Sur le grand remplacement à Marseille

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur le grand remplacement à Marseille. L’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise présentait l’hiver dernier une radioscopie des habitants. Elle définit le fait d’être marseillais comme celui « d’être d’ailleurs ». Cependant, Marseille n’est pas un melting pot. En effet les différents profils de marseillais ne se partagent pas les quartiers. Les Marseillais d’origine étrangère (au moins 25 %) habitent dans les quartiers les plus denses. La population turque et comorienne, la catégorie la plus jeune de Marseille, ne contient que 5 % d’individus qui dépassent le bac en termes de diplômes contre 27 % pour les marseillais « Français ». Malgré cela le Premier ministre annonçait en 2013 qu’il souhaitait doubler le nombre de naturalisations. Il attire l’attention sur les excès de l’immigration et sur le manque d’intégration de ces populations, il lui demande de prendre les mesures nécessaires pour stopper cette immigration.

Cliquer ici pour lire la réponse du gouvernement.

Sur la difficulté que traversent les facteurs d’orgues

facteurs d'orguesM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès du ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire sur la difficulté que traversent les facteurs d’orgues. L’orgue est un des éléments majeurs de notre vie liturgique, artistique et culturelle. Il est d’ailleurs « le rois des instruments ». Ce ne sont pas moins de 12 000 orgues qui sont recensés sur notre territoire. Or les facteurs d’orgues subissent de plein fouet les effets de la crise : le nombre d’appels d’offres concernant la sauvegarde des orgues classés monuments historiques est passé de 40 en 2002 à moins de 10 actuellement. Chaque année, cette profession doit licencier du personnel hautement qualifié, détenant des savoir-faire remarquables. En Alsace, la famille Kern (dont la mission est « de mettre au service de la musique notre savoir-faire en matière de restauration, de reconstruction et de conception d’orgues afin que le roi des instruments continue à régner ») a dû définitivement fermer ses portes en début d’année. Sans geste fort de l’État qui représente 85 % du marché annuel de la facture d’orgue (15 millions d’euros HT), cette filière d’excellence qui fait l’honneur de notre patrimoine déclinera jusqu’à une mort probable qui n’est pas souhaitable. Il lui demande ce que le Gouvernement compte faire pour éviter cela.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur les aides d’État à la presse qui ne sont pas destinées aux publications d’intérêt général

aides d'État à la presseM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur les aides d’État à la presse qui ne sont pas destinées aux publications d’intérêt général. Ces aides pour nantir la presse sont « une charge importante et croissante pour les finances publiques » disait, en 1985, un rapport de la Cour des comptes demandé par M. Christian Goux, député socialiste. « Elles représenteraient 14 % du chiffre d’affaires du secteur ». Aide avec un financement direct, ou indirect avec des exonérations d’impôt, l’État contribue à la survie de bons nombres de journaux. Mais, ces aides distribuées avec trop de largesse sont attribuées à tout va sans aucune conscience des journaux qui les reçoivent, sans aucun intérêt dans la production journalistique qui découle. À tel point qu’il existe « une dérive constante par rapport aux objectifs initialement fixés : permettre aux citoyens de disposer de l’information la plus large possible et d’être ainsi en mesure de participer à la vie publique ». Rappelons que, eu égard à ces aides, l’efficacité doit être de rigueur. Or, il n’en est rien. À l’heure où des économies doivent être faites et où on attend une Lire la suite

Pour le respect de la religion catholique en France

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur l’ambiguïté qu’il y a à revendiquer le respect de toutes les communautés religieuses, à l’exception de la religion catholique. En effet, à l’occasion de la visite de la mosquée de Carpentras le 4 octobre 2014, jour de la fête de l’Aïd, il s’est présenté comme le ferme défenseur des communautés religieuses, incitant à ce qu’une plainte soit déposée « à chaque fois qu’une insulte ou qu’une attaque est proférée à l’encontre d’une communauté, d’un lieu de culte ». Il a ainsi ajouté qu’il n’accepterait « aucune attaque contre aucun culte ». Les Français seraient tout à fait disposés à croire en sa bonne foi si de telles déclarations protégeaient dans les faits la religion catholique, plutôt que de donner des garanties aux communautés musulmane et juive. En effet, les statistiques gouvernementales en la matière indiquent que la religion catholique est bien largement la plus visée par les insultes et attaques : de 2008 à 2012, les atteintes aux sites religieux visent majoritairement les sites chrétiens. À titre d’exemple, pour l’année 2012, 667 atteintes contre des sites religieux en France ont été recensées, dont 543 à Lire la suite

