Agriculture : tout va de Travert

« On pense beaucoup plus aux paysans quand on a faim » Simone Weil

Aujourd’hui, la question agricole figurait à l’ordre du jour du Conseil des ministres. Le projet de loi concocté à l’issue des Etats généraux de l’alimentation (EGA) qui se sont tenus au deuxième semestre 2017 est présenté par le ministre de l’Agriculture. Les mesures phares de cette loi Alimentation reflètent le néant d’une vision pérenne de redressement de l’agriculture française. Le ministre Stéphane Travert part du constat de la grande détresse de la paysannerie française pour aboutir à des mesures cosmétiques concernant la souffrance animale et le gaspillage alimentaire.

La moitié des agriculteurs gagne moins de 350 euros par mois. 70% des exploitations agricoles sont dans une situation financière extrêmement critique, voire en état de faillite. Un paysan se suicide tous les jours… Et le gouvernement nous parle par la voix de son ministre de souffrance animale. Quelle indécence ! Si l’industrialisation de l’abattage pose question, comment ne pas voir l’injustice suprême et le mépris qu’il y a à ne pas prendre en compte la disparition physique d’un monde paysan à l’agonie.

Stéphane Travert, fils de syndicaliste et apparatchik socialiste passé des frondeurs à Macron, n’a peut-être pas une conscience aigüe du drame qui se joue sous ses yeux et dont il prend sa part de responsabilité sans le vouloir. Limiter les promotions alimentaires, attribuer l’estimation des prix aux producteurs et non aux centrales d’achat, lutter contre le gaspillage, tout cela est bien et beau, mais peut-on y voir une volonté de sauver l’agriculture française ? Certainement non.

Au-delà de la profonde révolution des esprits qu’il faudrait entamer pour sauver le dépôt social et culturel de la paysannerie française, il faut surtout s’assurer que l’agriculture demeure un secteur pérenne de notre économie nationale. Qui dit agriculture dit souveraineté. Nulle souveraineté sans autosuffisance. Nulle indépendance possible sans autosuffisance alimentaire. A l’heure où la Chine achète des milliers d’hectares de terres agricoles en France, où nos paysans en sont réduits à mendier des subventions à l’Union européenne pour survivre, où nous ne cultivons plus en fonction des besoins réels mais selon le bon vouloir de la spéculation, où l’enseignement agricole est la proie des lobbies de la chimie, il est inadmissible que l’Etat se désolidarise de ses agriculteurs et les entraîne à marche forcée vers l’abattoir social.

Ni le président de la République ni son ministre Travert ne semblent avoir conscience de l’imminence de la disparition de ce qui a toujours fait la France : ses paysans. Certes il est annoncé un plan d’investissement de 5 milliards d’euros, mais nul renseignement ne filtre encore sur la répartition de cet argent qui risque d’être capté, comme toute subvention, par les grandes exploitations prospères liées aux lobbies et aux syndicats. Il est urgent de soulager nos agriculteurs des dettes usurières et du soviétisme subventionné. Le gouvernement doit mettre en place un vaste mouvement de libération du monde agricole pour le dégager des serres réglementaires de Bruxelles, du poids des charges et de l’endettement.

Plutôt que de fondre les paysans dans le régime général de la sécurité sociale en programmant la mort de la MSA, le gouvernement devrait accorder aux agriculteurs une exception fiscale qui les dégage du poids de l’impôt durant un temps suffisamment long pour faciliter le redressement et renforcer l’attraction d’un secteur d’activité en perdition.