Sur la sinistrose qui gagne la police française

M. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur le sentiment de sinistrose qui gagne la police de notre pays. Il espère qu’il sera davantage à l’écoute du désarroi de policiers toujours plus nombreux et qu’il ne se se contentera, pas contrairement à son prédécesseur, de communiquer sans prendre de mesures concrètes et efficaces. Les forces de la police souffrent en effet et se plaignent d’être transformées en structures administratives oppressives. Selon eux, ces méthodes sont nuisibles à leur travail et ne correspondent en rien à leur vocation. Au nom des droits des truands et autres malfaiteurs, le travail des policiers devient impossible. À cela s’ajoute qu’il y a sans cesse de nouveaux logiciels et Continuer la lecture

Sur le nombre de voitures brûlées en 2013

M. Jacques Bompard appelle l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur le nombre de voitures brûlées en 2013. Généralement bon indicateur des violences urbaines, les études sur le nombre de voitures brûlées sont parfois aléatoires : l’observatoire national de la délinquance et des réponses pénales affirme qu’il y a eu, en 2013, 34 441 véhicules incendiés dans notre pays alors que les pompiers en déclarent 58 000. Selon l’ONDRP, il y a eu une baisse de 25 % de ces délits. Certes, mais en comparaison avec le Royaume-uni, c’est bien faible. Outre-Manche en effet on constate, entre 2003 et 2013, une baisse importante d’environ 73 %. La différence de méthodes et de moyens expliquent cette différence. Comme le rappelle justement Alain Continuer la lecture

Contre le retour des djihadistes français de Syrie

djihadistesM. Jacques Bompard alerte M. le ministre de l’intérieur sur les menaces inquiétantes du retour des djihadistes français de Syrie. M. Manuel Valls en janvier 2014, alors ministre de l’intérieur, estimait que 700 Français se seraient enrôlés dans les troupes rebelles en Syrie. La menace est réelle que ces terroristes perpètrent à leur retour des attentats sur le sol français. Les articles 25 et 25-1 du code civil permettent la déchéance de nationalité d’une personne s’étant livré « à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France », s’étant « produits antérieurement à l’acquisition de la nationalité française ou dans le délai de dix ans à compter de la date de cette acquisition ». Il lui demande de déchoir de la nationalité française tous les combattants français partis accomplir la « guerre sainte » en Syrie, remplissant les conditions prévues aux articles susvisés, au nom de la protection de l’ordre public.
Cliquer ici pour lire la question sur le site de l’Assemblée.

Sur les atteintes à la liberté d’aller et venir en France

aller et venirM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les honteuses atteintes à la liberté d’aller et venir opérées par des personnes dépositaires de l’autorité publique. La France est un État de droit dans lequel il est interdit d’utiliser des moyens policiers à mauvais escient contre des citoyens, suspects d’opposition au Gouvernement. Ainsi, à l’occasion des journées du patrimoine, une citoyenne a été éconduite alors qu’elle souhaitait simplement visiter le ministère de l’intérieur place Beauvau. Alors qu’elle n’avait sur elle aucun signe distinctif politique ou religieux, elle a subi un humiliant contrôle d’identité ainsi qu’une une fouille au corps, le commissaire de police présent estimant que ses « opinions dérangeraient ». Il lui demande de réaffirmer son attachement aux libertés individuelles, notamment la liberté d’aller et venir et de bien vouloir veiller à ce que les forces de l’ordre respectent les lois en vigueur.
Cliquer ici pour lire la question sur le site de l’Assemblée.

