Pour un changement de politique étrangère avec la Syrie

SyrieM. Jacques Bompard rappelle à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international qu’il est urgent de changer de politique étrangère en Syrie. Depuis le 25 juin 2015, date à laquelle des djihadistes sont entrés dans la ville d’Hassaké (Syrie), près de 120 000 personnes ont dû immédiatement fuir la ville afin d’échapper à l’horreur dont ces terroristes nous ont maintenant habitués. Sommes-nous habitués au point de n’être plus touchés par ces 4 000 familles chrétiennes délogées par le groupe terroriste le plus abjectement armé et financé par nos alliés ? Pourquoi la France campe-t-elle sur sa position stérile et mortifère de refuser de parlementer avec les autorités syriennes pourtant en lutte contre l’État islamique ? Sommes-nous endormis face à ces Chaldéens, ces Assyriens, ces Syriaques catholiques et ces orthodoxes abandonnés par une politique française anesthésiée par des alliances contre nature ? Pourquoi restons-nous hypnotisés par ce génocide hideux que nous avons aidé à engendrer ? Face à l’urgence humanitaire de ces affrontements civils et sanglants, la France porte une responsabilité particulière. Il presse le Gouvernement de changer radicalement de cap dans ce qui apparaît aujourd’hui davantage comme une complicité coupable qu’un innocent silence.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.