Sur le soutien affiché par plus de 10 % des Français à l’État islamique

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur le soutien affiché par plus de 10 % des Français à l’État islamique, le groupe terroriste ayant établi un califat dans une partie de l’Irak et de la Syrie. Selon l’agence de presse Rossiya segodnya, 3 % des personnes interrogées en France sont très favorables et 13 % assez favorables à cette organisation islamique qui s’illustre notamment par une persécution sanglante des minorités catholiques avec assassinat des hommes et vente des femmes ainsi que par la décapitation d’otages. Dans de telles conditions, le problème de la sécurité en France doit devenir prioritaire. En effet, ce sondage révèle avant tout le rejet par la population musulmane de l’identité et des institutions françaises, rendant alors impossible la cohésion nationale. De la même façon, la participation de djihadistes français au conflit syrien est devenue aujourd’hui la principale source de menaces terroristes dans notre pays. En réalité, la France, avec près de 1 000djihadistes depuis 2012, constitue aujourd’hui le premier contingent de djihadistes occidentaux opérant en Syrie et en Irak ; or on sait de l’expérience des djihads passés qu’une partie de ces combattants ultra-radicalisés et formés au maniement d’armes et d’explosifs tenteront de se livrer à leur retour à des actes terroristes en France. En l’espèce, la difficulté n’est pas tant d’empêcher ceux qui veulent faire le djihad de quitter la France, mais bien de faire cesser le développement d’une haine contre notre pays, ses habitants, leurs traditions, coutumes et religion. Il attire l’attention du Gouvernement sur l’importance de prendre des mesures de prévention du radicalisme islamique en France, ainsi que sur la nécessité de défendre l’identité propre de la France.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.