrave la vie à naître !

Léon Daudet disait dans Le Stupide XIX ème siècle : « La première victime de l’insanité politique, législative, morale, sociale, c’est toujours l’enfant, soit à naître, soit naissant, soit grandissant ». Après cinq ans de martellement de l’avortement érigé en principe fondamental de la politique française, on ne peut que lui donner raison.
La lecture définitive du texte anticonstitutionnel, antifrançais et de toute façon impossible à défendre devant la CEDH du délit d’entrave à l’avortement aura lieu demain. Vous le savez, j’y ai opposé une constante détermination pour ne pas empirer la dictature de la culture de mort.
Capture
Cette nouvelle évolution législative marque l’aspect idéologique que l’avortement a pris dans notre pays. Si chacun s’accorde pour considérer l’avortement comme un drame, les ministres socialistes ont acté sa banalisation et même transformé un problème de santé publique en combat idéologique.

220 000 avortements sont subis chaque année en France. C’est une politique d’incitation à la suppression de la vie à naitre et de rupture anthropologique qui est poursuivie par le gouvernement. Charge aux défenseurs de la vie de revenir sur ces aberrations dans les années à venir.

Les destructeurs de la famille traditionnelle à l’œuvre !

En cinq ans, le gouvernement socialiste aura accompli la tâche qu’il s’était fixé : non content d’avoir entériné le gouffre économique de la Nation, il en aura détruit les fondements essentiels. S’attachant à intervenir dans chaque parcelle de la vie privée des Français, l’État pratique l’immixtion au détriment de la responsabilité des familles. « Mariage » pour Tous ; avortement pour tous ; divorce pour tous. Au détriment de l’enfant, cette déconstruction perpétuelle des solidarités familiales porte en elle le germe de tous les maux.

A l’heure où le nombre de divorce annuel affecte 120 000 à 150 000 couples, la dernière mesure de l’État aura été de favoriser l’accélération de la procédure de séparation. Lors du passage de ce texte inique, j’avais déposé de nombreux amendements soulignant l’inanité d’un tel texte, qui enjoint les couples souhaitant se séparer à ne même plus à recourir à un juge, afin d’accélérer le divorce et désengorger les tribunaux. Non seulement de telles dispositions, accréditées par actes sous seing privé, n’ont plus de valeur authentique, mais elles soulèvent également des problématiques dans le cœur de la cellule familiale.

57bb2ecac4618830278b45d2

« Permettre aux conjoints de négocier entre eux, c’est les renvoyer à des rapports de force », soulignait en ce sens Sibylle Gollac, sociologue. Un rapport de force auquel est confronté l’enfant, qui peut désormais se voir échoir la lourde charge de contester le divorce, engendrant par ailleurs l’ouverture d’une procédure judiciaire. Qu’en est-il du droit de l’enfant à être élevé par son père et sa mère ? Car comme le soulignait l’association Famille et Libertés, « le mariage, qui dure, est le cadre le plus adapté aux besoins des enfants, non pas parce que les gens mariés seraient les meilleurs, mais parce qu’il offre à la famille un cadre protecteur et sécurisant ».

Quelques mois seulement après le passage de la loi, certains époux « déplorent déjà la rapidité de l’audience et son faible formalisme », confie Sibylle Gollac. Encore une fois, l’État, qui ignore jusqu’à la propre constitutionnalité des législations qu’il met en place, en fait pâtir ses institutions et ses ressortissants. Quel est cet État, qui prône sans cesse « l’égalité réelle » au détriment de cette saine complémentarité qu’entretient la famille ? Quel est cet État, qui abandonne les enfants au triste avenir d’une vie rythmée par la dictature de l’individualisme ? Quel est cet État qui favorise la décroissance démographique de son peuple et en dévaste les foyers ? A cet État-là, on aimerait rappeler qu’il doit être le fonctionnaire de la société…et non l’inverse.

