Sur les problèmes de l’angélisme

angélismeM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les problèmes de l’angélisme. Le Gouvernement sans cesse nous parle de choses et d’autres, non pas celles qui sont mais comme il croit qu’elles sont. Tout le monde est gentil, honnête, travailleur, poli, intelligent… Et c’est vrai que dans ce monde de rêve gouverner est facile, que dans les écoles les élèves peuvent enseigner aux enseignants, que les criminels peuvent rester libres et que l’on doit accueillir les terroristes et les raisonner gentiment. Le Gouvernement a été outré que, malgré le refus de l’amalgame unanime de la classe politique, ce moment de silence n’a pas été respecté dans nombre de classes en France. On ne doit pas être surpris, depuis le temps où on ne parle plus de la vérité historique et d’un enseignement constructif à l’école. Certaines écoles sont occupées à 100 % par des enfants musulmans et quand l’enfant n’en est pas, il est obligé de s’intégrer, de suivre le ramadan sous peine d’absence de tolérance. Le grand remplacement existe dans certains quartiers et il a des conséquences que l’État Continuer la lecture

Sur la formation des Imams

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur la formation des Imams. Dans les déclarations ministérielles, le problème de l’Islam extrémiste en France serait créé par la formation des Imams officiant en France. Pour « régler » ce problème, il a été question de resserrer les liens entre la France et l’Algérie pour la formation de ces cadres religieux, comme si cela devait révolutionner ce dossier délicat. Or pendant les attentats à Alger, comme dans bon nombre d’État musulmans, les radicaux ont défilé aux cris de « nous sommes tous Kouachi ». Le Gouvernement oublie, comme le directeur de recherche du CNRS M. Ron Helevi l’affirme ces jours-ci : « L’Islam n’est ni l’extrémisme ni le djihadisme. Mais il se trouve que les djihadistes en sont issus et s’en réclament sans qu’on puisse les contredire ». L’angélisme du « pas d’amalgame » qui, comme tout angélisme, refuse de voir et de dire, interdit par le même biais la recherche des solutions qui s’imposent. Il lui demande ce qu’il compte faire d’efficace contre le développement du terrorisme en France.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur la surveillance et le contrôle des djihadistes français

djihadistes françaisM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur la surveillance et le contrôle des djihadistes français. En effet le parquet a récemment confirmé l’implication d’un Français dans l’exécution de prisonniers syriens et d’un otage américain. Plus de 900 Français sont impliqués dans le djihad en Irak et en Syrie. Pour prétendre réagir à cette situation alarmante, le Gouvernement a proposé une loi censée renforcer la lutte contre le terrorisme. Or l’un des objectifs de ce texte est d’empêcher les djihadistes de quitter notre territoire : cela revient à les inciter à commettre des actes terroristes dans notre propre pays. Pour surveiller ces derniers, il faudrait au moins 3 000 hommes formés à ce travail, ce qui est aujourd’hui totalement irréaliste sur les plans des moyens disponibles. Il lui demande quels sont les moyens qu’il compte mettre en place en matière de surveillance des djihadistes afin d’assurer la sécurité des Français dans leur propre pays.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur ce que révèle la décapitation d’Hervé Gourdel

Hervé GourdelM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement, sur ce que révèle la décapitation d’Hervé Gourdel sur la réalité de l’islam radical. En effet après l’émotion soulevée par cette atrocité, les discours lénifiants sur le pluralisme de l’islam se sont multipliés. Or s’il est certain que tous les musulmans ne sont pas islamistes, encore faudrait-il que le Gouvernement comprenne que l’islam radical mène systématiquement au terrorisme. Lorsque le Gouvernement acceptera enfin la réalité selon laquelle les terroristes islamistes commettent leurs attentats au nom d’un islam radical, le rapport explosif de M. le député Guillaume Larrivé à propos de l’islamisation des détenus en France ne pourra que l’horrifier. Selon ce rapport intitulé « pour un plan d’action anti-radicalisation islamiste en prison », 60 % de la population carcérale en France, soit 40 000 détenus, peuvent être considérés comme de culture ou Continuer la lecture

Sur l’affaire des moines de Tibhirine

TibhirineM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur l’affaire des moines de Tibhirine. C’est à grand bruit qu’a été célébrée fin 2012 la coopération franco-algérienne sur l’enquête soi-disant relancée concernant l’abominable attentat contre les moines de Tibhirine. Mais l’embellie diplomatique n’aura été que de courte durée puisque les autorités algériennes ont décidé le blocage du transfert vers la France des échantillons prélevés sur les corps des sept religieux assassinés en 1996. Une telle décision entrave l’enquête menée par le juge Trévidic. Les familles concernées sont légitimement en colère, dénonçant par l’intermédiaire de leur avocat une « confiscation des preuves » par l’Algérie, et les Français sont de plus en plus ulcérés de la défiance du gouvernement algérien. La politique de réconciliation nationale menée en Algérie est un échec, comme l’a encore démontré récemment l’odieux assassinat en Kabylie du Français Hervé Gourdel. Il Continuer la lecture

