Macron laissera-t-il mourir les chrétiens d’Orient ?

Samedi 6 mai, l’Etat islamique continuait de faire régner la terreur au Proche-Orient en assassinant un Egyptien Copte dans la péninsule du Sinaï. Lors de la messe des rameaux, le 9 avril dernier, quarante-cinq personnes avaient été tuées pendant des attaques suicides revendiquées par l’Etat Islamique, contre une église d’Alexandrie et une autre à Tanta.

En décembre 2016, le groupe djihadiste avait aussi revendiqué un attentat suicide contre une église du Caire et avait fait 29 morts. Fin avril, le pape François en visite en Egypte, avait appelé de ses vœux la paix entre musulmans et chrétiens.

Actuellement, 90% des chrétiens d’Orient sont égyptiens, rappelle Marc Fromager, le directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse. La terreur répandue par l’Etat islamique consiste entre autre à éradiquer la présence chrétienne au Proche-Orient pour favoriser l’implantation du Califat islamique. Cette politique de persécution à répétition a produit les effets escomptés puisque désormais, la majorité des chrétiens d’Irak et de Syrie ont quitté leur pays. Aujourd’hui, on estime le nombre de chrétiens en Irak à moins de 300 000, soit à peine 1 % de la population[1], alors qu’il y en avait 1 million en 2003.

7780252935_emmanuel-macron-et-laurent-fabius-a-l-elysee-le-10-septembre-2014

Malgré l’affaiblissement de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, la détermination des terroristes islamistes reste intacte. A la lumière de ce nouvel élément tragique, le député Jacques Bompard, rappelle qu’il avait interrogé à plusieurs reprises le ministère des affaires étrangères quant aux nombreuses persécutions subies par les Chrétiens au Proche-Orient comme en France. Il souhaite que le nouveau gouvernement puisse apporter une réponse rapide à cette situation dramatique et venir en aide aux chrétiens.

[1] http://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/La-situation-precaire-chretiens-dOrient-2017-04-10-1200838523