Et si vous mangiez halal sans le savoir ?

En décembre dernier, la cour administrative d’appel de Paris rendait un jugement dans lequel étaient condamnés les abattages rituels systématiques.

En effet en 2012, plusieurs enquêtes avaient établi que 100% des abattages pratiqués en Île-de-France étaient halal et que n’importe quel habitant de cette région consommait des plats halal à son insu.

Afin de mettre un terme à la polémique, le président Hollande, fraîchement élu, avait autorisé six abattoirs privés à pratiquer cet abattage rituel à condition de prouver que ce rituel répondait à une demande spécifique. C’était officiellement reconnaître le communautarisme musulman et faire de l’initiative privée le moyen de contourner les lois républicaines.

Or le 18 décembre, une association du nom de Vigilance Halal obtenait gain de cause pour avoir contesté la systématisation de l’abatage rituel puisque la cour administrative d’appel rappelait que « l’étourdissement des animaux est obligatoire avant l’abattage ou la mise à mort » bien que des exceptions soient possibles. Toutefois ces dérogations ne peuvent être accordées que si elles sont justifiées par une clientèle spécifique. Là encore il y a bien des progrès à faire mais toute dérogation doit être demandée aux autorités publiques. Or jusqu’à présent chaque abattoir pratiquait l’abattage halal sans aucune justification et sans en informer personne. Certes la justice se montre encore bien timide mais on peut toujours espérer que l’Etat se rendra compte de ce qui se passe réellement dans ses abattoirs.

Toutefois le ministère de l’Agriculture envisage un recours devant le Conseil d’Etat afin de laisser les mains libres aux communautaristes de tout poil. Comment se fait-il qu’un ministre puisse se faire complice d’une revendication communautariste en permettant la promotion de la viande halal sans aucun complexe ? Le ministère prétend-il défendre de la sorte l’intérêt national ? Comment le ministère peut-il accepter de cacher aux Français qu’ils consomment de la viande halal à leur insu ? Autant de questions qui paraissent totalement folles mais que les Français sont hélas en droit de se poser.