Rapatriement des djihadistes : la logique de la trahison de l’Etat

Il en aura fallu des revirements pour aboutir à cette triste nouvelle, symbole de toutes les trahisons.

Le gouvernement, par la bouche de son ministre de l’Intérieur en personne, envisage désormais de rapatrier les Français partis faire le djihad en Syrie.

Dans un premier temps, le gouvernement s’était montré opposé à cette mesure. Ensuite, il s’était prononcé pour accueillir simplement les enfants de ces djihadistes, au motif qu’il fallait absolument exfiltrer ces nouveaux nés d’un milieu hostile et en guerre. Puis le gouvernement, au prétexte qu’il ne fallait pas séparer les enfants de leurs parents, a décidé que les mères et leurs bébés seraient gracieusement accueillis en France. Désormais, le gouvernement se dit prêt à accueillir les djihadistes, leurs femmes et leurs enfants. Qui dit mieux !

Qui a pu oublier que depuis 2012 pas moins de 258 personnes ont été tuées sur notre sol national par les islamistes ? Qui peut accepter que ceux qui nous ont déclaré la guerre puissent être considérés comme des citoyens à part entière en France ?

Le gouvernement a beau prétexter que ce retour des djihadistes permettrait de mieux les contrôler derrière les barreaux plutôt que de les laisser vaquer librement à leurs opérations terroristes en France comme en Europe, personne n’est dupe. Le système judiciaire français est conçu de telle manière que les délinquants et les terroristes sont considérés comme de simples victimes et bénéficient de peines minimales ou d’aménagements de peines honteuses pour fait de bonne conduite.

De plus comment le gouvernement peut-il raisonnablement considérer que ces djihadistes sont encore français ? A partir du moment où ils ont du sang de nos compatriotes sur les mains ce sont uniquement des traites à la Patrie, rien de plus. Le système judiciaire français ne devrait même pas se donner la possibilité de leur reconnaître une quelconque citoyenneté.

Plus que jamais la macronie agit dans le sens de la fin de la France : toujours plus d’immigrés, de communautarismes, de respect des minorités … et maintenant d’accueil des terroristes.

Alors que la crise progresse, que l’endettement du pays explose, de même que l’insécurité et le chômage, l’Etat ne trouve rien de mieux que de rapatrier des terroristes dont le maintien en prison coûte une fortune et la libération encore bien plus cher pour une efficacité dérisoire. Sont-ils fous ?