Jacques Bompard interroge la CNIL sur les mesures de l’État d’urgence

J’intervenais en commission des lois auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés. « Quelle est l’évaluation de la CNIL quant aux dispositions sur l’Etat d’urgence. En effet en ne nommant pas, ou mal, les ennemis de notre pays lors des lois visant à lutter contre le terrorisme islamiste, le gouvernement a beaucoup inquiété certains militants politiques qui pointent un risque d’instrumentalisation des services publics à des fins idéologiques se détournant de la lutte contre l’islamisme », ai-je demandé.

https://youtu.be/MVJ3A1E9NPg

Le défibrillateur cardiaque : une question importante pour la vie des Français

J’intervenais hier en séance sur la proposition de loi relative au défibrillateur cardiaque. « Comment veut-on pouvoir former une jeunesse à l’importance de ces outils quand on explique en même temps que leur dégradation n’est pas si grave. Le laxisme, la culture de l’excuse, la permissivité ne devraient avoir aucun place dans les sujets qui touchent la vie des Français », y ai-je souligné.

https://youtu.be/TluKYzc9inE

L’islamisme politique contre notre pays

J’intervenais en Séance sur la proposition de loi déposée par Nathalie Kosciusko Morizet sur la « prédication subversive ». Je lui ai indiqué qu’il était nécessaire de définir les racines véritables du mal auquel sa proposition souhaitait aller à l’encontre. « C’est l’islamisme politique qui s’en prend à notre pays. Ce n’est pas la radicalisation qui pose problème, c’est la radicalisation islamiste. Ce n’est pas l’exclusion sociale. Ce n’est pas un traumatisme post-colonial, c’est l’adoption fanatique par des jeunes gens des imprécations guerrières d’une partie du Coran », ai-je souligné.

https://youtu.be/xWH8oUTgzHM

Qui est allié aux rebelles en Syrie n’a pas de leçons à donner au monde !

J’intervenais tout à l’heure dans l’hémicycle sur la proposition de loi déposée par Les Républicains sur la lutte contre le terrorisme. « Les politiques étrangères criminelles menées au nom de la France en Syrie et ailleurs au Proche-Orient sont une trahison non pas seulement de notre intérêt mais aussi de la sécurité de notre peuple. Qui détruit la Libye par philosophes publicitaires interposés, qui se range aux côtés des rebelles islamistes syriens qui violent et décapitent au quotidien, qui calque sa politique sur les états du Golfe, n’a plus aucune légitimité à dicter la bonne conduite au peuple et au monde », ai-je indiqué aux députés présents en Séance.

https://youtu.be/krNajqlt950

Jacques Bompard interpelle le directeur de l’OFPRA

Jacques Bompard a interrogé Pascal Brice en Commission des Lois,  sur l’accueil des réfugiés par les collectivités « Pourquoi l’OFPRA et les autres institutions ne sont-elles pas d’accord pour que les collectivités qui ne veulent pas accueillir des migrants en soient exemptes. […] A Bonpas par exemple, c’est la promesse de conflits inévitables ! », a-t-il souligné.

https://youtu.be/-SNeO_GQbiE

« L’Égalité réelle » ne doit pas s’opérer au détriment des Français de souche !

En Commission des lois, Jacques Bompard intervenait sur le projet de loi de programmation relatif à l’égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique. Il y a défendu plusieurs amendements, indiquant notamment que les avantages octroyés aux ressortissants de Mayotte, qui compte 52% d’individus d’origine étrangère, ne devaient pas être alloués au détriment des Français de souche.

https://youtu.be/1cfBp4MHZfQ

« Accélérer le rythme d’augmentation des allocations familiales à Mayotte pour atteindre le niveau national en 2021 est une disposition à la fois irréalisable et fallacieuse. Irréalisable, car les flux en constante croissance de l’immigration à Mayotte, département qui compte 52% d’individus d’origine étrangère, rend chaque jour les candidats à la délivrance du complément familial plus nombreux. Spécieuse ensuite, car la promesse de ces subsides encourage ce mouvement d’affluence, alors que la population a connu une multiplication par quatre ou cinq en quarante ans… En regard de la hausse constante de ses potentiels demandeurs et des bénéficiaires à qui elles profitent, les prestations sociales qui en découlent n’ont pas vocation à être prises en charge par les Français », a-t-il souligné.

