Le chômage est vaincu : les producteurs de clémentines obligés d’importer des Marocains !

Il est curieux qu’une telle information ne soit pas développée médiatiquement. Malgré la crise économique et sanitaire, la France a vaincu son chômage endémique. Si, si.

La preuve, pour récolter les agrumes corses, 900 Marocains ont dû être acheminés à Bastia par avions pour un coût d’un demi-million d’euros.

La réalité n’est pas celle-ci, bien entendu. Le chômage est au plus haut, mais les offres d’emploi demeurent sans réponse.

Pendant le confinement déjà, au moment de la récolte des fraises et des cerises, les producteurs du Vaucluse s’inquiétaient de la fermeture de la frontière entre la France et l’Espagne, empêchant l’arrivée des centaines de travailleurs détachés. De même, la filière corse qui génère 80 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel est à l’agonie dès qu’elle ne peut avoir recours aux travailleurs étrangers. 3 raisons sont invoquées pour justifier cette incohérence économique et politique : les annonces d’emplois ne trouvent pas preneur, la cueillette est technique et les conditions de travail sont rudes pour le SMIC.

La crise du Covid et toutes ses bonnes résolutions n’auront duré que le temps des beaux discours la larme à l’œil : le localisme économique des consommateurs et des producteurs a très vite vécu sous le poids de la reprise des mauvaises habitudes.

Le chômage subventionné n’incite pas à la reprise du travail. Et de la même manière, des salaires trop bas, équivalents aux diverses allocations, ne peuvent valoriser des métiers difficiles. L’allègement des charges fiscales devraient enfin inciter les producteurs à embaucher une main-d’œuvre locale. Tout le reste n’est que rêverie et destruction consciente de notre économie.