La persécution contre les chrétiens plus que jamais d’actualité

Nous avons appris la tragique disparition d’une religieuse franco-espagnole âgée de 77 ans en Centrafrique.

Sœur Inès a été retrouvée assassinée dans un local où elle donnait des cours de couture à des jeunes femmes de la région. Elle appartenait à la communauté des Filles de Jésus, une congrégation religieuse du Tarn.

Les circonstances de son assassinat n’ont pas été éclaircies. Toutefois, la région dans laquelle Sœur Inès a été assassinée a vu l’explosion de la violence depuis 2014, puisque les milices Séléka, majoritairement musulmanes, affrontaient les groupes dits Anti-Balaka, plutôt chrétiennes. Des règlements de compte continuent toujours dans cette zone, sur fond de trafic de diamants. C’est une hypothèse à prendre au sérieux, d’autant plus que le vicaire général du diocèse a souligné : « Ils n’ont rien emporté du tout, on dirait qu’ils sont juste venus pour la tuer ».

Le Pape François a tenu à rendre hommage à Sœur Inès sur la place Saint-Pierre.

Les actes christianophobes ne cessent d’augmenter en Europe comme dans le monde sans ne susciter la moindre réaction nationale ou internationale. Il y a visiblement un fossé dans le traitement de l’actualité, puisque les crimes à l’encontre des autres religions suscitent une énorme émotion. Il serait peut-être temps que les instances gouvernementales et inter-gouvernementales prouvent enfin leur utilité en envisageant les mesures nécessaires pour la protection des chrétiens.