Energie : le courant continu des taxes

Quand le gouvernement a annoncé une nouvelle taxe sur le carburant à la fin de l’année 2018, les Français ont exprimé violemment leur ras-le-bol : sortis dans la rue le 17 novembre, ils ne sont toujours pas rentrés chez eux. Il faut dire que le prix à la pompe a atteint des sommets que n’explique aucune hausse de la matière première, seulement la volonté de l’Etat de profiter d’un bien nécessaire aux travailleurs pour remplir les caisses.

La même logique est d’ailleurs honteusement appliquée à l’électricité et au gaz. Le prix du kilowattheure ne constitue que 25 % d’une facture, 54 % allant dans la poche de l’Etat. Pour le gaz, dont une hausse a été retardée par le mouvement des « Gilets Jaunes », les taxes représentent déjà 20 % du prix…