Ceta : haro sur nos exploitants agricoles locaux !

Le vote avait lieu hier : au Parlement Européen, près de 408 députés à l’Union Européenne ont adopté l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada (CETA). Au dehors, l’ambiance est houleuse : les opposants au texte, issus de la société civile, crient leur indignation face à un texte désastreux.

Mais au siège du Parlement Européen, la coalition libérale est à l’œuvre : au nom du « caractère démocratique de la prise de décision en Europe », au titre de la nature « singulièrement progressiste de l’accord », il fallait s’élever en faveur de ce texte. Voter le CETA, un gage de conformisme bon teint ? De Jean-Claude Juncker à Justin Trudeau, les chantres du néolibéralisme s’érigent en défenseurs des vertus d’un traité qui engendrera la perte de 230 000 emplois, dont 200 000 seulement pour la seule Union Européenne[1].

une-pancarte-contre-les-traites-ttip-et-ceta-apposee-devant-l-entree-principale-du-conseil-europeen-a-bruxelles-le-23-janvier-2017_5800421

Aux quelques audacieux qui oseraient s’opposer à cet écrin du progressisme, on brandit l’épouvantail d’une tentation protectionnisme. Et de la droite à la gauche, tous s’y accordent : « Nous voulons le partenariat, pas le protectionnisme », s’insurge Manfred Weber président du groupe PPE au Parlement Européen. La menace est toute pointée du doigt : au-delà de l’Atlantique, les propos du Président Donald Trump sur la préférence d’une économie faisant prévaloir les acteurs nationaux dérangent. Qu’importe, donc, que les bénéfices d’un tel traité se révèlent quasi nuls. Qu’importe, que le PIB de l’Union ne connaisse qu’une progression infirme (0.08%) à l’application d’un tel traité. Qu’importe que les peuples s’y opposent/

Introduction de droits de justices privées pour des entreprises étrangères, au détriment des institutions nationales ; entrée intrusives de lobbies industriels susceptibles d’attaquer chaque pays membre de l’Union ; dommages sanitaires collatéraux sur les exploitations agricoles locaux,… : dès le 1er mars, ce sont ces mesures-là qui vont s’imposer à l’Union Européenne.

Soumises aux exigences de plus en plus fortes d’une mondialisation destructrice ; atteintes en leur cœur par un traité de libre-échange faisant primer la quantité et une réponse à la demande rapide au détriment de la qualité du produit, nos filières agricoles et artisanales ne pourront se relever d’une telle attaque. L’adoption des traités de libre-échange signent la fin d’une économie fondée sur la nature même des intérêts nationaux.

Un espoir toutefois demeure : les trente-huit parlements régionaux et nationaux doivent encore ratifier le texte. L’opposition farouche de la Wallonie, à l’issue de la signature des premières négociations du texte, laissent à penser que le rejet du texte est encore possible…

[1] Selon une étude de l’Université américaine Tufts.