Retraités : le cynisme de Barbier

« Macron ne craint pas le vote des retraités, car en 2022 beaucoup seront morts ».

C’est par cette phrase très emblématique de la philosophie politique macronienne que Christophe Barbier, journaliste et soutien d’Emmanuel Macron, a souhaité dissiper tout malentendu sur la réforme des retraites qu’envisage l’exécutif.

Cela a au moins le mérite de la clarté. Les aînés sont taillables et corvéables à merci et sont devenus la nouvelle variable d’ajustement de la majorité présidentielle.

D’ailleurs l’actualité ne fait que le prouver jour après jour, puisque l’exécutif vient d’annoncer la sous-indexation des retraites par rapport à l’inflation, qui bât pourtant des records inédits depuis 10 ans, avec un taux atteignant 2,3%.

Le pire c’est que cette perte d’argent pour les retraités vient s’ajouter à la hausse sans compensation de 1,7 point de C.S.G.

En moyenne, l’impact des mesures gouvernementales sur les retraités correspond à une perte comprise entre 262 et 2.160 euros en fonction de la tranche des pensions perçues.

Jusqu’à présent, le président Macron avait eu beaucoup de chance. L’affaire Benalla puis la démission surprise de Hulot avaient permis d’évincer totalement le sujet des retraites et de la baisse actuelle et à venir des pensions.

Toutefois, l’impertinence des amis du président finit par agacer sérieusement les Français, déjà fâchés que le président ne cesse de rabrouer les Gaulois et leur esprit de clocher.