Manchester : sans volonté politique, les tueries continueront !

            Le 22 mai la barbarie islamique a encore frappé le sol européen. Autour de 22h33, Salman Abedi, un jeune anglais d’origine libyenne s’est fait exploser durant un concert d’une chanteuse américaine. Cet attentat terroriste a fait 22 morts et 116 blessés parmi les spectateurs. La police a pu déterminer qu’il ne s’agissait pas d’un acte commis par un auteur isolé mais qu’il avait reçu l’aide de complices. A ce jour, les services britanniques ont arrêté une dizaine de suspects dans l’entourage proche d’Abedi. L’attentat a été revendiqué par l’Etat Islamique.

            Son parcours n’est pas encore exactement connu dans sa totalité ; pourtant, quelques éléments commencent à émerger. L’homme est né en Grande-Bretagne, dans une famille musulmane. Si l’on en croit les informations divulguées dans la presse, il se serait « radicalisé » assez récemment, comme une importante partie de sa famille – ses frères ont été arrêtés. Il a combattu avec son frère en Libye contre le régime de Kadhafi dans des groupes salafistes.

burka-en-paris

            L’auteur de l’attentat était connu des services de police, à l’image de nombreux autres terroristes ayant perpétré des attentats sur le territoire européen…. Après tout, Karim Cheurfi, l’auteur du meurtre sur les Champs-Élysées, était fiché S ; Adel Kermiche, l’assassin du père Hamel, était assigné à résidence avec un bracelet électronique.

La BBC confirme que l’un des terroristes de Londres était connu des services de renseignements et surveillé. Comment aurait-il pu échapper à leur vigilance, lui qui avait effectué de nombreux voyages en Libye, avait été remarqué alors qu’il rentrait tout juste d’un de ces voyages avant son acte ultime. Selon The Mirror, il aurait même séjourné en Syrie… Et pourtant : ce sont encore des dizaines d’Européens qui ont perdu la vie à cause du laxisme d’autorités qui l’ont sciemment laissé s’échapper.

            Car si les services de renseignement font leur travail, il conviendrait de coupler leurs recherches à une volonté politique suffisamment ferme pour agir et prendre les mesures qui s’impose pour régler ce problème. Aujourd’hui, 12000 personnes sont fichées S en France : l’Etat doit accroitre son contrôle. Comment se fait-il qu’une grande puissance mondiale qui dispose des moyens technologiques puissants, n’agisse guère au nom d’obscures raisons politiques, qui mettent en péril la vie des Européens ?