 

L’extension du délit d’entrave à l’IVG : une loi totalitaire

Jacques Bompard était interrogé au micro de TVLibertés à propos de l’extension  du délit d’entrave à l’avortement : « Cette loi porte atteinte à la liberté d’expression ; c’est une proposition de loi totalitaire. L’avortement est une intervention chirurgicale ; toute intervention de ce type comporte des risques. Les nier et vouloir qu’on les taise, c’est du totalitarisme« , a-t-il souligné.

 

https://www.youtube.com/watch?v=ERqL2gjkNCo

J’ai envoyé quelques dizainiers à Laurent Joffrin

15181244_1328458190519798_8208194959970264524_nSoucieux de l’inquiétude de Libération, dont la une indiquait ce matin  » PRIMAIRE : Au secours ! Jésus revient « , j’ai envoyé une lettre à Laurent Joffrin, rédacteur-en-chef du quotidien. Vous pourrez en trouver le contenu ci-dessous.

Monsieur le rédacteur en chef,

Nous avons noté votre grande inquiétude devant la montée d’un populisme chrétien que certains appellent de leurs vœux. Il est évident qu’une telle expression politique ne manquerait pas d’altérer en profondeur la folle course dans laquelle vos amis entrainent notre pays. L’odeur des sacristies recèle de nuances d’encens qui dépassent de beaucoup celles des loges ou des salles de marché.

J’ai récemment noté que votre rédaction était effrayée : le péril Trump, l’apocalypse, les populismes doivent en effet vous alerter sur le changement de paradigme à l’œuvre en Occident. La Parousie est certainement une perspective qui réjouit des milliards d’hommes par le monde. Dans l’œuvre de tolérance et d’ouverture qui devrait être celle de Libé, une nouvelle étape est à franchir. Une étape qui pourra être, à tous les plans, salutaire.

Aussi, soucieux de votre conversion au retour du vieux monde, je vous envoie ces quelques dizainiers. Il y a bien un correspondant étranger qui vous en décrira le sens. Et quelques lecteurs corses vous rappelleront qu’un chapelet simplement métropolitain est une discrimination regrettable.

Je vous prie de croire, Monsieur le rédacteur-en-chef, en l’expression de mes sentiments cordiaux.

Jacques BOMPARD

laurent-joffrin-page-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Alain Juppé est à la gauche de François Hollande ! »

Interrogé à l’issue de l’émission des Grandes Gueules sur RMC, Jacques Bompard a expliqué son soutien à François Fillon aux primaires de la droite. « Juppé est à la gauche de Monsieur Hollande ; il est un acteur de ce Grand Remplacement », a-t-il déclaré.

Évoquant l’immersion d’Alain Juppé dans le domaine spirituel et la fermeture de l’Ambassade de Syrie en France, il a souligné « qu’Alain Juppé serait pire que François Hollande ».

http://www.dailymotion.com/video/x536uoi_les-grandes-gueules-debat-societe-diversite-mer-23-novembre-2016-partie-1-replay_tv

Forum de l’Union des droites : une journée sous le sceau du succès

Les drapeaux de la Manif Pour Tous ondoient à l’entrée de l’Espace Daudet : il flotte à Orange, ce 24 septembre, un air de printemps 2013. Nombreux, les Vauclusiens s’empressent de rejoindre leur place. Légitime impatience : le programme de la journée s’avère riche… Comment œuvrer, par l’intermédiaire d’une nécessaire union des droites, à « la reconquête » ? Une question que la Ligue du Sud a confiée aux nombreux intervenants ayant répondu présents à l’appel.

