Macron exporte la poudre de perlimpinpin à Mayotte

Un voyage dans les îles de l’Océan Indien pour faire croire
que l’Etat-passoire lutte contre l’immigration

Vous l’avez vu notre président ? A peine arrivé à Mayotte, le voilà renouer avec le plus mauvais colonialisme, celui du mensonge et de la démagogie. En proie à une véritable invasion comorienne, les Mahorais souffrent de l’immigration et de l’insécurité corollaire. 48% des 256 000 habitants de l’archipel de l’Océan Indien sont des clandestins d’après l’Insee. En cela, Mayotte est tristement la France.

Là, se mettant en scène sur un navire intercepteur, le chef de l’Etat en plein débat sur l’immigration s’est félicité des 25 000 reconduites à la frontière par an : une goutte d’eau dans un océan d’impuissance !

Pire, voici notre docte président égrener une litanie d’antiphrases dans le plus mauvais style des campagnes électorales. « La France, c’est la sécurité, la France, c’est la santé, La France, c’est l’école, ce sont des chances données à Mayotte pour réussir. »

Je ne sais pas si c’est l’air marin qui lui est monté au nez, mais il faut bien avouer que cet étalage d’inepties ne manque pas de sel !

Au règne de l’absurde, le ridicule ne tue plus. Votre France, Monsieur Macron, c’est l’insécurité. Votre France, ce sont les hôpitaux qui ferment. Votre France, c’est l’enseignement institutionnalisé de la haine de soi et des Français !

Enracinés sur le terreau de l’immigration de masse, le trafic de drogue et le terrorisme ne laissent pas de chances aux Français de réussir.

Pour s’assurer de la mort du pays, en parallèle d’hypothétiques reconduites aux frontières australes, vous faites revenir d’Orient les partisans du djihad.

Et comme vous l’affirmez si bien, « il n’y a pas de fatalité ». Non, en effet, il n’y a que votre volonté politique : une volonté de détruire la civilisation qui nous porte sur ses épaules jusqu’à son effondrement.