Retrouver l’intégralité de l’intervention.

Forum de l’Union des droites : une journée sous le sceau du succès

Les drapeaux de la Manif Pour Tous ondoient à l’entrée de l’Espace Daudet : il flotte à Orange, ce 24 septembre, un air de printemps 2013. Nombreux, les Vauclusiens s’empressent de rejoindre leur place. Légitime impatience : le programme de la journée s’avère riche… Comment œuvrer, par l’intermédiaire d’une nécessaire union des droites, à « la reconquête » ? Une question que la Ligue du Sud a confiée aux nombreux intervenants ayant répondu présents à l’appel.

fdll1

« Le retour de l’histoire est la pensée majoritaire qui s’affronte à la pensée dominante ». Attablé aux côtés de Jean-Pierre Maugendre, Stéphane Blanchonnet, Président du Comité de l’Action française, évoque la place de l’Histoire dans ce champ de bataille. Les tonalités subjectives d’une Histoire revisitée au gré d’une idéologie moribonde s’affaissent à mesure que la pensée dominante s’effondre… Car devant la brutalité du réel, l’Histoire véritable refait surface. Celle des chefs, des saints, des héros, des Rois, sans lesquels elle ne serait qu’inintelligibilité[1]… Pour autant, l’affaire n’est pas mince et nécessite une persévérance sans failles, une tempérance dans le combat ; « Sans la conscience des efforts quotidiens à accomplir, les grands desseins disparaissent », souligne le Président de Renaissance Catholique… Le « Grand Dessein français » : une notion bien maltraitée, à l’heure d’une immigration massive et incontrôlée. Car à l’intégration brandie en étendard se superpose un viol de l’identité des Français de souche, subissant les assauts d’une Gauche en proie à la concession permanente : « Le concept de l’inclusion est délirant », rappelle Ivan Rioufol. Et l’auteur de La guerre civile qui vient (Pierre Guillaume de Roux, 2016) de s’indigner : « Le Français en France n’est pas une langue parmi d’autres ! ».

fllg6

Gracieux après-midi, aux côtés de Cécile Edel et Gabrielle Cluzel (Boulevard Voltaire) qui ouvrent la deuxième partie du colloque. La foule est au rendez-vous… « Le mal que la gauche fait aux femmes » : un sujet d’actualité, à l’heure où Laurence Rossignol, ministre de la Famille, s’emploie à clore tous les sites apportant une vision alternative sur l’avortement. « Le gouvernement continue à cibler l’enfant à naître », indique Cécile Edel. La Présidente de Choisir la Vie côtoie chaque jour cette problématique : car l’enfant à naître, c’est pour la gauche « l’ennemi public numéro un », affirme-t-elle courageusement. Résolues, ses combattantes pour la préservation de la vie le savent : l’affrontement est devenu incontournable. Car en s’attaquant aux familles, à cet écrin de l’intimité de chacun, c’est à la nature de la Civilisation que s’en prend la gauche. Et désormais, « personne ne peut faire l’économie de cette question : jusqu’où je suis prêt à aller pour défendre ce en quoi je crois? », souligne hardiment Béatrice Bourges. Acquiescement, du côté de l’élue de la Ligue du Sud Marie-Claude Bompard, qui fait les frais de la cohérence de son combat pour la préservation du mariage naturel : on salue, dans la salle, la désobéissance civile du Maire de Bollène qui, refusant de célébrer l’union de deux personnes du même sexe, se voit désormais l’objet des attaques des groupes de pression homosexuels…

forumudd6

Fructueux débats, salle ravie : à Orange, le Forum de l’Union des Droites se clôt sur les interventions de Jean-Claude Martinez et Jacques Bompard, qui rejoindront bientôt Bernard Antony. Ce dernier évoquera les maux que l’Islam engendre dans une Europe qui ne peut accepter de se plier à la doctrine prêchant la soumission… N’en déplaise à l’émotif ancien secrétaire d’Etat Jean Gatel, qui dénonçait une réunion de « Catholiques intégristes », l’Europe, en vertu de son Histoire, a resplendit plus de mille cinq cents ans durant de sa Chrétienté. Qu’il se le tienne donc pour dit : « les catholiques n’ont plus peur du débat et d’affirmer leurs convictions » (Béatrice Bourges).