fdll1

« Le retour de l’histoire est la pensée majoritaire qui s’affronte à la pensée dominante ». Attablé aux côtés de Jean-Pierre Maugendre, Stéphane Blanchonnet, Président du Comité de l’Action française, évoque la place de l’Histoire dans ce champ de bataille. Les tonalités subjectives d’une Histoire revisitée au gré d’une idéologie moribonde s’affaissent à mesure que la pensée dominante s’effondre… Car devant la brutalité du réel, l’Histoire véritable refait surface. Celle des chefs, des saints, des héros, des Rois, sans lesquels elle ne serait qu’inintelligibilité[1]… Pour autant, l’affaire n’est pas mince et nécessite une persévérance sans failles, une tempérance dans le combat ; « Sans la conscience des efforts quotidiens à accomplir, les grands desseins disparaissent », souligne le Président de Renaissance Catholique… Le « Grand Dessein français » : une notion bien maltraitée, à l’heure d’une immigration massive et incontrôlée. Car à l’intégration brandie en étendard se superpose un viol de l’identité des Français de souche, subissant les assauts d’une Gauche en proie à la concession permanente : « Le concept de l’inclusion est délirant », rappelle Ivan Rioufol. Et l’auteur de La guerre civile qui vient (Pierre Guillaume de Roux, 2016) de s’indigner : « Le Français en France n’est pas une langue parmi d’autres ! ».

fllg6

Gracieux après-midi, aux côtés de Cécile Edel et Gabrielle Cluzel (Boulevard Voltaire) qui ouvrent la deuxième partie du colloque. La foule est au rendez-vous… « Le mal que la gauche fait aux femmes » : un sujet d’actualité, à l’heure où Laurence Rossignol, ministre de la Famille, s’emploie à clore tous les sites apportant une vision alternative sur l’avortement. « Le gouvernement continue à cibler l’enfant à naître », indique Cécile Edel. La Présidente de Choisir la Vie côtoie chaque jour cette problématique : car l’enfant à naître, c’est pour la gauche « l’ennemi public numéro un », affirme-t-elle courageusement. Résolues, ses combattantes pour la préservation de la vie le savent : l’affrontement est devenu incontournable. Car en s’attaquant aux familles, à cet écrin de l’intimité de chacun, c’est à la nature de la Civilisation que s’en prend la gauche. Et désormais, « personne ne peut faire l’économie de cette question : jusqu’où je suis prêt à aller pour défendre ce en quoi je crois? », souligne hardiment Béatrice Bourges. Acquiescement, du côté de l’élue de la Ligue du Sud Marie-Claude Bompard, qui fait les frais de la cohérence de son combat pour la préservation du mariage naturel : on salue, dans la salle, la désobéissance civile du Maire de Bollène qui, refusant de célébrer l’union de deux personnes du même sexe, se voit désormais l’objet des attaques des groupes de pression homosexuels…

forumudd6

Fructueux débats, salle ravie : à Orange, le Forum de l’Union des Droites se clôt sur les interventions de Jean-Claude Martinez et Jacques Bompard, qui rejoindront bientôt Bernard Antony. Ce dernier évoquera les maux que l’Islam engendre dans une Europe qui ne peut accepter de se plier à la doctrine prêchant la soumission… N’en déplaise à l’émotif ancien secrétaire d’Etat Jean Gatel, qui dénonçait une réunion de « Catholiques intégristes », l’Europe, en vertu de son Histoire, a resplendit plus de mille cinq cents ans durant de sa Chrétienté. Qu’il se le tienne donc pour dit : « les catholiques n’ont plus peur du débat et d’affirmer leurs convictions » (Béatrice Bourges).

[1] « Sans les chefs, sans les saints, sans les héros, sans les rois, l’histoire est inintelligible ». Charles Maurras, Mes Idées politiques, 1937

L’assimilation républicaine n’est plus possible

Cela devient rémanent dans le discours du parti de Florian Philippot. A la dédiabolisation, c’est-à-dire la soumission au système, succède une série de trahisons. Trahison sur l’islam, trahison sur la défense de la vie, trahison sur la question des institutions. Et désormais trahison sur la question de la nationalité.

ce-n-est-pas-parce-que-florian-philippot-va-au-petit-journal-que-le-fn-change-de-ton-avec-les-journalistes

Aujourd’hui la question de l’assimilation républicaine est dépassée et dangereuse. Pourquoi dangereuse ? Principalement, parce qu’elle ne correspond plus à la réalité subie par la majorité de nos compatriotes. La ségrégation de fait des Français de souche, la mise en concurrence de la civilisation française, déjà violemment attaquée par le relativisme, et le génie propre d’autres terres, l’ensauvagement de nos sociétés démontrent qu’une autre proposition politique doit être défendue.

