Face à la menace islamique, la France doit apporter son soutien à l’Arménie !

Alors que les conflits s’intensifient entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, « la France devrait légitimement apporter son soutien aux Arméniens, un État et une civilisation chrétienne qui a visiblement besoin de l’aide contre une menace islamiste croissante » estime Jacques Bompard. Il a interrogé le ministre des Affaires étrangères à ce sujet.

Retrouvez la question écrite.

QST-AN-14-103930QE-page-001

Sur le contrôle des flux migratoires à Mayotte

MayotteM. Jacques Bompard appelle l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur le contrôle des flux migratoires dans l’île de Mayotte. Le 101e département français connaît à l’heure actuelle un nombre d’immigrés alarmant, tant pour la sécurité physique que sanitaire de ses habitants. Avec une multiplication par quatre ou cinq en quarante ans, la population de Mayotte comporte un taux de près de 52 % d’individus d’origine étrangère. De 2014 à 2015, le nombre d’agressions a doublé et les forces de l’ordre sont débordées tant par la hausse de la criminalité que par le manque d’effectifs – 280 gendarmes (!). Une violence due à une immigration mal régulée, une absence de contrôle que prouve l’inexistence totale de structures associatives ou de centres destinés à la réception de ces populations. Pour autant, souhaiter leur établissement contribuerait à alimenter une dialectique hypocrite ; car, à Mayotte, Lire la suite

Sur la soumission de la France aux volontés de la Commission européenne

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur le fait que la France est un pays soumis aux volontés de la Commission européenne. Celle-ci vient de décider que l’Europe doit installer 60 000 migrants en Europe en 2015 dont 9 127 pour la France. Le ministre de l’intérieur considère ce chiffre comme insuffisant et annonce 1 050 comme sa part. La Commission européenne comme la France ne dit pas que ce quota est annuel et vient s’ajouter aux 200 000 immigrants illégaux et aux 200 000 migrants légaux que notre pays accueille tous les ans. Vive le RSA, l’APL la CMU et le reste. Cette invasion va en progressant et l’attitude de l’Europe va la rendre cataclysmique. Il lui demande s’il se rend compte que demain le peuple de France sera en droit d’étudier les conséquences de cette politique et les suites judiciaires qui pourraient en découler.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur les nouveaux droits pour les étrangers en France

étrangersM. Jacques Bompard interroge M. le ministre de l’intérieur sur les nouveaux droits pour les étrangers en France. Alors que les forces de l’ordre peinent à lutter contre une immigration clandestine toujours plus nombreuse et toujours moins contrôlée, l’attitude d’un gouvernement responsable devrait être au contraire de créer des mesures en vue de lutter contre cette immigration, source de heurts aujourd’hui, mais de conflits sans doute plus importants demain. Comment ne pas voir l’incohérence de cet exercice de contorsion qui consiste à d’un côté engager des dispositions de lutte contre l’immigration clandestine (notamment par le biais de Frontex) et de l’autre accorder toujours plus de droits aux étrangers qui entrent en France (légalement comme illégalement) ? Le texte qui arrive maintenant en commission des lois promet que « les étrangers vont bénéficier d’un cadre administratif moins contraignant » en donnant par exemple accès à l’étranger à une carte de résident de 10 ans ». Enfin, pourquoi s’acharner à vouloir accueillir des talents (on connaît maintenant la rengaine bien connue de la « mobilité des talents ») arrachés à leur mère patrie en appauvrissant les pays en question de ces chercheurs, ingénieurs, et autres jeunes diplômés ? Dès lors il lui demande s’il a conscience du manque de loyauté et de vertu de sa politique migratoire.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur la « politique pro-djihadiste » de la Turquie

politique pro-djihadisteM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur la « politique pro-djihadiste » de la Turquie. Ce pays membre de l’OTAN, candidate à l’intégration au sein de l’Union européenne avec le soutien de l’ensemble du « prêt à penser » français apporte son soutien constant aux rebelles islamistes de Syrie et d’Irak dont ceux de l’État Islamique. Le quotidien turc Cumhuriyet vient de confirmer cet état de fait en publiant des photos d’un convoi humanitaire turc intercepte à la frontière syrienne : sous les médicaments et les pansements les gendarmes ont trouvé un millier d’obus de mortier, 80 000 cartouches, des centaines de lance grenades pour les rebelles syriens tout cela sous la protection de l’organisation du renseignement turc. De plus l’État Islamique vend jusqu’à 3 millions de dollars par jour de pétrole à la Turquie. Tout cela sape les efforts de la coalition en Irak. Ne pas vouloir voir la vérité assure l’inefficacité. Il lui demande quand obligera-t-on la Turquie soit à soutenir ses alliés de l’OTAN, soit au moins à une stricte neutralité sans soutien aux terroristes.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Pour un changement de politique étrangère avec la Syrie

