Le ramadan : un exemple de soumission promu par le prêt-à-penser

Il est fascinant de constater à quel point il n’y a plus de limite pour l’exaltation de la bien-pensance.

Alors que les chrétiens sont injustement condamnés judiciairement et moralement lorsqu’ils cherchent à installer des crèches dans les lieux publics, les musulmans quant à eux sont encouragés par notre élite politico-médiatique à célébrer le début comme la fin du ramadan.

D’ailleurs, pour le début de ce cycle de jeune et de prières, pas moins de 300 imams étrangers sont appelés en renfort pour venir encadrer un islam dit de France. Curieux de parler encore d’islam de France dans ces circonstances. La réalité c’est que déjà 14 imams prêchant en France sont payés par l’Arabie saoudite sans que cela n’interpelle nos pouvoirs publics. En effet, il ne faut pas trop brusquer notre principal acheteur d’armes qui bénéficie en exclusivité de nos dernières inventions en la matière, bien avant l’armée française.

De plus, nos politiciens sont convaincus qu’un islam de France peut exister bel et bien, et qu’il n’est en aucun cas pollué par des influences étrangères. Le député En Marche Aurélien Tasché s’est même permis d’affirmer que la fermeture de plusieurs dizaines de mosquées salafistes était la preuve de la main mise de l’Etat sur l’islam. Sauf que ces fermetures n’empêchent pas ces intégristes de se retrouver en toute illégalité en cachette pour continuer leur propagation de leur culture de haine et de mort. Mais l’Etat soumis aux ventes d’armes, demeure volontairement impuissant.

En ce début de ramadan, nos dirigeants continuent avec obstination de fermer les yeux sur le plus grand péril de la Nation. Ils se prélassent dans une attitude de compromission qui leur évite d’agir et de prendre le sujet de l’islamisme en France à bras-le-corps, tout en acceptant la destruction de notre héritage chrétien et de notre civilisation occidentale.

Publié dans Non classé