Sur le soutien affiché par plus de 10 % des Français à l’État islamique

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur le soutien affiché par plus de 10 % des Français à l’État islamique, le groupe terroriste ayant établi un califat dans une partie de l’Irak et de la Syrie. Selon l’agence de presse Rossiya segodnya, 3 % des personnes interrogées en France sont très favorables et 13 % assez favorables à cette organisation islamique qui s’illustre notamment par une persécution sanglante des minorités catholiques avec assassinat des hommes et vente des femmes ainsi que par la décapitation d’otages. Dans de telles conditions, le problème de la sécurité en France doit devenir prioritaire. En effet, ce sondage révèle avant tout le rejet par la population musulmane de l’identité et des institutions françaises, rendant alors impossible la cohésion nationale. De la même façon, la participation de djihadistes français au conflit syrien est devenue aujourd’hui la principale source de menaces terroristes dans notre pays. En réalité, la France, avec près de 1 000djihadistes depuis 2012, constitue aujourd’hui le premier contingent de djihadistes occidentaux opérant en Syrie et en Irak ; or on sait de Lire la suite

Sur la gestion de la télévision publique France Télévisions

assembleeM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur la gestion de la télévision publique France Télévisions. L’organe public, qui se porte mal financièrement, socialement et économiquement selon le président du CSA, aurait une gestion aléatoire laissant une transparence douteuse, en particulier sur le salaire exorbitant des animateurs et producteurs. Il lui demande si l’État compte se pencher sur la gestion de l’audiovisuel public français, dans le but d’améliorer sa situation financière et fiscale et de faire par conséquence des économies bienvenues sur cette structure.

Cliquer ici pour lire la réponse du ministre.

Sur la tenue du festival « Oh oui !»

Oh ouiM. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur la tenue du festival « Oh oui !» organisé par l’association Aides. Ce festival « Oh oui ! » qui dans son accroche propose « deux semaines non-stop de sexe », organise des rencontres, des expositions, des projections de film. Les intitulés de ces évènement sont sans appel : « la bisexualité tout un art », « des culs et des lettres », « les Trans pour les Nul-le-s », « les Putes pour les Nul-le-s », « nom d’une pipe ! », « le Fist pour les nuls », «jeux de liens, jeux de mains, jeux de malins», « l’amour selon Saint Jean », « le trou du cul pour les enculé-e-s » où il est d’ailleurs précisé que l’accueil est tout public. Aides a reçu, en 2012, 18,98 millions Lire la suite

Sur le port de signes religieux dans le sport

M. Jacques Bompard interroge Mme la ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports sur les positions de la FIFA concernant le port de signes religieux dans le sport. Alors que la première médaillée d’or du sport algérien en 1992, à Barcelone, avait été la cible des islamistes qui ne supportaient pas qu’une femme s’affiche en tenue d’athlète sur un stade, alors que de très nombreuses femmes se battent pour s’émanciper du machisme religieux, la FIFA ne voit aucun inconvénient à céder aux nouvelles revendications les plus totalitaires des intégristes musulmans en autorisant le port du voile en compétition. Cela n’est pas anodin puisque la coupe du monde de football 2022 se tiendra au Qatar. Symboliquement, cet Lire la suite

Contre l’entrée de Jean Zay au Panthéon

 Jean ZayM. Jacques Bompard attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire, sur l’entrée de Jean Zay au Panthéon. De nombreuses associations d’anciens combattants se sont émues de l’entrée au Panthéon du député radical-socialiste. Dans un texte intitulé « Le Drapeau » rédigé en 1924, il qualifiait l’emblème national, pour lequel sont morts les soldats de la Grande Guerre, « de saloperie tricolore », « d’immonde petite guenille », « de la race vile des torche-culs », « terrible morceau de drap », « ignoble symbole ». Le Gouvernement a affiché son souhait de rassembler tous les Français. Cela n’est possible, a minima, que par le respect des valeurs républicaines et du drapeau français pour lesquels sont morts tant de héros. Il lui demande donc d’honorer les soldats de la Grande Guerre et de marquer son attachement au drapeau français en annulant l’entrée au Panthéon de Jean Zay.
Cliquer ici pour lire la question sur le site de l’Assemblée.

Sur le financement public du cinéma

M. Jacques Bompard alerte Mme la ministre de la culture et de la communication sur le financement public du cinéma. Dans un rapport du 2 avril 2014 sur les soutiens à la production cinématographique et audiovisuelle, la Cour des comptes observe que « l’évolution récente a principalement consisté en une augmentation très forte des aides publiques ». Celles-ci ont augmenté de 88 % au cours de la dernière décennie, soit quatre fois plus que les dépenses de l’État, et ce sans remise en cause du modèle et sans que les résultats obtenus permettent d’en valider la pertinence. Par ailleurs, la majeure partie des films produits ne parvient pas à rassembler un large public. Plus de la moitié des films sortis en salle font moins de 50 000 Lire la suite