SyrieM. Jacques Bompard rappelle à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international qu’il est urgent de changer de politique étrangère en Syrie. Depuis le 25 juin 2015, date à laquelle des djihadistes sont entrés dans la ville d’Hassaké (Syrie), près de 120 000 personnes ont dû immédiatement fuir la ville afin d’échapper à l’horreur dont ces terroristes nous ont maintenant habitués. Sommes-nous habitués au point de n’être plus touchés par ces 4 000 familles chrétiennes délogées par le groupe terroriste le plus abjectement armé et financé par nos alliés ? Pourquoi la France campe-t-elle sur sa position stérile et mortifère de refuser de parlementer avec les autorités syriennes pourtant en lutte contre l’État islamique ? Sommes-nous endormis face à ces Chaldéens, ces Assyriens, ces Syriaques catholiques et ces orthodoxes abandonnés par une politique française anesthésiée par des alliances contre nature ? Pourquoi restons-nous hypnotisés par ce génocide hideux que nous avons aidé à engendrer ? Face à l’urgence humanitaire de ces affrontements civils et sanglants, la France porte une responsabilité particulière. Il presse le Gouvernement de changer radicalement de cap dans ce qui apparaît aujourd’hui davantage comme une complicité coupable qu’un innocent silence.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur nos relations diplomatiques avec la Russie

relations diplomatiquesM. Jacques Bompard alerte M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur nos relations diplomatiques avec la Russie. Elles s’étiolent. Pire elles ont été pulvérisées par une politique de soumission irrationnelle aux États-Unis. Des années d’amitié conçue sur un lit d’histoire, de culture commune et finalement d’un tissu très dense de relations économiques qui mettent aujourd’hui le monde dans ces souffrances amères qui induisent les pires prévisions des relations pour nos deux pays dans les années à venir. L’ignorance de l’histoire, d’une part, et le soutien indéfectible et aveugle aux intérêts des Américains, d’autre part, nous ont largement décrédibilisés aux yeux du géant russe que nous devrions considérer comme un allié voire comme un ami plutôt que comme l’ennemi des États-Unis. Combien de diplomates, de spécialistes, d’hommes politiques devrons-nous attendre de voir revenir de Russie tenant le même discours pour enfin changer de cap ? Il lui demande combien de temps encore le Gouvernement fera passer les intérêts américains avant notre propre intérêt national et lui recommande de donner une nouvelle orientation à notre politique extérieure en sauvant les principes d’indépendance et de responsabilité.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur le partenariat entre la France et l’Arabie Saoudite

Arabie SaouditeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur le partenariat entre la France et l’Arabie Saoudite, pays rigoriste bien éloigné du respect des droits humains. La sévérité extrême de l’Arabie Saoudite est régulièrement source de scandales dans les media. L’AFP en a d’ailleurs fait un décompte le 15 juin 2015 : « 100 exécutions ont déjà eu lieu depuis le 1er janvier 2015, alors qu’il y en avait eu 87 en 2014. Meurtres, viols, vols à main armée, apostasies et trafics de drogue sont passibles de la peine capitale ». L’Arabie Saoudite est une terre de radicalisation de l’Islam avec une application ultra rigoriste et un foyer terroriste. Ce pays représente donc un danger. En effet, l’alliance Franco-saoudienne pourrait avoir des répercussions sur notre unité nationale : six millions d’immigrés sont dans notre pays dont une majeure partie pratique l’Islam et pourrait se radicaliser. Cette radicalisation est préjudiciable à la France. D’autre part, cette alliance est méprisable car l’Arabie Saoudite traite les femmes, les enfants et tous ceux qui doivent être encore plus respectés car plus faibles de façon indigne. La France a toujours été soucieuse de la dignité de chacun, cessons cette alliance. Pour des prétextes économiques, la France souhaiterait se travestir et engager à long terme une alliance compliquée qui va à l’encontre de celles historiques qu’elle a entretenue pendant des siècles. Il demande la fin de l’alliance entre la France et l’Arabie Saoudite.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur les filières mafieuses d’immigration clandestine

filières mafieuses d'immigrationM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les filières mafieuses qui assurent l’immigration clandestine en France et en Europe. 230 filières d’immigration criminelle ont été démantelées en France en 2013. Ces chiffres ont augmenté de 30 % en deux ans. Les gains des filières mafieuses sont colossaux et croissent chaque année. Or, par une intervention timide et limitée, la France devient complice de cette nouvelle forme d’esclavage moderne. La France participe au trafic au sens où elle assure la dernière étape du transport et ce qui suit. Ce n’est pourtant pas de la solidarité que de les accueillir parce que la France n’en a plus les moyens financiers, politiques, sociaux. Les statistiques d’exaspération des Français sont équivoques : « Dans un sondage Ipsos paru en janvier 2014, environ 70 % des Français estimaient qu’il y avait trop d’étrangers en France. Selon le rapport rendu public le 4 avril 2014 de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH), ils seraient même 74 % à considérer qu’« Lire la suite

Sur nos relations avec la Turquie

TurquieM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur nos relations avec la Turquie. Dans la marche républicaine à Paris, qui a succédé aux massacres perpétrés par les islamistes, le 11 janvier 2015, était présent le premier ministre de la Turquie. Il a manifesté pour exprimer sa solidarité envers les Français victimes du terrorisme et les musulmans vivants en France. Toutefois, ce n’est pas pour la liberté de la presse parce qu’il exerce une véritable répression des libertés en Turquie. D’autre part, sa politique de soutien et de financement des islamistes, les djihadistes de l’État Islamique, dans le Kurdistan remet en cause nos relations diplomatiques. En effet, la Turquie a accepté l’installation de l’État-major de l’armée syrienne libre, celle des Lire la suite