Est-ce la fin de l’Armée française ?

Il fut un temps où la simple prononciation des mots Armée française claquait comme le slogan de la grandeur qui étreignait la France. Devenir militaire, porter l’uniforme de notre belle Armée, signifiait s’engager pour un idéal patriotique ayant toute sa place dans le concert des Nations.

Autre temps, autre mœurs. Emmanuel Macron, comme avant lui François Hollande et bien d’autres politiciens, achèvent peu à peu le modèle d’une France qui s’assumait et qui n’avait pas honte d’être ce qu’elle était.

Aujourd’hui, Florence Parly, l’inconnue ministre des Armées, a annoncé la volonté d’en finir avec la suprématie européenne de l’Armée française. Un partenariat stratégique va être noué avec la Bundeswehr, l’armée allemande. Je n’ai absolument rien contre les projets européens fédérateurs, mais annoncer cette coopération après avoir diminué de 800 millions d’euros le budget destiné à nos militaires français, prouve bien l’objectif affiché de nos dirigeants : en finir avec une armée encombrante.

Alors que tous les pays de la planète font de leur Armée, à savoir de leur outil de défense nationale, une priorité, puisque la Suède comme la Lituanie réinstaurent le service militaire obligatoire, que le Japon consacre 39 milliards d’euros à son Armée, Macron fait tout le contraire.  En effet, il privilégie la perpétuation des gaspillages de l’entretien ruineux et suicidaire de l’Etat comme des communautarismes, et diminue les efforts budgétaires et financiers pour partager nos peu de moyens opérationnels avec l’Allemagne, qui pour le coup, dispose déjà d’une armée minimaliste.

Cela signifie donc que la France va devoir de nouveau assurer une bonne partie de l’effort militaire européen, avec des moyens et des dotations de plus en plus réduits. Cela prouve que même le projet européen du tandem Macron-Parly est bien trop étroit pour assurer la relève de notre modèle de civilisation.