Agression au couteau à Marseille : encore un coup des Gilets jaunes d’extrême-droite ?

Crédit photo LCI : les marins-pompiers interviennent après que l’auteur des agressions ait été abattu par la BAC de Marseille

Au cœur de Marseille, le 19 février, Karim L. (ndlr : ici, contrairement au traitement médiatique réservé à Christophe Dettinger, l’identité demeure pudiquement voilée) a poignardé plusieurs personnes au seul motif de leur nationalité. Il a grièvement blessé 3 hommes et une femme dans le quartier de la Canebière en fin d’après-midi s’exprimant en français et en arabe sans pour autant revendiquer ses actes en référence à l’islamisme. Si l’individu n’est pas connu des services de renseignement, il est sorti depuis un an de prison où il était retenu pour meurtre. La BAC de Marseille a dû ouvrir le feu sur l’individu, désormais hors d’état de nuire.

Ce fait divers est curieusement passé inaperçu dans le fil de l’actualité entièrement consacré au regain de l’antisémitisme en France et aux différentes manifestations récupérées par le gouvernement. Pendant que tous les experts distillaient la confusion et le soupçon sur l’antisémitisme potentiellement « au cœur » même du mouvement des Gilets Jaunes selon l’inénarrable BHL, des Français subissaient dans le même temps les témoignages d’affection et de reconnaissance d’une énième « chance pour la France » selon l’expression consacrée.

Il est temps de cesser de détourner l’attention des Français des réelles agressions qu’ils subissent au quotidien, entre terrorisme islamique et prêt-à-penser vindicatif. Souvent, je constate que nous sommes dirigés par un Etat dont l’aveuglement idéologique frise la folie. J’ai bien peur que cette folie à terme nous pousse dans les bras des « déséquilibrés » assassins qui font peu de cas du sang des Français, qu’ils soient israélites, catholiques, croyants ou non.