Sur la formation professionnelle

formation professionnelleM. Jacques Bompard interroge M. le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur la formation professionnelle. Alors que les chiffres du chômage sont au plus haut, et que le moral des Français est au plus bas, la réforme de la formation professionnelle aurait dû redonner de l’espoir en particulier aux jeunes particulièrement vulnérables sur le marché du travail. Or nous pouvons constater que dans cette réforme ni les employés ni leur niveau de formation ne sont le point central des négociations, mais bien plutôt la multiplication des acteurs (institutions gestionnaires ou les près de 63 000 organismes de formations) avec l’apparition de boîtes noires où l’argent de la formation professionnelle (on parle souvent de 32 milliards d’euros) circule presque sans le moindre contrôle et ce malgré les avertissements de la Cour des comptes. Si seulement cette opacité avait des retombées positives ou efficaces… Mais, malheureusement, la complexité de l’organisation constitue évidemment un terrain propice aux fraudes que la justice a déjà mis au jour en début d’année 2014 (fausses factures, stages factices…). Il demande au Gouvernement comment il compte faire pour décomplexifier le système de formation professionnelle, le rendre plus lisible, plus transparent et plus efficace.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.