Sur les conséquences de la généralisation des AOC

AOCM. Jacques Bompard interroge M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur les conséquences de la généralisation des AOC. La filière viticole en France, au-delà de faire intrinsèquement partie de la culture et de l’identité française (86 % des Français pensent que le vin permet de passer un bon moment selon un récent sondage IFOP de 2014), est une filière riche de PME dynamiques (500 000 emplois) qui exportent leurs produits à l’international, sans parler bien sûr des 10 millions d’œnotouristes séjournant chaque année dans les vignobles français. Or les AOC (dont la superficie représente près de 60 % des superficies viticoles) sont en train de devenir une norme. Cette prédominance fragilise la particularité du concept AOC (équilibre entre diversité, dynamisme économique et qualité) en en faisant une norme économique. Il souhaiterait savoir ce que le Gouvernement souhaiterait mettre en œuvre pour éviter des conséquences néfastes de ce constat sur le secteur viticole français.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.