Sur les risques de «déréglementation » des professions réglementées

déréglementationM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur les risques de «déréglementation » des professions réglementées. En effet, l’une des mesures phares de la réforme annoncée serait d’ouvrir les capitaux des professions réglementées à des puissances financières privées. Ce faisant, le risque de dérives et de collusions ou d’influence sur les professions jadis réglementées serait bien plus grand qu’à l’heure actuelle. En effet, la réglementation actuelle des professions libérales protège certes ces secteurs de la concurrence, mais elle assure essentiellement l’équilibre quantitatif et la déontologie au sein de ces professions par une subordination à une autorité ministérielle qui prévoit un code de conduite, des quotas et autres conditions d’accès aux professions. Alors que les défenseurs de la réforme des professions réglementées ne craignent pas de mentir aux Français en leur promettant une hausse de leur pouvoir d’achat, il est nécessaire de souligner le fort risque d’insécurité juridique qu’engendrerait une telle réforme. En effet, à Continuer la lecture

Pour le respect de la religion catholique en France

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur l’ambiguïté qu’il y a à revendiquer le respect de toutes les communautés religieuses, à l’exception de la religion catholique. En effet, à l’occasion de la visite de la mosquée de Carpentras le 4 octobre 2014, jour de la fête de l’Aïd, il s’est présenté comme le ferme défenseur des communautés religieuses, incitant à ce qu’une plainte soit déposée « à chaque fois qu’une insulte ou qu’une attaque est proférée à l’encontre d’une communauté, d’un lieu de culte ». Il a ainsi ajouté qu’il n’accepterait « aucune attaque contre aucun culte ». Les Français seraient tout à fait disposés à croire en sa bonne foi si de telles déclarations protégeaient dans les faits la religion catholique, plutôt que de donner des garanties aux communautés musulmane et juive. En effet, les statistiques gouvernementales en la matière indiquent que la religion catholique est bien largement la plus visée par les insultes et attaques : de 2008 à 2012, les atteintes aux sites religieux visent majoritairement les sites chrétiens. À titre d’exemple, pour l’année 2012, 667 atteintes contre des sites religieux en France ont été recensées, dont 543 à Continuer la lecture

Sur les agressions causées par les vendeurs à la sauvette aux alentours du Sacré-Cœur

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les nuisances et agressions causées par les vendeurs à la sauvette aux alentours du Sacré-Cœur à Paris. En particulier, le samedi 5 septembre 2014, le préfet de police de Paris s’est fait gifler publiquement par un des nombreux vendeurs de bracelet qui nouent des bracelets à l’insu des touristes pour les obliger ensuite à payer. Les élus locaux subissent eux aussi bien souvent de telles agressions lorsqu’ils tentent de faire respecter la loi. Il s’inquiète du délitement du pacte social que révèle l’admonestation des élus locaux et des forces de l’ordre, et s’interroge sur les suites qui ont été données à cette affaire regrettable.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur ce que raconte Samuel Laurent dans son dernier livre « Al-Quaïda en France »

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur ce que raconte Samuel Laurent dans son dernier livre « Al-Quaïda en France », à savoir l’implantation de l’organisation terroriste en France. En ayant pour but d’installer définitivement la loi islamique en France, Al-Qaïda prône la multiplication du port d’un habillement ethnique par les hommes, les femmes et les enfants musulmans, une pression constante dans les écoles, les crèches, les commerces et lieux de travail, la prolifération de publicités des fêtes musulmanes dans les médias, occultant en conséquence les fêtes chrétiennes et françaises. Al-Qaïda voit en France une terre propice à l’expansion islamiste grâce à la population musulmane existante dans ce pays, et poursuit cette politique en recrutant des jeunes qu’ils forment en Syrie. Il lui demande s’il compte arrêter le développement djihadiste en France et du mouvement islamiste le permettant en prenant des mesures efficaces et claires.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur l’assassinat d’une professeure des écoles à Albi

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur l’assassinat d’une professeure des écoles à Albi devant sa classe de primaire. Les droits des criminels sont évidemment à respecter dans une démocratie. Mais les droits de vivre des citoyens respectueux de la loi n’en sont pas pour cela négligeables. La société a le devoir de protéger ceux qui respectent la loi, force est d’admettre qu’elle y a renoncé. La réforme pénale, en substituant la contrainte pénale aux peines de prisons pour certains délits graves, ainsi que la suppression des peines planchers installera un climat de laxisme qui aggravera encore davantage l’inégalité entre les honnêtes citoyens exposés aux criminels, et les criminels protégés par la loi, qui menacent les citoyens. Par ailleurs, les restrictions budgétaires imposées aux forces de l’ordre les rendent incapables d’accomplir correctement leur devoir. L’UNSA dénonce en effet la suppression des stages de formation de la police nationale en 2014. Il lui demande comment les forces de l’ordre dotées d’un budget si évanescent pourront mettre à l’abri les honnêtes gens.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.