Les Pâques sanglantes de la christianophobie

Notre cœur de chrétien n’en finit plus d’être endeuillé.

Après l’incendie de Notre-Dame, symbole même de notre France chrétienne, la statue de la vierge de Cartaire, située dans le village de Marlhes, dans le département de la Loire, a été décapitée.

Inutile de préciser que cet acte de vandalisme est volontaire et qu’il s’inspire malheureusement d’actes de barbarie et de terrorisme scandaleux. Car c’est bien de terrorisme dont il s’agit consistant à s’en prendre aux racines fondamentales de notre civilisation française et chrétienne.

Depuis 2018, plus de 200 actes christianophobes ont saccagé notre patrimoine religieux sans que cela ne provoque la moindre réaction de notre cher ministre de l’Intérieur, bien trop occupé à pourfendre les soi-disants adeptes de l’islamophobie.

Parallèlement la persécution des chrétiens dans le monde vit une nouvelle recrudescence comme le montrent les terribles attentats de Pâques au Sri-Lanka. 320 personnes ont péri et plus de 500 ont été blessées dans ces attaques perpétrées par les islamistes. Ce crime de masse subit toutefois une relative indifférence médiatique et politique, le prêt-à-penser rivalisant d’ignorance volontaire de la qualité de chrétien des victimes.

La France serait-elle régie par le règne du deux poids deux mesures ? Incontestablement. Le pire c’est que ce règne s’effectue sous la protection officieuse voire officielle de la bien-pensance politico-médiatique.