Sur les tags contre la Basilique Montmartre

M. Jacques Bompard alerte M. le ministre de l’intérieur sur les tags dégradants qui ont été découverts mardi 18 mars 2014 à l’entrée de la basilique de Montmartre. Ces inscriptions haineuses, écrites en lettres capitales rouges, constituent une fois de plus une provocation à l’égard des catholiques français. Leur teneur ne laisse aucun doute quant au caractère anti-chrétien et anarchiste de cette provocation. On pouvait en effet lire : « Ni Dieu ni État », « Feu aux chapelles », « À bas toute autorité ». Cette profanation grave et spectaculaire par son ampleur n’est malheureusement pas un cas isolé. Ainsi, entre janvier et septembre 2013, il y a eu près de 70 actes de vandalisme perpétrés contre des lieux de culte chrétiens, soit deux cas par Continuer la lecture

Sur la lutte contre la délinquance

M. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur l’augmentation de la criminalité qui inquiète nos concitoyens. L’explosion de la criminalité de rue qui sévit et se développe en France n’est pas inéluctable. Aux États unis d’Amérique, au Royaume-uni, et en Allemagne, la criminalité ne cesse de reculer. À New-York, la criminalité est à son plus bas niveau depuis 50 ans. La recette en est connue : la lutte contre le crime par la politique de la tolérance zéro. C’est totalement l’inverse de ce que semble prôner le Gouvernement actuel. Autrefois épargnée, la France rurale est pillée par des bandes de jeunes gens restant malheureusement impunis. Des zones entières passent hors de contrôle de l’État dans le silence complice de la presse. Il lui demande si, en dehors des discours officiels, il compte restaurer la sécurité dans ces quartiers menacés.
Cliquer ici pour lire la question sur le site de l’Assemblée.

Sur l’immigration non contrôlée à Mayotte

MayotteM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur l’immigration non contrôlée à Mayotte. 101e département français, Mayotte est devenu le relais d’une immigration clandestine à caractère explosif. Pour les huit premiers mois de 2013, la police et la gendarmerie ont constaté plus de 9 000 infractions sans bien sûr pouvoir les relever toutes. Les immigrés clandestins sont estimés, a minima, à 20 000 personnes. La plupart sont des Comoriens qui viennent rechercher les soins Continuer la lecture

Sur les djihadistes issus de France

djihadistesM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les djihadistes issus de France. Au-delà du sort des hommes, des femmes et des mineurs qui se rendent en Syrie et sur lesquels les télévisions d’État nous apitoient, le réel problème est leur retour. En effet, « ces individus, véritables ennemis de l’intérieur, représentent une menace diffuse qui réclame un travail de surveillance constant et approfondi ». Cette analyse ministérielle ne peut être que partagée par des gens sensés. Mais l’analyse ne suffit pas car le dossier évolue et son évolution peut être cataclysmique. Pour 220 djihadistes catalogués par la Continuer la lecture

Sur les ravage du centre ville de Rennes par l’extrême gauche

RennesM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les violences perpétrées par des groupuscules d’extrême gauche à Rennes le samedi 8 février 2014. Ces groupes violents d’extrême gauche dénommés anti-fas ont pris prétexte de l’organisation d’une réunion publique du Front national dans le cadre de la campagne pour l’élection municipale de Rennes pour ravager le centre-ville de Rennes. Il semble que la Continuer la lecture

Sur l’absence de condamnation du ministre sur à l’attaque d’une librairie

librairieM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur l’attaque subie par la librairie Facta dans le neuvième arrondissement de Paris, vandalisée pour la deuxième fois en moins de trois mois. Cette librairie a été vandalisée en marge d’une manifestation d’extrême gauche autorisée par la préfecture de police. Cette manifestation entendait protester contre la montée de la droite. Il a condamné de prétendues violences lors de la dispersion de la manifestation du 26 janvier 2014 organisée par le collectif « Jour de colère » alors même qu’il n’y a eu à déplorer, lors de cette manifestation, ni voiture brûlée, ni vitrine brisée. Le saccage d’une librairie n’est pas un acte anodin. Il s’agit d’une atteinte à la culture qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Il est surpris que, si prompt à dénoncer des violences imaginaires lors de la manifestation Jour Continuer la lecture