Macron : 20 minutes pour rien

Emmanuel Macron a repris la parole le 14 juin pour annoncer la fin officielle des dernières mesures liées au confinement. En réalité, le chef de l’Etat a monopolisé les écrans de télévision pour délivrer un message vide et creux sans autre intérêt que de mettre en scène sa propre inconsistance.

Bilan de cette allocution : des paroles, des promesses, du vent et des mensonges. Ainsi des 500 milliards d’euros annoncés comme injectés dans l’économie française sans autre détails et précisions que la citation de quelques secteurs industriels. Comment cet argent est-il créé et sera-t-il remboursé ? On ne sait pas. Le président promet juste de ne pas augmenter les impôts… C’est formidable ! En fait, l’argent magique qui n’existait pas pour les infirmières coule à flots d’un coup mais sera distribué selon une logique encore ignorée. Nul doute que le réseau des petits copains et des petits coquins saura capter l’argent public à son plus grand profit comme d’habitude.

500 000 emplois en moins

Après plus de deux mois de confinement et de mise à l’arrêt de l’économie nationale, les belles paroles d’Emmanuel Macron sur le retour de la souveraineté et la nécessité d’un monde d’après ressemblent aux vœux pieux entonnés par le monde de la finance après la crise de 2008 : on a recommencé de plus belle les mêmes erreurs. En attendant, ce sont plus d’un demi-million d’emplois qui ont disparu au premier trimestre 2020. La Banque de France anticipe un taux de chômage de 11,5% d’ici un an alors qu’il était de 7,8% au début de l’année. En Europe, la situation n’est pas meilleure puisque les analystes prévoient que 26% des emplois sont menacés, soit 53 millions de personnes qui risquent d’être mis au chômage du jour au lendemain.

Alors que la crise économique grossit avant de nous submerger, que l’autorité de l’Etat est contestée chaque semaine par les manifestations illégales, Emmanuel Macron ne trouve rien de mieux à dire que de vendre du rêve pendant 20 longues minutes comme si ses paroles avaient le pouvoir de l’incantation, soit le pouvoir du néant et de l’autosatisfaction alors que le péril est dans la demeure.