Les destructeurs de la famille traditionnelle à l’œuvre !

En cinq ans, le gouvernement socialiste aura accompli la tâche qu’il s’était fixé : non content d’avoir entériné le gouffre économique de la Nation, il en aura détruit les fondements essentiels. S’attachant à intervenir dans chaque parcelle de la vie privée des Français, l’État pratique l’immixtion au détriment de la responsabilité des familles. « Mariage » pour Tous ; avortement pour tous ; divorce pour tous. Au détriment de l’enfant, cette déconstruction perpétuelle des solidarités familiales porte en elle le germe de tous les maux.

A l’heure où le nombre de divorce annuel affecte 120 000 à 150 000 couples, la dernière mesure de l’État aura été de favoriser l’accélération de la procédure de séparation. Lors du passage de ce texte inique, j’avais déposé de nombreux amendements soulignant l’inanité d’un tel texte, qui enjoint les couples souhaitant se séparer à ne même plus à recourir à un juge, afin d’accélérer le divorce et désengorger les tribunaux. Non seulement de telles dispositions, accréditées par actes sous seing privé, n’ont plus de valeur authentique, mais elles soulèvent également des problématiques dans le cœur de la cellule familiale.

57bb2ecac4618830278b45d2

« Permettre aux conjoints de négocier entre eux, c’est les renvoyer à des rapports de force », soulignait en ce sens Sibylle Gollac, sociologue. Un rapport de force auquel est confronté l’enfant, qui peut désormais se voir échoir la lourde charge de contester le divorce, engendrant par ailleurs l’ouverture d’une procédure judiciaire. Qu’en est-il du droit de l’enfant à être élevé par son père et sa mère ? Car comme le soulignait l’association Famille et Libertés, « le mariage, qui dure, est le cadre le plus adapté aux besoins des enfants, non pas parce que les gens mariés seraient les meilleurs, mais parce qu’il offre à la famille un cadre protecteur et sécurisant ».

Quelques mois seulement après le passage de la loi, certains époux « déplorent déjà la rapidité de l’audience et son faible formalisme », confie Sibylle Gollac. Encore une fois, l’État, qui ignore jusqu’à la propre constitutionnalité des législations qu’il met en place, en fait pâtir ses institutions et ses ressortissants. Quel est cet État, qui prône sans cesse « l’égalité réelle » au détriment de cette saine complémentarité qu’entretient la famille ? Quel est cet État, qui abandonne les enfants au triste avenir d’une vie rythmée par la dictature de l’individualisme ? Quel est cet État qui favorise la décroissance démographique de son peuple et en dévaste les foyers ? A cet État-là, on aimerait rappeler qu’il doit être le fonctionnaire de la société…et non l’inverse.

 

Les Français sont victimes d’un véritable racket fiscal !

Jacques Bompard intervenait en séance jeudi sur la conférence des parties de la finance mondiale, l’harmonisation et la justice fiscales. « Les Français sont victimes d’un véritable racket fiscal ; doublé d’un maniement idéologique des prélèvements obligatoires visant à exercer une guerre des classes, et même à une guerre idéologique culturelle, qui poussent parfois des Français honnêtes à ne plus vouloir soutenir par leurs finances les errements d’un État captif de trop de coteries », a-t-il déclaré.

 

Les modalités de dépôt de candidature pour les candidats aux élections

« Aujourd’hui la représentation à la candidature politique sont brimées par deux éléments constitutifs d’un système obsolète : la cooptation partisane et la visibilité médiatique. » Jacques Bompard intervient sur les conditions de dépôt de candidature pour les candidats aux élections.

https://www.youtube.com/watch?v=AhrqIBdqs9A

De l’obligation des casiers judiciaires vierges pour les candidats aux élections

« Ce sujet de l’obligation d’un casier judiciaire vierge pour les candidats aux élections est miné. Miné parce qu’il englobe le ressentiment populaire, la certitude d’une iniquité grandissante entre le pays réel et le pays légal et l’exaspération des Français devant les amusements qui lui sont abandonnés pour masquer la réalité des pratiques en place au plus haut niveau de la société ». Jacques Bompard intervenait sur l’obligation pour un candidat de disposer d’un casier judiciaire vierge.

https://youtu.be/KindslHyO3g

Jacques Bompard intervient sur l’adaptation des territoires littoraux

Jacques Bompard est intervenu en Séance sur la proposition de loi visant à l’adaptation des territoires littoraux au changement climatique. « Votre proposition de loi forme un aveu bien regrettable de notre temps politique, à savoir l’abandon de la prise en compte des conséquences dans notre analyse de la production juridique », a-t-il souligné.

https://youtu.be/RkYlr_luJ7w

Jacques Bompard revient sur les règles déontologiques du Conseil Constitutionnel

Jacques Bompard est intervenu en Séance sur la proposition de loi visant à réguler les obligations déontologiques applicables aux membres du Conseil Constitutionnel.   » Le Conseil Constitutionnel a perdu beaucoup de sa légitimité ces dernières années. Toute une série de révélations viennent appuyer cet état de fait […] La désignation de son nouveau Président, soutien des islamistes syriens, donne une actualité bien regrettable à ce fossé « , a-t-il fait remarquer.

https://youtu.be/n73KycO38K0

Accord France-Gabon : ne pas céder à la satisfaction au canon du néolibéralisme !

Jacques Bompard intervenait en Séance sur l’accord France-Gabon relatif au transport aérien.  » Au lieu de discuter des clauses de concurrence de nos accords afin de satisfaire au canon du néolibéralisme il eût été souhaitable d’aider les compagnies gabonaises à sortir des listes noires du trafic aérien », a-t-il souligné.

https://youtu.be/ej4LoQxLbFU

Lettre ouverte aux candidats de la droite en Vaucluse

Jacques Bompard a rédigé une lettre ouverte destinée aux candidats de la droite en Vaucluse. « Dans la IVème circonscription de Vaucluse, les mensonges atteignent déjà une intensité déplorable. Des gros partis politiques investissent argent et mercenaires pour seriner leurs circonvolutions. Aussi, je me propose de clarifier la situation des législatives à venir en proposant à mes futurs concurrents aux élections législatives d’affirmer en conscience dix engagements indépendants des consignes de Paris et du politiquement correct », y explique-t-il.

Retrouvez l’intégralité de cette lettre ouverte ci-dessous.

IVe Circon-page-001IVe Circon-page-002

A quand une clause de conscience pour les pharmaciens ?

A l’issue des questions orales sans débat, Jacques Bompard a interrogé le Ministre des Affaires Sociales et de la Santé sur la clause de conscience des pharmaciens.

« Refuser une clause de conscience aux pharmaciens c’est céder face à deux pressions coalisées. La première tient aux laboratoires pharmaceutiques dont Jérôme Cahuzac nous a expliqués qu’ils finançaient l’ensemble des partis politiques. La seconde est une pression idéologique qui voudrait que la loi l’emportât sur les convictions personnelles. », a-t-il souligné.

Retrouver l’intervention de Jacques Bompard : 

https://youtu.be/lJazqTgNQg4

Retrouver le texte de la question :

qst-an-14-1583qosd-page-001