Banlieues : l’épidémie séparatiste

A grands renforts de décrets liberticides, l’Etat a imposé le confinement à l’ensemble de la population. A l’ensemble ? pas tout à fait… de nombreuses zones échappent totalement à la volonté de l’Etat et continuent de vivre comme si de rien n’était. On pourrait croire à la vieille indiscipline gauloise, mais Astérix s’est envolé avec son créateur semble-t-il. Comme le dit si bien la cellule interministérielle de crise citée dans le Canard enchaîné : « On a un problème en banlieue. » Fichtre ! Il aura donc fallu une pandémie mondiale pour s’en apercevoir, et quelques dizaines de milliards dans la politique de la ville pour réchauffer le serpent dans le sein de la République.

Laurent Nunez, le ministre de l’Intérieur dont Castaner est le porte-parole, est finalement assez clair sur le sujet : « Ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements. » Preuve en est, les nombreuses vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux en-dehors de la propagande d’Etat : on y voit la petite vie des trafiquants et du marché noir suivre son cours. Le coronavirus ne fait pas peur aux banlieues. Entre le fatalisme islamiste et le racisme latent laissant penser qu’il s’agit « d’une maladie de blancs », les consignes de l’Etat n’ont pas prise sur ces nombreuses zones blanches de toute autorité hors celle des dealers et des imams. « Il est difficile de faire passer un message à des gens qui ne vous reconnaissent aucune légitimité », confirme l’ancien préfet Michel Auboin à Marianne.

C’est toujours la même chose

A chaque crise, le premier symptôme est toujours le même : la banlieue. Cette désignation géographique générique est grosse de tous les sous-entendus jamais avoués de la politique française. Historiquement, ce mot désignait le territoire sous l’autorité du chef reconnu : le ban et sa zone périphérique directe. Aujourd’hui, il désigne exactement l’inverse : un territoire qui a fait sécession de fait. On sait pourquoi. Tout comme nous savons que la privation de libertés et la quarantaine que nous impose le gouvernement n’est que le résultat de ses choix criminels, de sa lâcheté et de son incompétence. Dès la fin 2004, le plan de lutte contre une pandémie grippale stipulait les mesures de base à prendre immédiatement : « contrôle aux frontières » et « interruption des arrivées et des départs internationaux de passagers, notamment aériens, vecteurs d’importation de l’épidémie ». Exactement l’inverse de ce qu’ont pu édicter Macron et ses sbires.

Bienvenue en 5ème république

En attendant, nos commerces sont fermés, nos entreprises à l’arrêt, nos paysans sans récoltes, et tous, nous attendons chez nous les injonctions quotidiennes et contradictoires de ces aveugles qui nous dirigent et nous conduisent vers l’abysse.

En même temps, le trafic de drogue se poursuit, l’islamisation se renforce à l’image de l’appel à la prière depuis le minaret de la mosquée de Lyon, et l’anarchie complaisante des zones de non-droit conforte son emprise face à un Etat impuissant dont les failles apparaissent au grand jour. Bref, l’égalité juridique et républicaine a encore pris un sacré coup dans l’aile.

Bien entendu, dans quelques semaines, les hôpitaux seront remplis de ces familles hors-la-loi qui ne manqueront pas d’amplifier les problèmes existants d’engorgement et de tension. Laissons une dernière fois la parole au préfet Auboin : « Je vois venir un autre problème dans les hôpitaux. Quand les personnes âgées y sont amenées, les familles viennent souvent en même temps… Pour toutes ces raisons, il me paraît évident que le confinement va inévitablement faire monter la violence. Et dans cette situation de tension, je crains qu’on n’ait pas les moyens de faire face. » Bienvenue en Vème république !