Le Grand Remplacement est une réalité professionnelle, territoriale, culturelle et sociale. Le Grand Remplacement pose l’alternative réelle : soit nous retrouvons une conception organique et historique de la Nationalité, soit nous continuons le délire de la nationalité républicaine c’est-à-dire de la création d’un contrat fictif entre l’Etat et l’individu sans les intermédiaires traditionnels que furent les familles, la société ou encore l’acceptation populaire.

Alors qu’une étude, certes très manipulée de l’IFOP, vient montrer que notre Nation est mutilée par l’immigration et ses conséquences, conserver la seule assimilation comme étendard est tantôt une ringardise pour les plus naïfs, tantôt une lâcheté pour les plus conscients.

Le dilemme est limpide : soit nous procédons à une reconquête culturelle afin que la France soit préservée dans sa permanence et son identité, soit nous participons de l’atomisation d’un monde réduit au plus simple appareil du consumérisme et de la relativité absolue. L’organisation de la ré-émigration est le seul horizon crédible pour l’équilibre social et civilisationnel dans notre pays. Aucune campagne n’excuse de le cacher aux gens.

 

Les producteurs de lait et les producteurs télé

Les producteurs de lait et les producteurs télé.

 

Deux informations retiennent l’attention de la presse économique ces derniers jours. La bataille opposant les producteurs de lait et Lactalis et la création d’une chaine publique d’information en continu. Dans les deux cas, les méandres de l’Etat sont en question. Nous apprenions récemment que Stéphane Le Foll ne détenait pas le numéro de téléphone du PDG de Lactalis mais aussi que Delphine Ernotte était parvenue à convaincre François Hollande en direct de l’importance cruciale de France Info TV.

9222481

La différence de traitement est notable. D’un côté les producteurs furent à la peine pour obtenir 5 euros d’augmentation aux 1000 litres pendant quelques mois. De l’autre, le président de la commission aux affaires culturelles, Patrick Bloche, nous assure que cette affaire a été traitée « au plus haut niveau de l’Etat ». En somme, l’Etat continue à être intrusif là où personne n’a besoin de lui tout en se montrant impotent pour secourir ceux qui sont dans le besoin.

C’est qu’il y voit son intérêt. François Hollande compte évidemment sur le soutien des journalistes du service public pour ces élections présidentielles. L’obtiendra-t-il ? Nul ne le sait, mais son calcul est révélateur d’un état d’esprit qui tranche avec ses odes à l’idéologie républicaine. Dans la plus pure tradition mitterrandienne, ses savants mélanges ne servent qu’à promouvoir gloriole personnelle et règne des partis.

Sur ces questions, les positions de la Ligue du Sud sont connues : suppression de France 2 pour laisser la place et développer le réseau d’antennes régionales consacrées au sport, à la culture et à l’actualité locale. Et non pas la promotion de la bien-pensance à toute heure. Cela permettrait certainement aux journalistes locaux d’illustrer plus avant les affres subis par les exploitants agricoles.

 

 

8ème journal du député

Journal Député N°8-page-001Le 8ème journal du député Jacques Bompard est en cours de distribution dans la 4ème circonscription du Vaucluse.

Vous pouvez lire dès à présent ce numéro en ligne. Propositions de lois contre le trading à haute fréquence, les violences faites aux femmes, pour la diminution des indemnités des élus locaux, la protection de l’embryon, proposition de résolution contre les blocages de la gauche, journée parlementaire pour la vie et actions locales, telles sont les sujets abordés de ce nouveau numéro.

Continuer la lecture