Immigration : les « intellectuels » de gauche en veulent encore plus !

Avec le déferlement migratoire de ces dernières années, la France a dû faire face à des mouvements de populations incontrôlables sur son sol. Au titre du respect de ses engagements européens, elle a dû ouvrir de nouveaux centres d’accueil, CAO et CADA, sur l’ensemble de son territoire.

Pour Samir Yacoubi, responsable des domaines Habitat-logement-politique de la Ville à l’INSET de Dunkerque, c’est à la « crise de l’accueil des migrant.e.s » (sic) que la France doit faire face et non une crise migratoire. Avec 75 000 personnes en 2015 et 83 000 en 2016, le déferlement migratoire a engendré des réponses en urgence des collectivités territoriales. Des collectivités peu prêtes à réagir financièrement : « c’est dans l’urgence qu’elles ont dû se coordonner avec les services de l’Etat mais aussi avec les acteur.rice.s de la société civile (ONG et citoyen.ne.s) pour définir leurs réponses », explique Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au CNRS.

Pour ces deux défenseurs de l’immigration massive, l’accueil d’urgence ne peut être toléré…. en ce qu’il est une réponse indigne pour les « migrants ». Des immigrés dont l’accueil dans des hôtels est jugée par Withol de Wenden comme « nuisible à leur bonne intégration ». Cette intégration, ils tiennent à la favoriser, quitte à accentuer le phénomène migratoire… Et non sans laborieuse condescendance, la directrice du CNRS de souligner : « Les migrants nous ressemblent de plus en plus ; ils ont reçu une éducation, sont issus des classes moyennes et vivent dans la modernité ».

immigréss

Journées d’actualités, colloques, publications : les deux responsables déploient tout un programme visant à « tirer parti des migrations » et faire de la présence migratoire une « opportunité ». L’effort, s’il n’est dicté par l’appât de bénéfices tout personnels, est particulièrement inquiétant. En proposant de tels services aux immigrés, les collectivités territoriales risquent d’engendrer un appel d’air dramatique, privant chaque jour un peu plus les Français de souche de logements et de soins au profit d’une population allogène toujours plus massive.

L’attitude de ces intellectuels de salon, qui bénéficient grâce à la gauche de l’écoute attentive du gouvernement, est irresponsable. Irresponsable, parce qu’elle invite la France à crouler sous le poids de flux migratoires incontrôlable. Irresponsable, parce qu’elle prive les Français des ressources auxquelles ils ont légitimement droit. Irresponsable, enfin, parce qu’elle encourage le Grand Remplacement de la population française. Jacques Bompard a dénoncé activement la gravité de cette situation dans ses cinquante fiches detox sur l’immigration ! Elles restent d’une malheureuse actualité…