Atteintes fiscales à l’encontre des familles : j’ai interpellé le gouvernement !

TVA, CSG, Impôt sur le revenu, donations, successions, fiscalité locale : depuis 2012, et au contraire de ce que le gouvernement l’affirme, les prélèvements obligatoires sur les ménages, atteignant les 555 milliards d’euros en 2015, a connu une nette augmentation. De 59 milliards d’euros en 2012, l’impôt sur le revenu est passé, trois ans plus tard, à … 70 milliards ! C’est la raison pour laquelle j’ai interpellé le ministre des affaires sociales et de la santé sur le traitement réservé aux familles en termes de fiscalité à l’issue de ma dernière question écrite.

« La famille est-elle réellement le seul moyen pour l’État de renflouer ses fonds ? N’y a-t-il pas des économies plus urgentes à faire que sur les familles ? La famille, noyau de base de la société, est vectrice de continuité entre les générations passées, présentes et futures : il est essentiel de la soutenir afin de garantir la viabilité de la société sur le long terme. La philosophie politique à la française nous a appris que la société n’est pas une association volontaire : c’est un agrégat naturel. C’est avant tout par la famille que la jeunesse française apprend le sens du don et de la solidarité », y indiquè-je.

La famille, sans cesse attaquée par des atteintes invasives à l’encontre de sa nature traditionnelle, ne doit pas faire de surcroît l’objet de ces attaques fiscales. La famille, terreau de notre société, doit, à l’inverse, être préservée, garantie, épargnée de ce racket fallacieux.

Retrouver le texte de ma question écrite ici : http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-98607QE.htm