Loi Asile : toujours plus d’immigration !

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a présenté le mercredi 21 février son projet de loi sur l’asile et l’immigration, sous l’intitulé officiel « Pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif ». Tout un programme ! Au même moment, le député En Marche Aurélien Taché, ancien conseiller socialiste sous l’ère Hollande, proposait un autre rapport préconisant une meilleure intégration des migrants en France.

A la lecture de ces deux rapports force est de constater que rien ne va changer pour les étrangers et les migrants en France. Bien au contraire, leur situation va s’améliorer avec une volonté que le traitement de leur dossier pour l’attribution de visas soit plus effectif. En effet, la durée d’examen pour vérification du droit au séjour va passer de 16 à 24 heures. Gérard Collomb argumente en prétextant qu’il s’agit de mieux maîtriser les remises en liberté afin d’éviter que les individus dangereux ne soient relâchés immédiatement. Par-là même, le ministre souligne toute la carence du dispositif, car que ce soit au bout de 16 comme de 24 heures, le migrant fugitif sera quoi qu’il en soit relâché dans la nature française, sans que ne soit envisagé une mesure de renvoi immédiate. Quant aux éventuels migrants jugés comme dangereux, ils pourront retrouver leur liberté après quelques jours de détention. Ensuite, la rétention administrative se voit aussi étendue dans le temps, passant de 45 à 90 jours, et cela renouvelable trois fois. Là encore l’objectif affiché sent bon l’hypocrisie puisque Gérard Collomb souhaite par cet allongement de la rétention être mieux à même de négocier un retour avec les Etats d’où sont originaires les migrants. Un ministre français peut-il réellement penser que les Etats vont collaborer sérieusement avec la France pour favoriser des retours ou empêcher de nouveaux départs ? Sauf si bien sûr la France met encore une fois la main à la poche pour investir dans un développement outre-Méditerranée, comme Macron vient de le promettre à coups de milliards à la Tunisie. D’ailleurs, il se trouve que les statistiques parlent d’elles-mêmes puisque 95% des migrants soumis à des mesures d’éloignement ne sont pas inquiétés par l’administration française.

Quant au rapport Taché, le député affirme clairement ses intentions : « Ce que je propose, c’est de donner aux étrangers l’autonomie, reconnaître que les gens qui arrivent en France viennent pour apprendre et pour travailler ». Et d’ajouter : « Les personnes qui viennent sur notre territoire ne sont pas venues pour demander l’assistance, elles sont venues pour avoir la liberté de construire leur vie ». Pourquoi prévoir alors de consacrer 607 millions d’euros à cet accueil puisque ces mêmes migrants sont venus pour s’intégrer par eux-mêmes ? Pourquoi accepter d’augmenter le budget de prise en charge des migrants de 200 millions d’euros supplémentaires pour 2018 si leur volonté est de s’intégrer rapidement ? Autant de questions qui restent bien évidemment sans réponse.

Sous ses atours d’homme froid et sérieux, Gérard Collomb poursuit la politique pro-immigration que la gauche socialiste, dont il est un transfuge, avait menée sous François Hollande. Toujours plus de moyens financiers et humains pour les étrangers ; toujours moins pour les Français de souche.

Publié dans Non classé