Le député

Jacques Bompard, député de Vaucluse : l’homme / l’élu

photo

Docteur en chirurgie dentaire

Maire d’Orange

Député de Vaucluse

Jacques Bompard est issu d’une vieille famille de Provence. Son père, officier de l’armée française, a été décoré de la légion d’honneur pour faits de résistance. Sa mère était ouvrière. Très jeune, Jacques Bompard est entré dans le monde du travail. A côté de ses études, il travaille comme enseignant.

Il suit des études de médecine à l’université Montpellier et devient docteur en chirurgie dentaire et en sciences odontologiques. Il exerce d’abord la profession d’enseignant de physique-chimie à Nîmes, Avignon et à L’Isle-sur-la-Sorgue de 1964 à 1970, puis de chirurgien-dentiste à Orange de 1975 à 1986. Parallèlement, il est assistant en odontologie conservatrice à l’université Montpellier de 1981 à 1986.

Parallèlement à ses études, Jacques Bompard s’engage en politique.

Il est élu député pour la première fois de 1986 à 1988.

En Mars 1986 à 2002: Jacques Bompard est élu conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Suite à l’accord de cogestion avec la droite, il devient l’un des deux vice-présidents FN de la région, avec Gabriel Domenech.

En juin 2012, il retrouve son siège à l’Assemblée nationale. Il est le député le mieux élu du Vaucluse.

Chasseur, Jacques Bompard est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment consacrés aux problématiques écologiques et agricoles:

  • L’Arme alimentaire – Réponse à l’assassinat prémédité du monde rural (avec Marie-Claude Bompard) , éditions du Cerce ;
  • France, ton agriculture doit vivre, éditions du Cerce, 1987 ;
  • Main basse sur l’agriculture, éditions du Cerce, 1989 ;
  • Voyage autour de la femme, d’Eve à Benazir (avec Marie-Claude Bompard), Barthélémy, 1991 ;
  • Un maire au créneau. Orange, une ville gérée autrement, éditions Nationales, 1997 ;
  • Les Chemins de la victoire (avec Philippe Randa), Deterna, 2002 ;
  • Le Pen contre le Front national, 2005

Son épouse, Marie-Claude Bompard, est maire de Bollène (Vaucluse) et conseiller général d’Orange-Est.

Pour voir la fiche de Jacques BOMPARD à l’Assemblée nationale cliquez ici.

Le mandat du député

L’Assemblée nationale réunit 577 députés élus pour un mandat de cinq ans dans le cadre de 555 circonscriptions en métropole et 22 circonscriptions outre-mer. Chaque député, bien qu’élu dans un cadre géographique déterminé, est le représentant de la Nation tout entière. Ainsi, à l’Assemblée nationale et dans sa circonscription, chaque député agit et parle au nom de l’intérêt général et non pas au nom d’un parti politique, d’un groupe d’intérêt ou d’une région.

 assembleenationale

Le travail du député à l’Assemblée nationale Lire la suite

Jacques Bompard réagit au discours présidentiel du 17 octobre

assembleeFrançois Hollande vient de rendre hommage aux victimes algériennes d’une manifestation organisée par le FLN en octobre 1961 à Paris. Selon les historiens, le nombre de ces victimes se situerait entre zéro et deux cent. Je n’entrerai pas dans ce débat de spécialistes, même si je regrette que, selon leur sensibilité politique, certains aient un accès aux médias pour « éclairer » les événements d’octobre 61 que n’ont pas les autres…

En revanche, j’attends maintenant que François Hollande rende hommage aux victimes suivantes :

Les 62 Français d’origine européenne abattus par l’armée Lire la suite

Traité avec l’Afghanistan

assembleeMardi 2 octobre, le Sénat afghan a validé un traité avec la France. Le titre exact de ce traité devait être Traité de coopération et d’amitié mais, à la demande d’une majorité de sénateurs afghans, le mot « amitié » a été retiré. En effet, « l’amitié » avec un pays non musulman n’est pas conforme à la loi islamique.

Est-ce pour cela que près de cent soldats français sont morts en Afghanistan depuis huit ans ?

Cliquer ici pour trouver tous les communiqués de presse de Jacques Bompard

Droit de vote des étrangers, il faut un referendum

La gauche relance de nouveau l’idée de donner le droit de vote aux élections municipales pour les étrangers extra-européens. Les raisons qu’elle avance pour en souligner la nécessité ne résistent pas à l’analyse.

Certains étrangers payent des impôts locaux ? Certes. Mais le droit de vote n’est pas lié à la fiscalité, sinon, avec la même logique, il faudrait l’ôter à de nombreux Français, trop pauvres pour être frappés par l’impôt. Toujours avec cette même logique, les socialistes devraient réserver ce droit de vote aux seuls étrangers payant la taxe d’habitation ou la taxe foncière. Lire la suite