Sur la destination des armes en cas d’intervention en nord-Mali

M. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de la défense sur la position de François Hollande concernant la situation au Nord-Mali. Il rappelle que François Hollande avait annoncé fin septembre 2012 devant les Nations-unies qu’aucun soldat français ne serait envoyé sur le sol malien, mais qu’une intervention africaine régionale était inévitable. De nombreux experts internationaux mettent en avant l’incapacité des troupes de la Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest (CEDEAO), censée fournir 3 300 soldats, à mettre en place un plan d’action convaincant. Il souhaite qu’il précise le rôle futur de la France dans cette intervention. Si la France devait participer à la formation ou l’armement de cette future coalition internationale, il lui demande de s’assurer de la destination finale des armes afin d’éviter qu’elles se retrouvent dans les mains de terroristes islamistes comme c’est le cas actuellement en Syrie et en Libye.

Lien de la question sur le site de l’Assemblée nationale ici.