Les producteurs de lait et les producteurs télé

Les producteurs de lait et les producteurs télé.

 

Deux informations retiennent l’attention de la presse économique ces derniers jours. La bataille opposant les producteurs de lait et Lactalis et la création d’une chaine publique d’information en continu. Dans les deux cas, les méandres de l’Etat sont en question. Nous apprenions récemment que Stéphane Le Foll ne détenait pas le numéro de téléphone du PDG de Lactalis mais aussi que Delphine Ernotte était parvenue à convaincre François Hollande en direct de l’importance cruciale de France Info TV.

9222481

La différence de traitement est notable. D’un côté les producteurs furent à la peine pour obtenir 5 euros d’augmentation aux 1000 litres pendant quelques mois. De l’autre, le président de la commission aux affaires culturelles, Patrick Bloche, nous assure que cette affaire a été traitée « au plus haut niveau de l’Etat ». En somme, l’Etat continue à être intrusif là où personne n’a besoin de lui tout en se montrant impotent pour secourir ceux qui sont dans le besoin.

C’est qu’il y voit son intérêt. François Hollande compte évidemment sur le soutien des journalistes du service public pour ces élections présidentielles. L’obtiendra-t-il ? Nul ne le sait, mais son calcul est révélateur d’un état d’esprit qui tranche avec ses odes à l’idéologie républicaine. Dans la plus pure tradition mitterrandienne, ses savants mélanges ne servent qu’à promouvoir gloriole personnelle et règne des partis.

Sur ces questions, les positions de la Ligue du Sud sont connues : suppression de France 2 pour laisser la place et développer le réseau d’antennes régionales consacrées au sport, à la culture et à l’actualité locale. Et non pas la promotion de la bien-pensance à toute heure. Cela permettrait certainement aux journalistes locaux d’illustrer plus avant les affres subis par les exploitants agricoles.