[1] « Sans les chefs, sans les saints, sans les héros, sans les rois, l’histoire est inintelligible ». Charles Maurras, Mes Idées politiques, 1937

L’assimilation républicaine n’est plus possible

Cela devient rémanent dans le discours du parti de Florian Philippot. A la dédiabolisation, c’est-à-dire la soumission au système, succède une série de trahisons. Trahison sur l’islam, trahison sur la défense de la vie, trahison sur la question des institutions. Et désormais trahison sur la question de la nationalité.

ce-n-est-pas-parce-que-florian-philippot-va-au-petit-journal-que-le-fn-change-de-ton-avec-les-journalistes

Aujourd’hui la question de l’assimilation républicaine est dépassée et dangereuse. Pourquoi dangereuse ? Principalement, parce qu’elle ne correspond plus à la réalité subie par la majorité de nos compatriotes. La ségrégation de fait des Français de souche, la mise en concurrence de la civilisation française, déjà violemment attaquée par le relativisme, et le génie propre d’autres terres, l’ensauvagement de nos sociétés démontrent qu’une autre proposition politique doit être défendue.

Le Grand Remplacement est une réalité professionnelle, territoriale, culturelle et sociale. Le Grand Remplacement pose l’alternative réelle : soit nous retrouvons une conception organique et historique de la Nationalité, soit nous continuons le délire de la nationalité républicaine c’est-à-dire de la création d’un contrat fictif entre l’Etat et l’individu sans les intermédiaires traditionnels que furent les familles, la société ou encore l’acceptation populaire.

Alors qu’une étude, certes très manipulée de l’IFOP, vient montrer que notre Nation est mutilée par l’immigration et ses conséquences, conserver la seule assimilation comme étendard est tantôt une ringardise pour les plus naïfs, tantôt une lâcheté pour les plus conscients.

Le dilemme est limpide : soit nous procédons à une reconquête culturelle afin que la France soit préservée dans sa permanence et son identité, soit nous participons de l’atomisation d’un monde réduit au plus simple appareil du consumérisme et de la relativité absolue. L’organisation de la ré-émigration est le seul horizon crédible pour l’équilibre social et civilisationnel dans notre pays. Aucune campagne n’excuse de le cacher aux gens.

 

Les producteurs de lait et les producteurs télé

Les producteurs de lait et les producteurs télé.

 

Deux informations retiennent l’attention de la presse économique ces derniers jours. La bataille opposant les producteurs de lait et Lactalis et la création d’une chaine publique d’information en continu. Dans les deux cas, les méandres de l’Etat sont en question. Nous apprenions récemment que Stéphane Le Foll ne détenait pas le numéro de téléphone du PDG de Lactalis mais aussi que Delphine Ernotte était parvenue à convaincre François Hollande en direct de l’importance cruciale de France Info TV.

9222481

La différence de traitement est notable. D’un côté les producteurs furent à la peine pour obtenir 5 euros d’augmentation aux 1000 litres pendant quelques mois. De l’autre, le président de la commission aux affaires culturelles, Patrick Bloche, nous assure que cette affaire a été traitée « au plus haut niveau de l’Etat ». En somme, l’Etat continue à être intrusif là où personne n’a besoin de lui tout en se montrant impotent pour secourir ceux qui sont dans le besoin.

C’est qu’il y voit son intérêt. François Hollande compte évidemment sur le soutien des journalistes du service public pour ces élections présidentielles. L’obtiendra-t-il ? Nul ne le sait, mais son calcul est révélateur d’un état d’esprit qui tranche avec ses odes à l’idéologie républicaine. Dans la plus pure tradition mitterrandienne, ses savants mélanges ne servent qu’à promouvoir gloriole personnelle et règne des partis.

Sur ces questions, les positions de la Ligue du Sud sont connues : suppression de France 2 pour laisser la place et développer le réseau d’antennes régionales consacrées au sport, à la culture et à l’actualité locale. Et non pas la promotion de la bien-pensance à toute heure. Cela permettrait certainement aux journalistes locaux d’illustrer plus avant les affres subis par les exploitants agricoles.