Sur la difficulté que traversent les facteurs d’orgues

facteurs d'orguesM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès du ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire sur la difficulté que traversent les facteurs d’orgues. L’orgue est un des éléments majeurs de notre vie liturgique, artistique et culturelle. Il est d’ailleurs « le rois des instruments ». Ce ne sont pas moins de 12 000 orgues qui sont recensés sur notre territoire. Or les facteurs d’orgues subissent de plein fouet les effets de la crise : le nombre d’appels d’offres concernant la sauvegarde des orgues classés monuments historiques est passé de 40 en 2002 à moins de 10 actuellement. Chaque année, cette profession doit licencier du personnel hautement qualifié, détenant des savoir-faire remarquables. En Alsace, la famille Kern (dont la mission est « de mettre au service de la musique notre savoir-faire en matière de restauration, de reconstruction et de conception d’orgues afin que le roi des instruments continue à régner ») a dû définitivement fermer ses portes en début d’année. Sans geste fort de l’État qui représente 85 % du marché annuel de la facture d’orgue (15 millions d’euros HT), cette filière d’excellence qui fait l’honneur de notre patrimoine déclinera jusqu’à une mort probable qui n’est pas souhaitable. Il lui demande ce que le Gouvernement compte faire pour éviter cela.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.